Un garçon de 12 ans épouse une jeune fille de 10 ans en Égypte
Rechercher

Un garçon de 12 ans épouse une jeune fille de 10 ans en Égypte

Le père aurait organisé la cérémonie pour essayer de lever des fonds ; aucun document de mariage n’a été déposé pour éviter les restrictions légales

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Bagues de mariage (Crédit : Ernst Vikne, via Flickr, CC BY-SA )
Bagues de mariage (Crédit : Ernst Vikne, via Flickr, CC BY-SA )

Un garçon de 12 ans a été marié à son épouse de 10 ans, en Egypte, au cours du week-end, lors d’une cérémonie qui aurait été organisée parce que le père du marié voulait se faire un peu d’argent.

Fares al-Saaed, le marié, a été marié à Nancy, lors d’une cérémonie dans le village de El-Maasara, au nord-est du Caire, dans le gouvernorat de Dakahlia, a rapporté le média Egypt Independant samedi.

Une photographie de l’événement, montrant le marié en costume-cravate et tenant la main de son épouse, dans une robe rose, a été publiée par les médias égyptiens.

Selon les articles, le couple a été surnommé « les plus jeunes mariés au monde » par la population locale, mais ils n’ont signé que des documents non officiels et le mariage n’est pas reconnu par la loi.

Les enfants étaient déjà fiancés à l’autre, mais plutôt que d’attendre jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge légal du mariage, les parents ont tenu la cérémonie plus tôt.

Les noces, auxquelles ont assisté les voisins et les résidents locaux, ont continué jusque tôt le matin, pendant qu’un groupe, des chanteurs et trois danseuses du ventre, mettait l’ambiance.

Les familles ont signé un accord, mais n’ont pas enregistré le mariage officiellement pour éviter les restrictions légales qui interdisent le mariage avant l’âge de 18 ans.

Le père du garçon a déclaré au quotidien égyptien al-Wattan qu’il voulait une fête pour son fils et aussi tirer profit de l’événement. Le père a affirmé que de tels événements étaient une coutume dans la région et qu’ils restaient non officiels afin de ne pas aller à l’encontre des autorités.

Alors que les résidents locaux ont confirmé la coutume, ils ont noté que le couple était le plus jeune du village à passer par cette cérémonie.

Selon le père, le « mari » et sa « femme » ne vivront pas ensemble, mais resteront chacun avec sa famille jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge légal pour se marier. Toutefois, un résident du village a déclaré aux médias que le couple avait déjà reçu un appartement pour s’installer.

Un voisin a dit aux médias locaux que le père avait besoin d’argent et ainsi fait une annonce publique du mariage. Le voisin a ajouté que même si on savait que les deux enfants étaient fiancés, ce fut une surprise quand la date a été fixée pour la cérémonie.

Un participant au mariage a affirmé que le marié avait ramené sa nouvelle épouse à la maison de son père à la fin des célébrations.

Les médias égyptiens ont spéculé sur la couleur de la robe de la mariée dans la photo – plutôt rose que blanche – et ont suggéré que cela avait été fait pour donner l’impression que l’événement était une cérémonie de fiançailles et non un mariage.

Des groupes de défense des droits et des groupes égyptiens des droits des femmes ont donné l’alerte. Le Centre des femmes pour l’orientation et la sensibilisation juridique a condamné le mariage et a demandé à ce que les membres responsables de la famille soient traduits en justice pour « mise en danger de la vie des enfants ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...