Un géant gazier américain s’engage à financer un gisement de gaz d’Israël
Rechercher

Un géant gazier américain s’engage à financer un gisement de gaz d’Israël

Benjamin Netanyahu a salué la décision de Noble Energy d'investir 3,75 milliards de dollars dans le champ gazier Leviathan

Une plateforme offshore de gaz naturel. Illustration. (Crédit : iStockphoto/nattapon1975)
Une plateforme offshore de gaz naturel. Illustration. (Crédit : iStockphoto/nattapon1975)

Le géant américain de l’énergie Noble Energy a annoncé que le financement a été obtenu pour développer le champ de gaz israélien Leviathan, dans le but de le mettre en réseau d’ici 2019.

« Mettre Leviathan en réseau augmentera l’offre de gaz naturel d’Israël, renforcera encore plus l’engagement de l’État à convertir les centrales au charbon en gaz de combustion plus propre et fournira des ressources énergétiques abordables aux citoyens israéliens et aux pays voisins de la région sous-alimentée », s’est réjoui Stover, le président et le PDG de Noble Energy, dans un communiqué.

Israël espère que le développement de Leviathan lui permettra d’exporter du gaz, ce qui pourrait l’aider à graisser les roues de la diplomatie régionale.

L’annonce met fin à des mois d’impasse sur les termes spécifiques de l’accord.

Leviathan, découvert en 2010, contiendrait 535 milliards de mètres cubes de gaz naturel, avec 34,1 millions de barils de condensat, selon une estimation.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a salué la décision de Noble Energy d’investir 3,75 milliards de dollars dans le champ gazier Leviathan.

« C’est une bonne journée pour l’économie et les citoyens d’Israël », a-t-il écrit sur Twitter. « Cela permettra de fournir du gaz à l’Etat d’Israël et fera progresser notre coopération avec les partenaires régionaux ».

Netanyahu a fait de l’accord gazier une pièce maîtresse de son programme, disant que la découverte de grandes réserves apporterait l’autosuffisance en énergie et des milliards de dollars en recettes fiscales. Mais les critiques estiment que l’accord donnait des conditions excessivement favorables aux grands groupes proches du gouvernement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...