Un élu kurde appelle Israël à intervenir diplomatiquement contre la Turquie
Rechercher

Un élu kurde appelle Israël à intervenir diplomatiquement contre la Turquie

Interrogé par une radio israélienne, un député appelle à "sauver le peuple kurde" ; les autorités réclament un corridor humanitaire et accusent Ankara d'user d'armes chimiques

La ville de Saniurfa, du côté turc de la frontière avec la Syrie dans la ville de Ceylanpinar, d'où l'on aperçoit des colonnes de fumée et des incendies émanant de la ville syrienne de Ras al-Ayn lors de l'offensive turque contre les Kurdes, le 17 octobre 2019. (Ozan KOSE / AFP)
La ville de Saniurfa, du côté turc de la frontière avec la Syrie dans la ville de Ceylanpinar, d'où l'on aperçoit des colonnes de fumée et des incendies émanant de la ville syrienne de Ras al-Ayn lors de l'offensive turque contre les Kurdes, le 17 octobre 2019. (Ozan KOSE / AFP)

Un responsable politique kurde s’est entretenu avec une radio israélienne depuis une ville syrienne, appelant l’État juif à venir en aide à son peuple et affirmant que toute la région en pâtirait si l’opération turque dans la région kurde se poursuivait.

« Nous espérons qu’Israël agira dans l’arène diplomatique pour sauver le peuple kurde », a ainsi déclaré cet élu, identifié uniquement par la première lettre de son prénom en hébreu, à la radio de l’armée jeudi. « Si les problèmes ne sont pas résolus, tout le Moyen-Orient en subira des conséquences. »

« L’offensive turque a permis aux terroristes [de l’État islamique] de s’enfuir de prisons », a-t-il ajouté. « S’ils atteignent d’autres pays de la région, ils représenteront des bombes à retardement. »

Les autorités kurdes ont appelé jeudi dans un communiqué à l’établissement d’un corridor humanitaire pour évacuer les civils d’une ville frontalière encerclée par les troupes d’Ankara, au 9e jour de l’offensive turque.

Cet appel à la création d’un corridor depuis Ras al-Ayn survient après des frappes sur une infrastructure médicale syrienne par des alliés de la Turquie, piégeant les patients et le personnel à l’intérieur, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) basé au Royaume-Uni.

Les autorités kurdes ont également accusé la Turquie de faire usage d’armes interdites telles que du napalm et du phosphore blanc, ce que le pays a démenti.

Le recours à de telles armes depuis le début de l’assaut turc n’a pas pu être confirmé indépendamment.

La périphérie de Tal Tamr près de la ville kurdo-syrienne de Ras al-Ayn près de la frontière turque, où des pneus ont été incendiés pour diminuer la visibilité des avions militaires turcs, le 16 octobre 2019. (Delil SOULEIMAN / AFP)

« L’invasion turque emploie toutes les armes disponibles contre Ras al-Ayn », a affirmé le communiqué kurde.

« Confronté à l’échec évident de son projet, Erdogan emploie des armes interdites internationalement telles que le phosphore et le napalm », ajoute celui-ci.

Le ministre de la Défense turc Hulusi Akar a démenti jeudi les allégations.

« C’est un fait connu de tous que les Forces armées turques ne disposent pas d’armes chimiques dans leur arsenal », a-t-il assuré à des journalistes.

Il a accusé les Kurdes de Syrie de « faire usage d’armes chimiques afin de nous accuser nous ».

Une fillette syrienne, en larmes, contrainte de fuir après l’invasion militaire turque dans le nord-est de la Syrie arrive dans le camp de Bardarash, au nord de Mossoul, en Irak, le 16 octobre 2019. (AP Photo/Hussein Malla)

Le chef de l’OSDH, Rami Abdel Rahman, a fait état d’une hausse inquiétante de victimes de brûlures ces deux derniers jours, la plupart venues de la région de Ras al-Ayn.

Les responsables kurdes ont publié sur les réseaux sociaux une vidéo montrant des enfants souffrant de brûlures qu’un médecin de la province de Hasakeh présente comme conforme à l’usage d’armes interdites.

Rendus tristement célèbres par les forces américaines pendant la guerre du Vietnam, le napalm et les substances chimiques liées sont un mélange d’un agent gélifiant et d’une substance pétrochimique volatile utilisée dans les bombes incendiaires.

Le phosphore blanc est utilisé pour créer un écran de fumée ou pour délimiter un champ de bataille, mais il peut également servir d’arme incendiaire mortel, ce qui est interdit par le droit international.

Un porte-parole des Forces démocratiques syriennes, l’armée de la région kurde autonome, a demandé aux organisations internationales d’envoyer des experts.

« Nous appelons vivement les organisations internationales à envoyer leurs équipes pour examiner certaines blessures occasionnées pendant l’attaque », a déclaré Mustefa Bali sur les réseaux sociaux.

« Les structures médicales dans le nord-est de la Syrie manquent d’experts », a-t-il ajouté.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan fait fi de la pression internationale et n’a pas l’intention de mettre fin à son offensive, qui a fait des dizaines de morts civils et contraint plus de 300 000 personnes à fuir leurs maisons.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...