Un film révèle comment le mime Marceau a sauvé des enfants des horreurs nazies
Rechercher

Un film révèle comment le mime Marceau a sauvé des enfants des horreurs nazies

Réalisé par le juif vénézuélien Jonathan Jakubowicz, il explore les jeunes années de Marcel Marceau, quand il s'est allié à son frère et à son cousin pour aider des orphelins juifs

  • Jesse Eisenberg dans le rôle de Marcel Marceau dans ‘Resistance.’ (Autorisation : IFC Films)
    Jesse Eisenberg dans le rôle de Marcel Marceau dans ‘Resistance.’ (Autorisation : IFC Films)
  • Une scène de ‘Resistance.’ (Autorisation : IFC Films)
    Une scène de ‘Resistance.’ (Autorisation : IFC Films)
  • Marcel Marceau photographié à Paris, le 12 février 2003 (Crédit :AP Photo/Laurent Emmanuel)
    Marcel Marceau photographié à Paris, le 12 février 2003 (Crédit :AP Photo/Laurent Emmanuel)
  • Jesse Eisenberg dans le rôle de Marcel Marceau dans ‘Resistance.’ (Autorisation : IFC Films)
    Jesse Eisenberg dans le rôle de Marcel Marceau dans ‘Resistance.’ (Autorisation : IFC Films)
  • Ed Harris dans le rôle de George S. Patton dans ‘Resistance.’ (Autorisation : IFC Films)
    Ed Harris dans le rôle de George S. Patton dans ‘Resistance.’ (Autorisation : IFC Films)
  • Jesse Eisenberg dans le rôle de Marcel Marceau dans ‘Resistance.’ (Autorisation : IFC Films)
    Jesse Eisenberg dans le rôle de Marcel Marceau dans ‘Resistance.’ (Autorisation : IFC Films)

NEW YORK — Quand je mentionne le nom de Marcel Marceau, à quoi pensez-vous donc ? A un type au visage peint en blanc, éphémère serveur de bistrot ? Ou à l’intérieur d’une boîte invisible ? Ou incarnant le seul rôle parlé dans « La dernière folie » de Mel Brooks ? Eh bien, à part avoir été le mime le plus célèbre du monde, il s’avère que ce grand artiste juif français a également été pas moins qu’un héros pendant la Seconde Guerre mondiale.

Un nouveau film appelé « Résistance » et réalisé par le juif vénézuélien Jonathan Jakubowicz explore les jeunes années de Marceau, pendant lesquelles le comédien en herbe s’est allié à son frère et à son cousin pour venir en aide à des orphelins juifs. C’est à ce moment-là qu’il aurait utilisé pour la première fois ses talents de clown, et ses capacités devaient être précieuses pour calmer les enfants alors qu’il leur faisait passer la frontière séparant la France et la Suisse.

Le film, disponible en streaming et sur demande en Amérique du nord depuis le 27 mars, amplifie très certainement ce qu’a été la réalité à des fins dramatiques. Je doute que Marceau ait autant rencontré en face à face « le boucher de Lyon », Klaus Barbie. Et il est impossible qu’il ait utilisé ses « pouvoirs de cirque » pour envoyer une boule de feu sur les gardes de la Gestapo en un seul souffle, permettant ainsi à des gens de s’évader d’un camion de la police. Mais l’histoire sous-jacente – et en particulier les passages de la frontière en Suisse – sont vraies.

J’ai eu la chance de m’entretenir, il y a quelques semaines, avec Jakubowicz – bien avant que le COVID-19 ne vienne bouleverser nos existences. Vous pourrez découvrir ci-dessous une retranscription révisée de notre conversation.

Le réalisateur et scénariste Jonathan Jakubowicz lors de la Première, aux Etats-Unis, de « Hands of Stone » à New York, le 22 août 2016 (Crédit : Evan Agostini/Invision/AP, file)

Je viens tout juste d’apprendre que « Résistance » va être projeté lors du festival du film de la mer Rouge inaugural en Arabie saoudite. C’est significatif parce que – je n’ai pas à vous le dire – les histoires sur les Juifs et la Shoah ne sont pas souvent mises en avant dans le monde arabe.

J’ai reçu un message très émouvant de la part du directeur du festival, le réalisateur saoudien Mahmoud Sabbagh. Il m’a parlé de l’utilité de l’art pour briser les barrières historiques entre les cultures. Je sais combien le négationnisme de la Shoah est fort dans certaines parties du monde arabe et il n’y a donc probablement aucune autre région de la planète qui ait davantage besoin d’entendre le message transmis par le film. Je ne pense pas qu’un film sur la Shoah ait été présenté dans le monde arabe – et ce n’est assurément pas le cas en Arabie saoudite.

Est-ce que vous irez à la Première ?

Je ne le sais pas encore.

(Nota bene: Comme on le dit en Yiddish, « Mann tracht, Gott lacht » – « l’homme prévoit, Dieu en rit » – . Le festival du film de la mer Rouge a été annulé depuis en raison de la pandémie de COVID-19.)

Je vais le confesser : C’est sûr, j’ai déjà entendu parler de Marcel Marceau ; j’ai même vu une vidéo ou deux de ce qu’il faisait. Mais j’ignorais totalement qu’il avait été un membre juif de la résistance française.

C’était aussi mon cas. Et c’est la raison pour laquelle je suis devenu dingue quand j’ai entendu cette histoire. J’avais lu un article à ce sujet dans Open Culture et cela m’avait fasciné. Des histoires de la Seconde Guerre mondiale, j’en avais entendu pendant toute ma vie – il y a des survivants de la Shoah des deux côtés de ma famille – mais je n’avais jamais eu le sentiment que je pourrais en faire un film. C’était trop proche de moi.

Mais il y a quelque chose, dans ce qu’a fait Marcel Marceau, qui a réellement retenu mon attention. Ça parle d’espoir, de la manière dont il a sauvé des enfants. J’ai commencé à faire des recherches puis j’ai rencontré Georges Loinger, leader de la résistance qui était à la tête des Scouts juifs et qui était le cousin germain de Marcel. Nous nous sommes rencontrés à Paris, il avait 106 ans. Et il m’a offert un aperçu de première main sur la manière dont s’étaient déroulées les opérations.

Marcel Marceau photographié à Paris, le 12 février 2003 (Crédit :AP Photo/Laurent Emmanuel)

Entendre une histoire racontée par un homme de 106 ans – cela m’a obsédé. Et j’ai été sidéré par le fait qu’aucun film n’ait été réalisé sur le sujet auparavant.

Malheureusement, Georges est mort à l’âge de 108 ans lorsque nous étions en post-production et il n’a donc jamais pu voir le film. Mais nous le montrerons à la famille.

Et je soupçonne qu’ils vont l’aimer.

Eh bien, Marcel ne s’était jamais considéré comme un héros – ce qu’il était très clairement. La médaille Wallenberg lui avait été décernée en 2001 et on peut voir son discours sur YouTube à cette occasion – c’est incroyable.

Il parle de sauver la vie de ces enfants, mais il dit qu’en côtoyant toutes les horreurs qu’il y avait à ce moment-là, c’était impossible de se considérer comme un héros. Cela ne lui a jamais traversé l’esprit. Il ne s’était jamais senti à l’aise à l’idée d’être un héros, mais il avait risqué sa vie. Dans son esprit, c’était ce que n’importe qui d’autre aurait pu faire. Mais nous savons, bien sûr, que ça n’a pas toujours été le cas.

Pensez-vous que Marcel Marceau a minimisé cette partie de sa biographie ?

Il en a parlé plus tard dans sa vie. Et il a dit qu’il avait réalisé que cet « art du silence » était le reflet du silence conservé par les survivants dans les camps. Il a dit, dans de nombreuses interviews, qu’il y avait un parallèle à faire ici.

Je pense qu’il avait tenté de dissimuler cet héroïsme affiché en temps de guerre parce qu’il voulait que l’art transmette un message d’unité, mais si vous regardez certaines de ses chorégraphies au sujet des soldats, alors vous y verrez l’expression de la compréhension de la souffrance. Il était un mime, sans utiliser le langage, qui tentait de transmettre un message de paix. Quand j’ai reçu cette invitation depuis l’Arabie saoudite, j’ai pensé que oui, c’était quelque chose du message de Marcel Marceau qui était en train de se réaliser.

J’ai vu votre précédent film, « Hands of Stone », qui raconte l’histoire du boxeur Roberto Durán et, au moins du point de vue de la réalisation, les deux hommes utilisent le mouvement comme forme d’expression. Que ce soit avec le mime ou, vous savez, en utilisant le punching-ball. Avez-vous trouvé des similarités en tournant ces séquences ?

Plus vous filmez, plus vous vous améliorez. Plus vous avez de raccourcis. Alors oui, nous avons approché les combats de « Hands of Stone » comme une danse – c’était mon approche artistique. Mon compositeur m’a montré que j’avais mis en place des modèles – même s’ils ne m’avaient pas sauté aux yeux de prime abord.

Jesse Eisenberg dans le rôle de Marcel Marceau dans ‘Resistance.’ (Autorisation : IFC Films)

Le casting de ce film est essentiel. Et Jesse Eisenberg est le choix parfait.

J’ai écrit le film en pensant à lui. Sa mère était clown professionnel – croyez-le ou non. Il a donc grandi en la voyant peindre son visage pour aller travailler. Et il a perdu une partie de sa famille pendant la Shoah. Il a également une ressemblance physique avec Marcel mais, également, Jesse conserve une sorte d’arrogance artistique – comme Marcel – au moins au début du film.

Il a lu le script très rapidement et il a fallu peu de temps pour le convaincre de participer au film. Et cela a été une collaboration merveilleuse. Il avait de nombreuses idées formidables. Il a aidé à donner sa forme au film. C’est un génie créatif ; c’est un privilège de travailler avec une personnalité comme celle-là.

Je ne pense pas qu’il réalise qu’il est une star du cinéma. C’est un intellectuel, c’est un lecteur et un père formidable. Il y avait de nombreux enfants sur le tournage – les miens, ceux des autres membres de l’équipe – et tous couraient partout, ce qui était très particulier parce que le film parlait du secours apporté aux enfants pendant la guerre. Tourner un film sur la Shoah en Allemagne, comme ça, ça a été très spécial.

Oh, vous n’avez pas tourné en France ?

En Allemagne pour les intérieurs et en République tchèque pour les extérieurs. On avait regardé des sites en France, mais ils étaient trop modernisés. Les endroits qui n’avaient pas changé étaient bondés de touristes. Alors j’ai parlé avec des amis réalisateurs, en France, et il m’ont dit : « Va à Prague – c’est là où on va tous ».

Jesse Eisenberg dans le rôle de Marcel Marceau dans ‘Resistance.’ (Autorisation : IFC Films)

Se trouver en Europe et réaliser un film sur l’antisémitisme a dû être intéressant à l’heure actuelle au vu de l’augmentation des incidents antisémites qui a été enregistrée dans la région.

C’est indéniable. L’antisémitisme est de retour. C’est, en partie, ce qui m’a motivé à faire le film. Mais cela nous a aussi motivé lorsqu’on tournait.

Si vous vous rappelez de la scène sous le pont – pas de Spoiler, mais vous devez vous souvenir que c’est une scène remplie d’émotion, qui succède à un incident terrible – elle a été tournée précisément au lendemain du massacre de la synagogue Tree of Life de Pittsburgh [le 27 octobre 2018]. Et nous nous trouvions alors à Nuremberg. Que Jesse et moi, nous nous soyons trouvés à Nuremberg, en train de tourner un film sur le nazisme, vingt-quatre heures après que des Juifs ont été tués dans une synagogue aux Etats-Unis… Je ne trouve pas les mots pour décrire ce qu’a été cette journée.

Il y avait ce sentiment de se dire qu’une fois encore, ça recommençait – avec ce sentiment, également, que nous assumions notre part du travail.

Pendant que nous étions en Allemagne, malheureusement, nous avons eu certaines interactions avec des néo-nazis. Il y avait eu une manifestation à Chemnitz lorsque nous étions là-bas. Cette ville était à environ 90 kilomètres de là où nous nous trouvions. Il y avait d’ailleurs eu un état d’urgence face aux nazis qui avait été mis en place à Dresden alors que nous étions là-bas.

Ed Harris dans le rôle de George S. Patton dans ‘Resistance.’ (Autorisation : IFC Films)

Un jour, nous nous trouvions dans une piscine municipale et un néo-nazi était présent. Il est arrivé au bord du bassin et il arborait sur tout son dos un tatouage avec le mot « Aryen ». Et il y avait environ 100 Allemands autour de nous, et personne n’a rien dit. Tout le monde a détourné le regard, personne ne voulait avoir des problèmes.

Vous le faites remarquer à vos amis Allemands et ils vous répondent : « Eh bien, c’est ça, l’Allemagne. Que faire ? »

Le pantomime français Marcel Marceau sur scène à Berlin, le 2 janvier 1967 (Crédit : AP Photo/Edwin Reichert)

Je veux dire, on a travaillé avec de nombreux Allemands formidables, des libéraux à l’esprit ouvert. Mais, en même temps, il y a quelque chose de sous-jacent qui s’exprime là-bas et particulièrement dans l’est.

Il y a eu une fusillade dans un bar à narguilé récemment et, bien sûr, il y a eu ce qui est arrivé dans une synagogue de Halle, le jour de Yom Kippour. J’ai été choqué mais pas tant que ça.

Je pense que pour de nombreux Allemands, c’est une question compliquée. Le passé est si horrible et de tels efforts ont été livrés pour en venir à bout. Il est impossible pour eux de se dire que c’est réellement revenu.

Je sais que vous êtes originaire du Venezuela – même si vous vivez, aujourd’hui, aux Etats-Unis – est-ce un problème là-bas également ?

Eh bien, j’ai quitté le Venezuela parce que Hugo Chavez n’avait pas aimé mon premier film et que la chaîne publique officielle ne s’est pas contentée de m’attaquer, elle l’a fait en utilisant des propos antisémites. Elle a dit que le film relevait d’un complot sioniste contre Chavez et elle a menacé la communauté juive qui m’avait « laissé » réaliser le film. Le film n’avait pourtant rien à voir avec les Juifs, Israël ou quoi que ce soit d’autre – et bien entendu, rien à voir non plus avec Chavez. C’était un film dont le sujet était un enlèvement.

Mais il comprenait un personnage homosexuel, un soldat, et Chavez est un homophobe qui a perçu cela comme un délit contre ses forces armées. C’était effrayant parce que le Venezuela, dans toute son histoire, a accueilli des Juifs.

Quand ma famille et d’autres sont arrivés là-bas, pendant la guerre, ils ont tous vécu en totale liberté. Mais Chavez a marqué le tournant. Ma grand-mère, survivante de la Shoah, était encore en vie à l’époque et ça avait été très difficile pour elle de voir ce changement. Ça a été difficile pour moi aussi – j’étais né et j’avais grandi là-bas – et j’ai eu le sentiment qu’il fallait que je parte parce que j’étais Juif, à peu près de la même manière que mes parents et mes grands-parents avaient quitté l’Europe parce qu’ils étaient juifs.

Une scène de ‘Resistance.’ (Autorisation : IFC Films)

Conservez-vous l’espoir que le Venezuela redevienne ce qu’il était ?

Des efforts sont livrés dans ce sens mais c’est difficile. Nicolás Maduro a la mainmise sur l’armée. Ce n’est pas une situation qui pourra être résolue de l’intérieur et personne ne veut y aller. J’ai écrit un roman là-dessus. Et je reste en contact avec des gens qui tentent de libérer les Vénézuéliens.

C’est compliqué, avec des intérêts étrangers, du pétrole. Le pays n’appartient plus aux Vénézuéliens. Il y a eu récemment un scandale, le Venezuela a fait imprimer 11 000 passeports pour des Syriens. Un grand nombre d’entre eux sont liés à des activités terroristes. Le pays est devenu un pôle du crime.

J’ai lu votre roman, « The Adventures of Juan Planchard », qu’il faut lire pour comprendre l’Amérique du sud aujourd’hui. Y a-t-il une chance qu’il devienne un film ?

Non, mais peut-être une série. C’est trop vaste pour un film. Mais en tout cas, le roman est en cours d’adaptation pour devenir une pièce de théâtre. Il est adapté par [l’auteur juif vénézuélien] Moisés Kaufman, qui s’est vu remettre la médaille nationale des Arts et des sciences humaines par [l’ex-président américain Barack] Obama – c’était la première fois qu’elle est décernée à un Vénézuélien. Je ne le pensais pas quand je l’écrivais, à cette adaptation, mais les choses continuent à empirer. En particulier parce que maintenant, d’autres pays s’intéressent au Venezuela. On a été ignorés pendant 22 ans, mais maintenant, on s’intéresse à nous.

Jesse Eisenberg dans le rôle de Marcel Marceau dans ‘Resistance.’ (Autorisation : IFC Films)

J’ai vu tant de films sur la Shoah ! Trop, franchement. Mais dans votre film, il y a une scène qui m’a giflé au visage. Marcel est en train de parler avec d’autres membres de la résistance qui ne sont pas Juifs. Ils sont antinazis, c’est sûr, mais il y a une déconnexion sur la nature de l’antisémitisme. Ce sont des gens qui se trouvent clairement du côté des Juifs mais ils ne comprennent pas ce qu’est l’antisémitisme. Peut-être d’ailleurs qu’ils se moquent de réellement le comprendre.

L’antisémitisme est unique. Ce n’est pas le racisme ou l’homophobie. On le trouve à gauche, à droite et au centre et dans des cultures différentes. J’ai eu le sentiment que c’était important d’entendre le point de vue d’une intellectuelle française de la résistance, qui a son point de vue sur l’origine de l’antisémitisme. Elle pense que cette origine est métaphorique, que les Juifs qui se sont libérés de l’esclavage en Egypte sont devenus un symbole de l’émancipation et qu’ils incarnent donc une menace pour les dictateurs. Ce type de chose à laquelle aucun Juif ne penserait jamais !

Je suis content que vous ayez aimé ça. Ça a été, en fait, l’un des moments les plus difficiles à faire entrer dans le film.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...