Israël en guerre - Jour 288

Rechercher

Un grand-père affligé met en scène son petit-fils otage à Gaza dans une vidéo grâce à l’IA

Gilad Korngold parle de ses sept proches kidnappés par les terroristes du Hamas dans le kibboutz Beeri, dont son fils, sa belle-fille et ses deux petits-enfants

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Une photo générée par IA de Naveh Shoham, commandée par son grand-père Gilad Korngold, alors qu'il fait pression pour la libération de son petit-fils et de six autres membres de sa famille. (Autorisation)
Une photo générée par IA de Naveh Shoham, commandée par son grand-père Gilad Korngold, alors qu'il fait pression pour la libération de son petit-fils et de six autres membres de sa famille. (Autorisation)

Lors d’une brève conférence de presse organisée mercredi, Gilad Korngold, ce père et grand-père dont les sept membres de la famille ont été enlevés, a parlé de l’urgence de libérer les 243 otages retenus à Gaza et a montré une vidéo créée par l’intelligence artificielle (IA) représentant son petit-fils, Nave, âgé de huit ans.

« Nave aime les puzzles, il aime lire, il aime Harry Potter, il aime jouer au football », a déclaré Korngold, la voix brisée par les larmes.

Dans la courte vidéo réalisée par Shiran Mlamdovsky Somech et Danielle Ofek, on aperçoit Nave qui regarde fixement la caméra et dit : « Je me dis que ce n’est qu’une histoire ».

Nave et sa sœur Yahel, âgée de 3 ans, sont deux des 30 enfants retenus en otage par le Hamas à Gaza.

« Il n’est pas concevable que des enfants, des bébés et des mères soient retenus en captivité dans la bande de Gaza – le monde entier doit élever la voix pour exiger la libération des mères et des enfants », a affirmé Korngold. « Je pense à eux à chaque seconde. »

Nave, Yahel et leurs parents – Tal Shoham, le fils de Korngold, et sa femme Adi Shoham – étaient venus de leur domicile dans le nord du pays passer le week-end de la fête de Simchat Torah avec la famille élargie d’Adi dans le kibboutz Beeri, où Adi Shoham a été élevé et où vivaient ses parents Shoshan et Avshalom Haran.

Dix membres de la famille avaient initialement été portés disparus après le massacre, dont l’oncle et la tante d’Adi, Lilach Leah Kipnis et Eviatar Kipnis, ainsi que sa tante, Sharon Avigdori, psychologue spécialisée, et la fille de cette dernière, Noam, âgée de 12 ans.

Le 17 octobre, la famille a appris que les dépouilles d’Eviatar Kipnis, 65 ans, et d’Avshalom Haran avaient été identifiées. Le 23 octobre, la famille a appris que Lilach avait également été déclarée morte.

Le corps de Paul Castelvi, l’aide-soignant d’Eviatar, a été retrouvé dans la forêt voisine de Beeri.

Les terroristes du Hamas ayant mis le feu à la maison familiale, la famille entière a été forcée de sortir, a déclaré Korngold.

Beeri est l’une des communautés qui a été le plus durement touchée le 7 octobre, lorsque plus de 3 000 terroristes ont pénétré en Israël depuis la bande de Gaza par voie terrestre, aérienne et maritime, tuant quelque 1 400 personnes et prenant au moins 240 otages de tous âges sous le couvert d’un barrage de milliers de roquettes tirées sur les villes et localités israéliennes. La grande majorité des personnes tuées étaient des civils, notamment des bébés, des enfants et des personnes âgées.

La plupart des membres de la famille de la belle-fille de Korngold ont été enlevés et Korngold a appris ultérieurement que son fils Tal Shoham (qui a hébraïsé son nom de famille il y a des années) avait été vu vivant et à l’extérieur à un moment donné ce jour-là.

Korngold vit dans une communauté voisine, le kibboutz Gvulot, qui se trouve à 12 kilomètres de Gaza.

« Nous sommes loin de la frontière », a-t-il déclaré, précisant qu’une pluie constante de roquettes et quelques terroristes du Hamas avaient été découverts dans les champs de Gvulot au cours des deux premières semaines de la guerre.

Le grand-père Gilad Korngold (à droite) et sa petite-fille Yahel, l’un des sept membres de la famille capturés à Gaza le 7 octobre par des terroristes du Hamas. (Crédit : Autorisation)

Depuis le 7 octobre, il est en contact régulier avec les autorités israéliennes, qui ont confirmé que sa famille était détenue à Gaza.

Korngold dit avoir rencontré le président Isaac Herzog dans le cadre du forum des familles des otages, et avoir trouvé la rencontre réconfortante.

« Je fais confiance au président, il dit la vérité », a-t-il déclaré, « nous le croyons. Je crois l’armée, je n’ai confiance en personne d’autre », en référence, semble-t-il, au Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Toutefois, Korngold a déclaré, qu’au 26e jour de la guerre, il perdait peu à peu confiance dans la capacité de l’armée à retrouver les captifs et à les ramener à la maison.

« Chaque jour qui passe sans signe d’eux est terrible », a-t-il déclaré.

Korngold a mentionné les propos de Yocheved Liftshitz, l’une des quatre captives libérées, évoquant les kilomètres qu’elles ont dû parcourir dans les tunnels du Hamas avant d’être remises en liberté.

« Nous devons les faire sortir aujourd’hui, pas demain », a-t-il déclaré. « Avant qu’ils ne s’en servent de boucliers humains. »

Korngold et son fils Tal sont des citoyens autrichiens, et sa belle-fille et sa famille sont des citoyens allemands. Bien qu’il se rende fréquemment en Autriche et qu’il « adore ce pays », il n’a aucune envie d’y vivre.

Il considère le sud d’Israël et son kibboutz comme sa patrie.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.