Un élu du Likud intègre Elor Azaria à sa campagne de réelection
Rechercher

Un élu du Likud intègre Elor Azaria à sa campagne de réelection

Le vice-ministre de la Protection de l'environnement Yaron Mazuz s'est montré en compagnie de l'ancien soldat controversé dans une vidéo en amont des primaires du parti

Elor Azaria (à gauche) et le député du Likud Yaron Mazuz (Crédit : capturé d'écran Facebook)
Elor Azaria (à gauche) et le député du Likud Yaron Mazuz (Crédit : capturé d'écran Facebook)

Un membre du Likud, qui est candidat à sa réélection aux primaires du parti, a intégré à sa campagne un personnage très controversé. Elor Azaria, l’ancien soldat israélien qui a été condamné pour homicide et qui a purgé une peine de prison, pour avoir tué un assaillant palestinien neutralisé.

Dans une vidéo publiée sur sa page Facebook mercredi, Yaron Mazuz, vice-ministre de la Protection de l’Environnement, a demandé leur soutien aux membres du parti, assis à côté d’Azaria.

« Avec l’aide de Dieu, et celle d'[Azaria], nous réussirons », a-t-il dit en serrant la main de l’ex-soldat. Azaria ne prend pas la parole dans la vidéo.

Les primaires du Likud auront lieu le 5 février. 150 candidats briguent une place sur la liste du parti, qui pourra leur donner un siège dans la prochaine Knesset. Les élections nationales auront lieu le 9 avril, et le Likuk, chapeauté par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, devrait arriver en première place et décrocher entre 25 et 30 sièges au Parlement, qui en compte 120.

אלאור הצטרף אליי -הצטרפו גם כן.

Posted by ‎Yaron Mazuz – ירון מזוז‎ on Wednesday, 23 January 2019

Azaria a purgé 9 mois d’une peine de 18 mois pour avoir tué Abdel Fattah al-Sharif, un Palestinien qui avait poignardé un soldat israélien et qui avait déjà été neutralisé.

Azaria a toujours maintenu qu’il a agit correctement. La fusillade avait été filmée et s’était déroulée le 24 mars 2016, dans la ville de Hébron en Cisjordanie.

Il a déclaré qu’il avait tiré une balle sur Sharif parce qu’il pensait qu’il cachait une bombe sous ses vêtements, et parce qu’il y avait un couteau dans les parages. Il a déclaré que tout le monde criait que quelqu’un fasse quelque chose, et « j’ai agi exactement comme on me l’a enseigné depuis le début de mon entraînement en tant que combattant ».

Un soldat israélien chargeant son arme avant de sembler tirer à la tête sur un terroriste palestinien au sol, apparemment désarmé, à la suite d’une attaque au couteau à Hébron, le 24 mars 2016. (Crédit : capture d’écran B’TSelem)

Le tribunal militaire avait rejeté l’argument d’Azaria et évoqué la nonchalance du soldat au moment où il a tué Sharif, et le fait qu’il a déclaré à ses camarades que l’assaillant méritait de mourir, après qu’il a attaqué ses camarades.

L’affaire Azaria avait profondément polarisé la société israélienne, notamment sur les activités de l’armée israélienne en Cisjordanie. Certains – majoritairement à droite – estimaient qu’il s’était comporté en héros en tuant un assaillant palestinien, mais d’autres estimaient qu’il avait enfreint la loi et aurait mérité une sanction plus dure.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...