Un groupe de veille demande la suspension de Tzachi Braverman
Rechercher

Un groupe de veille demande la suspension de Tzachi Braverman

Le secrétaire de cabinet du Premier ministre a posté une photo de lui votant Likud, allant à l'encontre de la neutralité qu'implique son poste

Le secrétaire de cabinet Tzachi Braverman assiste à une cérémonie à l'aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, le 31 août 2020. (Crédit : Tomer Neuberg / Flash90)
Le secrétaire de cabinet Tzachi Braverman assiste à une cérémonie à l'aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, le 31 août 2020. (Crédit : Tomer Neuberg / Flash90)

Un groupe en faveur d’une bonne gouvernance a demandé mercredi à la Commission de la fonction publique de l’État de déposer une plainte officielle contre le secrétaire de cabinet Tzachi Braverman après qu’il a publié une photo de lui votant pour le Likud – un acte qui, selon le groupe, est illégal dans le cadre d’une campagne électorale.

« Le comportement de Braverman est une violation flagrante de la loi et porte atteinte à la réputation de la fonction publique et de son travail », a déclaré Hatnua L’Tohar Hamidot dans un tweet.

Le groupe a réclamé que Braverman soit suspendu jusqu’à la fin de l’enquête. Le responsable est aussi directeur général par intérim du cabinet du Premier ministre.

L’association a averti que, si la commission ne répondait pas à ses exigences, elle porterait l’affaire devant les tribunaux.

Braverman n’a pas réagi dans l’immédiat. Sa position fait de lui l’un des principaux collaborateurs du Premier ministre Benjamin Netanyahu, le chef du Likud.

En tant que fonctionnaire non-élu, Braverman n’est pas autorisé à appuyer publiquement un parti politique, même s’il a auparavant été un éminent militant du Likud.

Braverman a publié une photo de lui mardi, le jour de l’élection, tenant une enveloppe électorale avec un bulletin de vote pour le Likud en évidence. Les médias israéliens avaient alors rapporté qu’il devrait faire face à une enquête.

Les Israéliens votent dans les bureaux de vote en plaçant un bordereau de parti dans une enveloppe spéciale, qui est ensuite déposée dans une urne.

Plusieurs partis ont signalé des irrégularités lors du vote, affirmant que leurs bulletins de vote étaient manquants dans divers bureaux à travers le pays.

La police a également signalé des incidents isolés d’irrégularités, et notamment des soupçons de faux votes dans un certain nombre de localités à travers le pays, ainsi que des activités de campagne interdites dans plusieurs endroits, qui ont été rapidement traitées par les agents.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...