Un ex-élu bahreïni rejette la désinformation sur la libération de Gilbert-Moore
Rechercher

Un ex-élu bahreïni rejette la désinformation sur la libération de Gilbert-Moore

Téhéran a accusé Jasim Husain d'avoir aidé l'universitaire australienne libérée la semaine dernière dans ses missions d'espionnage pour le compte d'Israël

L'universitaire britanno-australienne Kylie Moore-Gilbert est vue à Téhéran, en Iran. (Télévision d'État iranienne via AP)
L'universitaire britanno-australienne Kylie Moore-Gilbert est vue à Téhéran, en Iran. (Télévision d'État iranienne via AP)

Un ancien législateur bahreïni accusé par Téhéran d’avoir aidé une universitaire australo-britannique à espionner les exilés chiites en Iran a rejeté ces accusations comme étant « à 0 % vraies ».

Kylie Moore-Gilbert, une universitaire du Moyen-Orient, a été libérée la semaine dernière après 804 jours derrière les barreaux dans le cadre d’un échange contre trois Iraniens liés à un complot manqué visant à tuer des fonctionnaires israéliens à Bangkok.

Suite à sa libération, l’Iran l’a accusée d’être un agent des services de renseignements israéliens et d’avoir travaillé avec l’ex-député bahreïni Jasim Husain pour cibler les figures de l’opposition bahreïnie en exil qui se trouvent actuellement en Iran.

Elle a été arrêtée pour espionnage présumé par le Corps des gardiens de la révolution islamique en 2018, après avoir assisté à une conférence universitaire dans la ville sainte de Qom, dans le centre de l’Iran.

Les médias iraniens affirment qu’elle a appris l’hébreu et qu’elle a eu des contacts avec un employé du service de sécurité intérieure du Shin Bet lors de sa visite en Israël. Les agents de renseignement lui auraient alors dit de changer de domaine d’études, de passer de l’engagement iranien en Syrie à des activités d’opposition au Bahreïn, selon les médias.

Selon les médias iraniens, Moore-Gilbert a été formée au travail de renseignement en Israël, notamment en apprenant le farsi et l’arabe et en utilisant des communications cryptées, puis a été envoyée à Bahreïn pour recueillir des informations sur les dirigeants de l’opposition chiite en Iran.

« L’histoire n’est pas convaincante pour quiconque a des connaissances de base », a déclaré Husain au Guardian dans une interview publiée mercredi.

Husain a déclaré qu’il avait rencontré Moore-Gilbert lors d’une conférence universitaire en Australie avant sa visite en Iran en 2018.

Jasim Husain. (Crédit : Twitter)

« J’étais au courant de son voyage, elle s’y rendait pour une conférence, puis se rendait sur des sites touristiques, puis se livrait à des recherches », a déclaré Husain.

Les rapports indiquent qu’elle a tenté d’organiser une rencontre avec une figure de l’opposition bahreïnie basée en Iran, ce qui a éveillé les soupçons des autorités iraniennes et conduit à son arrestation.

« Les chercheurs saisissent normalement l’occasion de faire des recherches primaires plutôt que secondaires », a déclaré Husain. « Kylie ne peut faire de mal à personne, et encore moins à un pays. Elle est vraiment pacifiste, une vraie chercheuse, une universitaire, quelqu’un qui aime le Moyen-Orient. »

Ils « pensent que Kylie et moi avons travaillé pour les miner, les espionner et transmettre des informations à une communauté de renseignement », a-t-il dit. « Ce n’est absolument pas vrai – c’est vrai à 0 %. »

Les médias iraniens ont rapporté que le père de Moore-Gilbert était Juif, qu’elle s’était convertie au judaïsme au Royaume-Uni en 2007 et qu’elle avait visité Israël à plusieurs reprises depuis. Les médias iraniens ont également déclaré qu’elle avait épousé son partenaire, Ruslan Hodorov, un Israélien d’origine russe, lors d’une cérémonie juive en 2017.

Les rapports iraniens sont en contradiction avec les informations précédentes sur son arrestation et n’ont pas été corroborés par des sources internationales.

La semaine dernière, les médias australiens ont déclaré que Moore-Gilbert avait été arrêtée après que les autorités iraniennes aient découvert qu’elle avait un partenaire israélien.

Fairfax Media a déclaré que l’existence du mari israélien de Moore-Gilbert avait conduit les autorités iraniennes à l’arrêter à l’aéroport de Téhéran alors qu’elle se préparait à quitter le pays.

Les autorités iraniennes l’ont condamnée à 10 ans de prison pour espionnage. Le gouvernement australien et Moore-Gilbert ont rejeté ces allégations comme étant sans fondement.

À Bangkok, les autorités thaïlandaises ont déclaré la semaine dernière qu’elles avaient renvoyé à Téhéran trois Iraniens impliqués dans un complot d’attentat raté à la bombe en 2012. Bien qu’ils aient refusé d’appeler cela un échange et que l’Iran ait qualifié les hommes « d’activistes économiques », l’arrangement a libéré Moore-Gilbert et a permis aux trois hommes, qui auraient voulu viser des diplomates israéliens, de rentrer chez eux en héros.

Dans sa première déclaration depuis son retour en Australie, Moore-Gilbert a déclaré mardi qu’elle était « totalement époustouflée » par les efforts de ses amis et de sa famille pour obtenir sa libération.

Elle a remercié ses partisans du « fond du cœur », en disant qu’ils l’avaient aidée à traverser « un cauchemar sans fin et implacable ».

« Honnêtement, je n’ai pas de mots pour exprimer la profondeur de ma gratitude et à quel point je suis touchée », a déclaré la jeune femme de 33 ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...