Un documentaire décrit les dernières heures de l’administration Obama
Rechercher

Un documentaire décrit les dernières heures de l’administration Obama

Avec Obama, Samantha Power et Ben Rhodes à l'affiche, "The Final Year" de Greg Barker est "un film de campagne à rebours" sur l'équipe présidentielle quittant le pouvoir

"The Final Year" retrace la dernière tentative de l'administration Obama de façonner les affaires mondiales. (Magnolia Pictures)
"The Final Year" retrace la dernière tentative de l'administration Obama de façonner les affaires mondiales. (Magnolia Pictures)

Pour ceux qui en ont assez de regarder les rediffusions de « The West Wing », il y a un nouveau thriller politique – et il se trouve que ce n’est pas une fiction.

Le documentaire « The Final Year », récemment diffusé, raconte l’histoire des 12 derniers mois du gouvernement Obama au pouvoir, racontée par l’équipe de politique étrangère de l’ancien président Barack Obama.

Les acteurs principaux de l’administration Obama jouent un rôle de premier plan. L’ambassadrice des États-Unis auprès de l’ONU Samantha Power et le conseiller adjoint à la sécurité nationale Ben Rhodes, ainsi que le secrétaire d’État John Kerry – et le président lui-même – se battent tous contre la montre pour négocier un accord avec l’Iran, négocier un accord sur le climat à Paris et trouver une solution à la crise syrienne, entre autres questions à l’ordre du jour diplomatique.

Il s’agit d’un documentaire expérientiel au rythme effréné de 90 minutes qui offre aux spectateurs un regard intime, voire nostalgique, de la vie quotidienne des personnages les plus puissants du monde.

Pour les personnes représentées dans le documentaire, »The Final Year » avait pour but de consolider l’héritage de la politique étrangère d’Obama, mais la victoire finale du président Donald Trump laisse l’équipe Obama plus stupéfaite que rassurée.

Le cinéaste Greg Barker (Courtesy)

« Nous avons essayé de changer la fin, mais nous n’y sommes pas parvenus », a plaisanté le réalisateur Greg Barker dans une interview accordée au Times of Israel au sujet du tournage de l’administration Obama et des raisons pour lesquelles son premier acte de foi a porté ses fruits.

« J’ai juste eu l’intuition ou le sentiment qu’il serait possible de faire quelque chose comme un film de campagne à l’envers au sujet d’une administration qui quitte le bureau », a dit Barker. « Il y a un narratif, un tic-tac intégré. »

A l’origine, le cinéaste a présenté l’idée à Power, avec qui il avait déjà travaillé sur un projet précédent, puis à Rhodes, qui a également signé avec hésitation. Barker reçut finalement un accès incroyable aux vies intimes et aux conversations des puissants décideurs.

« Imaginez travailler avec les mêmes personnes pendant une décennie dans cet environnement intense autour du chef qu’ils aiment tous, mais qui les rend parfois complètement fous et les laisse tomber », a dit Barker à propos de l’équipe.

Dans le film, Rhodes parle de l’idéalisme initial des premiers experts en politique étrangère d’Obama : « C’était un peu comme une équipe de basket-ball, » explique-t-il.

« Samantha [Power] devient très enthousiaste et nous parlons de ces idées, et je me dis : ‘Wow, c’est génial. On va changer le monde’. »

Mais au dernier quart du dernier mandat d’Obama, le glamour de leur vision avait succombé à la réalité politique du bureau.

L’ancien président Barack Obama et son équipe de politique étrangère au cours de sa dernière année de mandat. (Magnolia Pictures)

Le film se déplace rapidement à travers des séquences dramatiques entre les personnages, alors que l’approche humaniste-interventioniste de Power face à la politique étrangère confronte le pragmatisme politique de Rhodes, le gourou de la politique étrangère, souvent connu pour sa « fusion mentale » avec le président. C’est Rhodes qui a mené les négociations américaines avec Cuba et qui est crédité de la finalisation de l’accord nucléaire iranien.

Ben Rhodes, conseiller adjoint à la sécurité nationale de l’ancien président Barack Obama, présente le programme de politique étrangère d’Obama aux médias. (Magnolia Pictures)

Dans le film, Rhodes s’attend au retour de bâton de la publication d’un article du New York Times Magazine qui le cite en se moquant de la presse de Washington pour avoir revendu de façon si crédule la version de l’administration sur l’accord controversé. Le film est une sorte de tentative de Rhodes pour s’humaniser lui-même et sa position dans l’administration.

Power semble plus à l’aise devant la caméra, car elle est capable de passer d’un accord avec son fils au sujet d’un beignet après l’école à plaider en faveur d’une intervention en Syrie à l’ONU.

L’ambassadrice des Etats-Unis aux Nations unies, Samantha Power devant le Conseil de sécurité après s’être abstenu sur une résolution anti-implantations, le 23 décembre 2016. (Crédit : capture d’écran Nations unies)

À un moment donné du film, Samantha Power prend d’assaut l’ambassadeur saoudien dans la rue pour le convaincre de visiter une exposition de l’ONU présentant une visite virtuelle d’un camp de réfugiés syrien.

« Sérieusement, si tu ne fais rien d’autre que ce que je te demande de faire, fais-le », plaide Power.

La rencontre est très emblématique de la tentative continue du pouvoir de faire bouger son propre gouvernement et le reste du monde pour agir sur la Syrie.

Un pays qui n’est pas mentionné en ce qui concerne la Syrie ou du tout dans le film, c’est Israël.

Selon Barker, « Si nous avions fait le film quelques années plus tôt, quand Kerry faisait son truc et essayait de faire une sorte de règlement [entre Israéliens et Palestiniens], cela aurait évidemment été au cœur du film. Mais l’an dernier, ils ne s’attendaient pas à une percée en ce qui concerne Israël et le film reflète cela. »

« En tant que cinéaste, dit-il, il faut faire un choix quant à l’orientation narrative d’un documentaire qui s’adresse vraiment au grand public. Il est très difficile de présenter suffisamment d’expositions pour que les gens puissent comprendre ce qui se passe et [nous avons pu le faire] avec le suspens de la Syrie. »

Comme les téléspectateurs le savent déjà, Power ne réussit jamais à convaincre le président d’intervenir avec force dans la crise humanitaire en Syrie, une fois que les pourparlers de mai 2016 à Vienne n’ont pas abouti à un accord durable avec le régime du président syrien Bashar el-Assad.

Migrants et réfugiés syriens et irakiens traversent la frontière gréco-macédonienne, près de Gevgelija, le 23 février 2016. (Crédit : AFP/Robert Atanasovski)

M. Barker a déclaré que Power estime maintenant que l’incapacité de l’administration Obama à prendre des mesures définitives en Syrie a provoqué un effet domino des événements mondiaux.

« [Power] dira que vous pouvez faire valoir que sans la tragédie syrienne et l’exode des réfugiés, vous n’auriez peut-être pas eu le Brexit au Royaume-Uni, vous n’auriez peut-être pas eu de Trump sans cette peur de ‘l’Autre’ qui a été causée par un million de réfugiés affluant en Europe », a déclaré Barker.

« Elle fera valoir que le monde aurait pu être un endroit très différent [sans la crise syrienne] », a-t-il ajouté.

Pourtant, à l’époque, Power n’avait aucune idée de ce qui allait arriver. Le soir de l’élection, la caméra capte un Rhodes et une Power horrifiés observant l’élection du président Donald Trump. Rhodes, celui qui ne manque jamais de faire un bon mot, ne peut pas faire une phrase.

L’héritage que l’administration Obama a tenté de forger semble s’arrêter désastreusement, mais Obama, dépeint comme déconnecté de l’atmosphère qui l’entoure, a une vision à long terme des événements à la fin du film.

« L’histoire ne suit pas vraiment une ligne droite. Elle zigzague, mais les lignes de tendance finiront par se diriger vers un monde moins violent, plus empathique, plus généreux. Et cela exige des individus qui se battent pour leur avenir », explique l’ancien président à la caméra.

M. Obama décrit ses propres échecs en matière de politique étrangère et l’élection subséquente de M. Trump comme des rebondissements dans une longue course vers le progrès. Mais à l’heure actuelle, Barker a déclaré que le reste de l’équipe est encore en train de travailler sur son temps au pouvoir, en particulier sur la Syrie, et sur la manière d’aller de l’avant.

« Obama a fait les choix qu’il a faits. Mais en fin de compte, ce qu’ils se demandent, c’est s’il y a autre chose qu’ils auraient pu faire sur le terrain », a-t-il dit. « Ils vont se poser ces questions pour le reste de leur vie. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...