Rechercher

Un fonds de capital-risque nazaréen veut investir 92 m $ dans la communauté arabe

Le nouveau fonds espère capitaliser sur la croissance du secteur médical arabe ; en 20 ans, les Arabes israéliens sont passés de 11 % à près de la moitié des nouveaux médecins

Sur cette photo d'archive, des médecins et des techniciens palestiniens travaillent dans le laboratoire de fécondation in vitro de la clinique de fertilité Razan Center à Naplouse, en Cisjordanie, le 27 janvier 2021. Illustration : (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)
Sur cette photo d'archive, des médecins et des techniciens palestiniens travaillent dans le laboratoire de fécondation in vitro de la clinique de fertilité Razan Center à Naplouse, en Cisjordanie, le 27 janvier 2021. Illustration : (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

NGT, une société de capital-risque basée dans la ville de Nazareth, dans le nord du pays, souhaite trouver un créneau dans une branche relativement sous-équipée et inexploitée du secteur médical israélien : la communauté arabe.

Le dernier fonds de la société, HealthCare II Impact Fund, est spécialisé dans les entreprises de technologie médicale et de biotechnologie et a reçu cette année une injection de capital de 92 millions de dollars pour financer des entrepreneurs arabo-israéliens au sein de l’industrie médicale israélienne si lucrative.

La communauté arabe israélienne est devenue très présente dans le paysage médical ces deux dernières décennies. En 2000, les Arabes israéliens ne représentaient que 11,2 % de l’ensemble des nouveaux médecins ; en 2020, ce chiffre a atteint près de la moitié, selon les données du Bureau central des statistiques (CBS) et du ministère de la Santé.

NGT, qui privilégie les technologies de pointe issues des établissements universitaires et médicaux, a été créée pour capitaliser ces talents.

« Cela fait partie intégrante de notre facteur d’impact, c’est ce sur quoi nous nous concentrons – intégrer la société arabe dans l’écosystème de la start-up nation« , a déclaré Tamar Kedar Harris, directrice des relations avec les investisseurs chez NGT, au Times of Israel.

Malgré la profusion de nouveaux venus dans le domaine, les médecins et les professionnels de la santé arabes israéliens restent régulièrement confrontés à de nombreuses difficultés, dont les préjugés et autres formes de discriminations, lorsqu’ils intègrent le milieu médical.

Du matériel médical utilisé dans un hôpital israélien. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Une étude réalisée en 2021 par des chercheurs du Collège académique de Tel Aviv-Yaffo et de l’Université de Tel Aviv a révélé que les Israéliens juifs avaient des préjugés à l’égard des médecins arabes israéliens, qu’ils avaient tendance à être plus méfiants et à donner des évaluations plus négatives à cette catégorie de praticiens.

L’étude « présente de manière convaincante l’existence d’un tel préjugé à l’encontre des médecins arabes israéliens au sein du système de santé israélien, ce qui implique que cet effet pourrait vraisemblablement se manifester dans les relations médecin-patient, en particulier si le médecin est soupçonné de faute professionnelle », selon les chercheurs.

NGT cherche à combler ce fossé, a déclaré Nizar Mishael, directeur associé de NGT, au Times of Israel, en apportant des capitaux à la communauté arabe et en favorisant un réseau qui relie les entrepreneurs à ce qui a traditionnellement été un marché peu accueillant.

Nizar Mishael, associé directeur de NGT. (Crédit : Baha Tourani)

Parmi les entreprises dans lesquelles le fonds a investi, on trouve Plas-Free, une société de technologie de soins de santé basée à Nazareth et spécialisée dans les produits sanguins ; Intragel, aussi basée à Nazareth, spécialisée dans la recherche de solutions oncologiques aux tumeurs cérébrales ; et Nurami Medical, une société basée à Haïfa qui se concentre sur les nanofibres et les biomatériaux pour la réparation des tissus mous.

NGT indique que 23 entreprises médicales ont été créées avec son premier fonds, et qu’un deuxième fonds de près de 100 millions de dollars cherchait à investir dans 25 start-ups en phase de démarrage et 16 projets « année zéro », soit des entreprises en phase de pré-incubation ou en phase universitaire.

« L’agenda social est important, mais nous devons également donner à nos investisseurs un retour sur leur investissement, d’où la nécessité de diversifier notre portefeuille avec différents types d’entreprises », expliquait en 2017 au Times of Israel Zohar Gendler, partenaire associé et PDG de NGT.

Mais au-delà de l’éthique purement économique et capitaliste du capital-risque, il existe un impact sociopolitique perceptible sur l’intégration des communautés arabes dans le secteur médical.

Une étude publiée en 2021 par Chagai M. Weiss, actuellement en post-doctorat à l’Université de Stanford, a révélé que la diversité dans les établissements de santé réduisait les préjugés des patients israéliens envers les Arabes.

« En plus d’améliorer les résultats en matière de santé, la diversité dans la prestation des soins de santé peut faciliter les contacts positifs entre les groupes, ce qui réduit les préjugés et favorise les attitudes inclusives parmi les membres du groupe majoritaire », conclut l’article.

NGT a été rejoint par la société de capital-risque américano-israélienne Arieli Capital à titre de partenaire du fonds, ainsi que par T3, le pôle commercial du Technion, et Hadasit, la branche de recherche commerciale de l’hôpital Hadassah de Jérusalem.

Or Haviv, partenaire et responsable de l’innovation mondiale chez Arieli Capital. (Crédit : Liat Mendel)

« Nous sommes convaincus que nos performances passées en matière d’investissements dans le domaine de la biotechnologie, notre expérience réussie en matière d’octroi de licences et de commercialisation de produits thérapeutiques, ainsi que la conduite de multiples programmes d’innovation à l’échelle mondiale, apporteront une valeur ajoutée unique à NGT et aux entreprises composant son portefeuille », a déclaré Or Haviv, partenaire et responsable de l’innovation mondiale chez Arieli Capital.

NGT a été créée en 2002 pour servir d’incubateur technologique, et sa filiale de capital-risque NGT3 a été fondée en 2013, comme un fonds de capital-risque avec des bailleurs de fonds israéliens, américains et européens. Le NGT HealthCare II Impact Fund a été créé en août 2021, et se positionne comme un investisseur précoce dans la sphère technologique, avec un focus sur l’entrepreneuriat arabe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...