Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

Un enseignant réintégré après avoir été renvoyé pour ses publications pro-Hamas  

Un tribunal de Tel Aviv s'oppose à la décision de la municipalité de Petah Tikva de licencier un enseignant qui a justifié les massacres du Hamas

Un enseignant soupçonné d'avoir publié des messages en ligne soutenant le terrorisme et justifiant les massacres du 7 octobre perpétrés par le Hamas. (Crédit : Police israélienne)
Un enseignant soupçonné d'avoir publié des messages en ligne soutenant le terrorisme et justifiant les massacres du 7 octobre perpétrés par le Hamas. (Crédit : Police israélienne)

Un professeur d’histoire et d’éducation civique, accusé d’avoir justifié les viols et autres atrocités commis par le Hamas lors des massacres du 7 octobre, a été acquitté et réintégré à son poste dans la ville de Petah Tikva, dans le centre du pays, selon la presse israélienne.

L’enseignant, du nom de Meir Baruchin, avait été arrêté en novembre après que la police eut reçu des plaintes concernant ses publications sur Facebook et d’autres réseaux sociaux.

Le tribunal du travail du district de Tel Aviv a statué lundi que le licenciement n’était pas justifié et a ordonné à la municipalité de Petah Tikva de réintégrer Baruchin, qui avait été licencié le 19 octobre pour ses publications dénonçant le Premier ministre Benjamin Netanyahu et l’armée israélienne, selon le quotidien Haaretz.

« Les soldats israéliens n’ont pas violé les Palestiniens ? Ils le font depuis 1948 et cela ne figure dans aucun manuel scolaire », a affirmé le suspect sur un groupe de messagerie d’enseignants, après le déclenchement du conflit le 7 octobre. Il réagissait apparemment aux informations signalant les viols commis par les terroristes du Hamas lors de leur attaque meurtrière dans le sud d’Israël.

« Une nation occupée est autorisée à faire tout ce qui est nécessaire pour mener à bien sa lutte », a-t-il écrit dans un autre message, semblant justifier les atrocités commises par le Hamas, dont les terroristes ont assassiné près de 1 200 personnes ce jour-là, pour la plupart des civils massacrés dans leurs maisons et lors d’un festival de musique, et ont enlevé au moins 240 personnes qu’ils ont emmenés de force à Gaza.

Le tribunal a également ordonné au ministère de l’Éducation de retirer la plainte du dossier de l’enseignant afin qu’il puisse exercer librement son métier dans les écoles du pays.

Selon l’article, le tribunal a jugé que les publications exprimant une opposition à « l’occupation », c’est-à-dire le contrôle militaire israélien de la Cisjordanie, n’équivalaient pas à un soutien au terrorisme.

Baruchin est un enseignant confirmé qui travaille depuis 30 ans dans les lycées israéliens. Selon les médias, il aurait déjà manifesté son soutien au terrorisme, dénigré les forces de sécurité et fait l’éloge funèbre d’un terroriste par le passé.

La police a déclaré qu’elle appliquait une politique de tolérance zéro à l’égard de l’incitation à la violence et du soutien au terrorisme, alors que la guerre contre le Hamas en est à son quatrième mois.

Michael Horovitz a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.