Un ex-chasseur de nazis s’en prend au musée Whitney
Rechercher

Un ex-chasseur de nazis s’en prend au musée Whitney

Neal Sher a demandé au trésor US de retirer au musée son statut d'exonération fiscale en raison d'une "campagne de diffamation" à l'encontre d'un membre juif de sa direction

Le musée Whitney à New York, le 18 novembre 2019 (Crédit : Wikimedia Commons via JTA)
Le musée Whitney à New York, le 18 novembre 2019 (Crédit : Wikimedia Commons via JTA)

JTA — Un ancien chasseur de nazis a demandé au Trésor public d’ôter au musée Whitney d’art américain son statut d’exonération fiscale en raison de sa gestion de manifestations survenues en lien avec Israël.

Neal Sher avait dirigé le bureau des enquêtes spéciales du département de la Justice dans les années 1980 et 1990.

Sher a soumis sa demande dans un courrier envoyé au Trésor américain, au début du mois, en raison de la réponse aux pressions exercées sur l’institution et qui avait été finalement apportée par le musée de New York, débouchant finalement sur la démission d’un ancien membre de son conseil d’administration – un producteur de gaz lacrymogènes qui compte, entre autres, parmi ses clients le ministère israélien de la Défense.

Dans la lettre, Sher clame que le musée a « orchestré et s’est plié à une campagne de diffamation concertée à l’encontre de Warren Kanders », le propriétaire de l’entreprise impliquée, qui est juif.

Les activistes avaient protesté pendant des mois contre l’implication de Kanders au sein du musée, racontant comment ses produits avaient été utilisés pour disperser les migrants qui tentaient de franchir la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique et qui avaient aussi été utilisés par Israël dans les territoires palestiniens, a fait savoir lundi le Financial Times.

Kanders avait démissionné l’année dernière en raison de ces mouvements de protestation.

Les militaires israéliens lancent du gaz lacrymogène vers les manifestants à l’est de Gaza City le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël, le 29 juin 2018, durant des affrontements avec les Palestiniens (Crédit : AFP PHOTO / MAHMUD HAMS)

Les porte-paroles du musée Whitney et de Kanders se sont refusés à tout commentaire auprès du Financial Times .

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...