Un fabricant de tahini visé par un appel au boycott après un don à une ONG LGBT
Rechercher

Un fabricant de tahini visé par un appel au boycott après un don à une ONG LGBT

Al Arz, à Nazareth, visé par l'appel au boycott par des Arabes israéliens, affirme vouloir rester "une maison ouverte" ; d'éminents députés arabes lui apportent leur soutien

Du tahini Al Arz (Autorisation)
Du tahini Al Arz (Autorisation)

Après avoir fait un don public à une organisation caritative LGBTQ, une firme israélienne de fabrication de tahini a provoqué un débat au sujet des droits LGBT parmi les Arabes israéliens.

Appels au boycott et expressions de soutien se sont succédés de la part des Arabes israéliens après le don effectué par l’entreprise Al Arz à une organisation de défense des droits LGBT. La compagnie avait annoncé, le 1er juin, un plan de financement pour la mise en place d’une ligne d’urgence visant à venir en aide aux jeunes issus de la communauté homosexuelle, en coopération avec Aguda – l’Association pour l’égalité LGBTQ au sein de l’Etat juif.

Al Arz, une entreprise située à Nazareth, dans le nord du pays, est l’un des plus important fabricant de tahini. Elle représenterait un cinquième du total des ventes de ce produit populaire dans le pays, selon les estimations.

Plusieurs vidéos de consommateurs et de propriétaires de commerces arabes israéliens ont été postées récemment sur les réseaux sociaux. On les voit jeter des boîtes de tahini Al Arz à la poubelle pour protester contre la décision prise par l’entreprise en faveur des LGBT. Certains responsables religieux ont critiqué cette initiative.

À côté de ces appels au boycott, toutefois, certains Arabes israéliens ont exprimé leur soutien à la communauté LGBT sur les réseaux sociaux.

« Voyons le verre à moitié plein – on parle de la communauté gay ! Après de longues années de marginalisation et de déni de l’existence de la communauté LGBT dans nos villages et parmi nos amis, c’est une avancée formidable », a écrit Hanin Majadli, professeur d’arabe, sur Facebook.

Si de nombreux Arabes israéliens sont socialement conservateurs, les LGBTQ issus de cette communauté assument un rôle de plus en plus éminent. Les funérailles d’Ayman Safiya, un danseur arabe israélien célèbre qui s’était noyé au mois de mai, ont rassemblé des milliers de personnes même s’il revendiquait son identité queer.

Répondant aux appels au boycott, Al Arz a répété son soutien à la communauté LGBT.

« Nous, membres de la grande famille Al Arz, aimons les êtres humains, sans faire de différenciation en termes de religion, de sexe, de genre ou de couleur. La nourriture connecte les gens entre eux. Et nous aussi. Nous continuerons à être une maison ouverte et à tenter de venir en aide aux secteurs désavantagés, quels qu’ils soient », a souligné un communiqué.

Certains politiciens arabes israéliens se sont également exprimés contre le boycott – même s’ils n’ont pas directement cité la communauté LGBT.

Le président de la Liste arabe unie Ayman Odeh a affirmé jeudi dans un post sur Facebook que la campagne contre Al Arz était dirigée par ses concurrents « Juifs et Arabes ». Il a estimé qu’il était « hypocrite de boycotter Al Arz tout en ignorant des firmes israéliennes qui soutiennent fièrement les implantations et l’armée ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...