Un ex-joueur de football italien s’excuse de son antisémitisme
Rechercher

Un ex-joueur de football italien s’excuse de son antisémitisme

Paolo Di Canio a fait cette déclaration par le biais d’une lettre addressée à Noemi Di Segni, présidente de l’Union des Communautés juives italiennes

Paolo Di Canio (Crédit : CC-BY-SA-3.0/Hilton Teper)
Paolo Di Canio (Crédit : CC-BY-SA-3.0/Hilton Teper)

Un ancien joueur de football italien qui avait été suspendu de son poste de commentateur à la télévision après avoir dévoilé un tatouage pro-fasciste a affirmé qu’il rejetait les points de vue “antisémites, racistes, discriminatoires et violents”.

Paolo Di Canio a fait cette déclaration par le biais d’une lettre addressée à Noemi Di Segni, présidente de l’Union des Communautés juives italiennes ou UCEI, disant qu’il voulait envoyer un message à la communauté juive toute entière.

Au mois de septembre, la chaîne Sky Sports Italia avait suspendu Di Canio après qu’il soit apparu au cours de la couverture d’un match de football portant un tee-shirt révélant un tatouage sur lequel était écrit “DUX.”

Le terme latin pour leader, Dux, est à l’origine du terme italien “Il Duce,” qui était le titre choisi par Benito Mussolini, qui gouverna l’Italie durant deux décennies et fut un allié d’Adolf Hitler.

“Je pense, sans conteste, que les lois racistes de Mussolini ont été une infamie terrible de l’histoire de notre pays, une infamie qui a causé une tragédie immense pour des milliers de Juifs en Italie”, a écrit Di Canio à l’attention de Di Segni dans un courrier publié lundi, disant qu’il s’agissait là de sa position « convaincue et déterminée ».

Di Segni n’a pas répondu directement mais, selon le site internet de l’UCEI, moked.it, a noté : « un sens de la responsabilité pour endiguer toute forme de haine, pesant encore plus lourdement sur ceux qui s’adressent au public et qui, en jouant un rôle spécifique, ont une reconnaissance médiatique claire. Ils contribuent inévitablement à former les consciences et les opinions, en particulier des plus jeunes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...