Un Grand rabbin ukrainien dément avoir rendu hommage à des collaborateurs nazis
Rechercher

Un Grand rabbin ukrainien dément avoir rendu hommage à des collaborateurs nazis

Le rabbin Yaakov Dov Bleich a insisté pour dire que sa présence à Sambir concernait "seulement le 'kever achim'", le charnier en hébreu

Yaakov Dov Bleich (d), grand-rabbin d'Ukraine, avec l'ambassadeur canadien en Ukraine Roman Waschuk, (g) et le métropolite d'Ukraine Epiphane, à la tête de l'Eglise orthodoxe, le 21 août 2019. (Crédit : Aliona Nikolaievych/Barcroft Media via Getty Images/via JTA)
Yaakov Dov Bleich (d), grand-rabbin d'Ukraine, avec l'ambassadeur canadien en Ukraine Roman Waschuk, (g) et le métropolite d'Ukraine Epiphane, à la tête de l'Eglise orthodoxe, le 21 août 2019. (Crédit : Aliona Nikolaievych/Barcroft Media via Getty Images/via JTA)

JTA — Un Grand Rabbin d’Ukraine a démenti des informations selon lesquelles il aurait participé à l’inauguration d’un monument érigé en l’honneur de miliciens présumés qui ont tué de nombreux Juifs.

Le rabbin Yaakov Dov Bleich a déclaré que des informations publiées plus tôt ce mois provenaient du fait qu’il avait participé à un événement de commémoration à un lieu de sépulture pour les victimes de la Shoah à Sambir, à proximité de la ville de Lviv. Cette cérémonie, a-t-il dit, suivait directement une autre cérémonie qui s’est tenue non loin où un monument en l’honneur de miliciens présumés a été dévoilé.

Bleich a déclaré qu’il n’avait ni prié ni fait l’éloge des miliciens présumés que l’on pense être enterrés là-bas. Il s’est également exprimé lors d’un événement sur la nécessité d’une coopération inter-religieuse, a-t-il déclaré au JTA.

L’événement avec les deux cérémonies correspondait à un compromis, a déclaré Bleich, et il visait à retirer des croix de la proximité immédiate de sépultures juives.

Le compromis implique également la mise en place d’un monument pour 17 non-Juifs que l’on pense enterrés là-bas. Ils étaient membres des milices nationalistes UPA/OUN, qui ont coopéré pendant un certain temps avec l’armée d’Adolf Hitler contre les Soviétiques pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

Bleich a insisté pour dire que sa présence à Sambir concernait « seulement le ‘kever achim' », le charnier en hébreu.

Sasha Nazar, qui travaille pour le groupe juif basé Hesed Aryeh basé à Lviv, a participé aux deux cérémonies de l’événement, déclarant qu’à « aucun moment le rabbin n’a commémoré les miliciens présumés de l’UPA ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...