Un Éthiopien avec une malformation cardiaque traité en Israël pour la 2e fois
Rechercher

Un Éthiopien avec une malformation cardiaque traité en Israël pour la 2e fois

Des médecins israéliens ont sauvé le cœur de Luleseged Kassa lorsqu’il avait 13 ans, et il est devenu un sportif professionnel ; 20 ans plus tard, ils interviennent à nouveau

Luleseged Kassa (Autorisation : Save a Child's Heart)
Luleseged Kassa (Autorisation : Save a Child's Heart)

Il y a quelques mois, Luleseged Kassa d’Addis-Abeba a été dévasté d’apprendre que son cœur, sauvé par des médecins israéliens alors qu’il était adolescent, présentait une malformation majeure, incurable en Éthiopie.

Lorsqu’il avait 13 ans, l’association caritative israélienne Save a Child’s Heart l’avait fait venir en avion à Tel Aviv pour lui remplacer deux valves cardiaques. Mais quand il a eu 33 ans, une valvule sur une de ces valves s’est coincée. En d’autres termes, un mécanisme censé s’ouvrir pour laisser le sang approvisionner le cœur lors d’un demi battement de cœur, a cessé de fonctionner.

Il n’a pas tout de suite réalisé à quel point le problème était grave – il aurait pu en mourir – ni que dans les pays occidentaux, il aurait été traité par une opération d’urgence dans les 48 heures.

À présent, il est en convalescence à Tel Aviv, il récupère d’une opération organisée et financée par Save a Child’s Heart, une organisation qui a sauvé près de 6 000 enfants de 62 pays en les faisant venir en Israël pour recevoir un traitement.

Il est rare que les patients de l’association reviennent en Israël à l’âge adulte, mais les médecins ont affirmé avoir ressenti un « engagement moral » après avoir entendu l’histoire déchirante de l’ancien sportif de 33 ans, qui avait soudain du mal à monter les escaliers.

« Il avait une malformation cardiaque complexe qui ne pouvait pas être traitée en Éthiopie, nous avons donc organisé une opération pour lui », a déclaré le Dr Lior Sasson de l’hôpital Wolfson de Holon, qui a procédé à l’opération avec son collègue le Dr Hagi Dekel.

« Nous l’avons fait par engagement moral et par désir d’aider nos patients autant que possible, même après qu’ils ont grandi », a-t-il déclaré.

Archive : le Dr Lior Sasson (au centre) opère l’hôpital Wolfson de Holon le mercredi 25 décembre 2013. (Crédit photo : Ilan Ben Zion / Times of Israel staff)

Le philanthrope Morris Kahn, président d’honneur de Save a Child’s Heart International, a financé les vols, la chirurgie et les autres dépenses. Kassa, bien qu’ayant réussi sa carrière de joueur et entraîneur de basket-ball, n’avait pas d’argent pour couvrir même juste une partie du traitement ; il vit actuellement avec sa femme dans un appartement d’une pièce sans électricité.

Dans une interview accordée au Times of Israel peu de temps après sa sortie de l’hôpital, en convalescence dans un centre géré par l’association caritative, Kassa a déclaré : « je peux de nouveau descendre les escaliers. Je suis tellement heureux. Avant l’opération, monter un escalier me prenait 30 minutes. »

« C’est bon de revenir en Israël après 20 ans, et mon cœur se renforce progressivement. J’ai souvent raconté aux gens comme c’était bien quand j’étais venu ici adolescent », a-t-il dit. « Je répète à tout le monde que c’est un pays magnifique où j’ai reçu des soins exceptionnels, et c’est exactement comme je m’en souvenais. »

« Sans cette opération, il serait probablement mort », a expliqué Dekel. « Dans les hôpitaux des pays modernes, si un patient vient avec une valvule coincée, ce qui signifie que le sang ne peut pas circuler dans le cœur correctement, on met en place une procédure d’urgence le jour même ou le lendemain. »

« Nous avons pu, il y a 20 ans, lui donner la possibilité de mener une vie normale, malgré des problèmes avec deux des valves de son cœur, desquels il serait probablement mort avant l’âge adulte s’ils n’avaient pas été traités. À présent, il a semblé juste et naturel de l’aider à nouveau. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...