Un documentaire israélien sur des fans de football racistes remporte un Emmy
Rechercher

Un documentaire israélien sur des fans de football racistes remporte un Emmy

Le film de Maya Zinstein évoque la réaction des fans du Beitar Jerusalem face à l’arrivée de joueurs musulmans en 2013

Un documentaire israélien sur le racisme des supporters d’une équipe de football israélienne controversée a remporté un Emmy Award lundi soir dans la catégorie « Documentaire politique ».

« Forever Pure » est un film de la documentariste israélienne Maya Zinstein qui a été diffusé dans le cadre de l’émission « Independent Lens » sur la chaîne de télévision américaine PBS.

Le documentaire s’intéresse au club de football du Beitar Jerusalem, connu pour ses hooligans d’extrême-droite et ses chants anti-arabes, et pour être la seule équipe de la première division israélienne à n’avoir jamais fait appel à un joueur arabo-musulman.

Le film raconte l’acquisition en 2013 de deux joueurs de confession musulmane – d’origine tchétchène, et non arabe – par Arkady Gaydamak, alors propriétaire.

Il évoque l’indignation alors provoquée au sein du groupe de supporters racistes surnommé « La Familia », qui entreprit alors une campagne et força ainsi le club à embaucher des gardes du corps pour protéger ces nouvelles recrues.

Les bureaux du club ont également été la cible d’un incendie criminel imputé aux extrémistes racistes qui ont détruit tous les trophées présents, y compris les six coupes du championnat national.

La campagne raciste a continué ensuite, en se concentrant sur l’entraîneur du club à l’époque, Eli Cohen, et son président, Itzik Kornfein. Les deux joueurs, Zaur Sadayev et Dzhabrail Kadiyev, ont finalement été expulsés de l’équipe.

Des supporters du club de football Beitar Jerusalem brandissent une bannière « Le Beitar restera pur », le 26 janvier 2013. (Crédit : Flash90)

La campagne raciste a continué ensuite, en se concentrant sur l’entraîneur du club à l’époque, Eli Cohen, et son président, Itzik Kornfein. Les deux joueurs, Zaur Sadayev et Dzhabrail Kadiyev, ont finalement été expulsés de l’équipe.

Le Beitar, qui a depuis été vendu à Eli Tabib et qui l’a récemment revendu à l’entrepreneur Moshe Hogeg, a tenté de changer son image ces dernières années.

En 2017, le président israélien Reuven Rivlin lui a décerné un prix pour ses efforts dans la lutte contre le racisme et pour avoir réduit de façon significative du nombre de chants racistes au sein de son club.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...