Un faux “New York Times” anti-Israël distribué à New York
Rechercher

Un faux “New York Times” anti-Israël distribué à New York

Environ 10 000 copies de l’édition du faux Times ont été distribuées, s’excusant du biais présumé pro-Israël du quotidien libéral

Copie d'écran de la fausse édition anti-israélienne du New York Times, distribué à New York le 2 février 2016.
Copie d'écran de la fausse édition anti-israélienne du New York Times, distribué à New York le 2 février 2016.

Environ 10 000 copies d’une fausse édition anti-Israël du New York Times ont été distribuées aux New Yorkais mardi matin.

Des militants anti-Israël ont distribué la fausse édition dans Manhattan, y compris à Grand Central Station, Penn Station, Times Square et d’autres lieux extrêmement fréquentés.

Le faux Times annonce une « nouvelle politique éditoriale » concernant la couverture du conflit israélo-palestinien, suggérant que la couverture a été, jusqu’à présent, pro-israélienne.

« Il est venu à notre attention que, pendant les mois de septembre et octobre 2015, 10 titres ont décrit les Palestiniens comme instigateurs des violences, contre aucun pour les Israéliens. Nos articles d’actualité ont parlé de violence palestinienne 36 fois et de violence israélienne seulement deux fois. Nous avons utilisé le mot ‘terroriste’ pour décrire des Palestiniens 42 fois, mais seulement deux fois pour décrire un Israélien. »

L’édition papier était accompagnée d’une version en ligne [qui n’est plus disponible].

Une publicité figurant dans la fausse édition anti-israélienne du New York Times distribuée à New York le 2 février 2016.
Une publicité figurant dans la fausse édition anti-israélienne du New York Times distribuée à New York le 2 février 2016.

« Nous sommes conscients qu’un nombre disproportionné de nos articles d’informations de ces 18 derniers mois se sont concentrés sur les communiqués du gouvernement israélien et sur la position et le point de vue de citoyens israéliens juifs ; seule une petite partie d’entre eux comprenait des orateurs palestiniens, qu’ils soient des officiels ou des résidents qui supportent les effets des politiques israéliennes dans leur vie quotidienne. Quand nous parlions des victimes de violence, nous avons décrit et identifié les Israéliens juifs plus fréquemment que nous ne l’avons fait pour les victimes palestiniennes. A partir de maintenant, nous tenterons de corriger cette situation et d’autres déséquilibres », est-il écrit dans une fausse annonce.

La section des « corrections » liste le nom des 150 Palestiniens tués par les forces de sécurité israélienne ces derniers mois, dont la plupart pendant qu’ils menaient des attaques terroristes contre des Israéliens, et plusieurs douzaines tués pendant des affrontements avec les forces de sécurité en Cisjordanie et à Jérusalem.

Sur la première page du journal, un article raconte comment la candidate démocratique à la présidentielle « Hilarity Clifton » a abandonné sa course à la Maison Blanche afin de diriger une organisation non lucrative féministe basée à Ramallah.

Un autre « article » annonce que le Congrès américain va reconsidérer son aide militaire à Israël, et utilise une infographie pour illustrer la disparité des aides accordées aux pays du Moyen-Orient.

Une publicité figurant dans la fausse édition anti-israélienne du New York Times distribuée à New York le 2 février 2016.
Une publicité figurant dans la fausse édition anti-israélienne du New York Times distribuée à New York le 2 février 2016.

La une présente également plusieurs fausses publicités, dont une pour les ciments Shalom, une compagnie spécialisée dans la construction de « murs d’apartheid », et une autre pour une montre de luxe : « Le temps est venu de mettre fin à l’aide militaire israélienne ».

Une porte-parole du vrai New York Times a déclaré que le journal « s’oppose à la tentative de cette organisation (ou de toute autre organisation) de masquer son opinion politique sous la bannière du New York Times. Nous pensons fermement que ceux qui défendent des positions politiques sont mieux servis en parlant ouvertement, avec leurs propres voix », selon une citation de The Independant.

Il n’a pas été précisé quelle organisation avait organisé le canular, bien qu’il ressemble fortement à une plaisanterie organisée en 2008 par les Yes Men.

La league anti-diffamation (ADL) a trouvé la plaisanterie « décevante ».

« La diatribe, publiée de manière anonyme, transmet de fausses informations et des thèmes ressemblant à ceux des militants anti-Israël et soutiens du mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), a déclaré Jonathan Greenblatt, le président de l’ADL, dans un communiqué. Nous accueillons l’objection du New York Times à cette agression de leur marque, et soutenons la pensée que ‘ceux qui défendent des positions politiques sont mieux servis en parlant ouvertement, avec leurs propres voix’. Les New Yorkais sont assez avancés pour voir que ces « informations » n’étaient pas assez convenables pour être imprimées. »

Le New York Times original critique très souvent Israël dans ses éditoriaux, et a réprimandé la semaine dernière le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour ce qu’il a dit être des « reproches injustes » de l’ambassadeur américain Dan Shapiro, quand celui-ci a exprimé son inquiétude sur l’extension des implantations israéliennes et la politique d’Israël envers les Palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...