Rechercher

Un groupe démocrate du Michigan regrette une vidéo TikTok attaquant les « sionistes »

À l'approche des primaires américaines, le groupe a déclaré que la publication mentionnant les dépenses de campagne de l'AIPAC était "totalement inappropriée"

Un bureau du parti démocratique du comté de Washtenaw à Ypsilanti, dans le Michigan, le 1er août 2022. (Crédit : Andrew Lapin/JTA)
Un bureau du parti démocratique du comté de Washtenaw à Ypsilanti, dans le Michigan, le 1er août 2022. (Crédit : Andrew Lapin/JTA)

JTA – Le président du parti démocrate d’un comté du Michigan a présenté ses excuses après que le groupe a publié sur les réseaux sociaux un message intitulé « Les sionistes n’ont pas leur place dans les bureaux », apparemment destiné à soutenir un membre du Congrès américain, le représentant Andy Levin, qui s’identifie comme sioniste.

Le président du parti démocrate du comté de Washtenaw, Chris Savage, a présenté ses excuses samedi pour le message TikTok, envoyé vendredi depuis le compte @WashtenawDems et faisant référence aux millions de dollars d’argent pro-israélien qui ont afflué lors des primaires du 11e district du Michigan. La course entre le membre progressiste de confession juive Levin et la représentante centriste Haley Stevens, s’est achevée mardi.

Le parti a depuis supprimé la publication, mais une capture d’écran de celle-ci a été partagée sur les réseaux sociaux par Jordan Acker, un démocrate juif qui est un membre élu du conseil d’administration de l’université du Michigan. Elle contenait le texte « Les sionistes n’ont pas leur place dans les bureaux » sous un titre « AIPAC VS ANDY LEVIN » et un hashtag intitulé « #nastywoman » avec un émoji « cornes de diable ».

« Naturellement, j’ai été troublé par cette publication », a déclaré Levin à la Jewish Telegraphic Agency. « Je suis reconnaissant pour la rapide ‘rectification’ et les excuses présentées par les démocrates du comté de Washtenaw ».

La publication, dont Acker a dit plus tard qu’elle avait été publiée par un étudiant, survient en pleine période des primaires démocrates qui ont été largement définies par la façon dont Israël a pris le devant de la scène, même dans les courses locales. L’AIPAC a démontré sa volonté de dépenser d’importantes sommes d’argent pour soutenir ses candidats favoris, qui soutiennent une vraie politique pro-israélienne, au détriment d’adversaires plus libéraux.

Dans le même temps, le parti démocrate s’est encore plus divisé au sujet de sa position sur Israël. Pour de nombreux jeunes progressistes, le « sionisme » – même dans sa version plus libérale qui soutient la solution à deux États, défendue par des gens comme Levin – est devenu un gros mot synonyme d’oppression perpétuelle des Palestiniens.

C’est sur cette toile de fond que se sont déroulées les primaires démocrates du Michigan, opposant un législateur juif progressiste qui s’oppose à l’influence de l’AIPAC à un législateur non juif centriste qui accepte les fonds de sa campagne. Levin et Stevens s’identifient tous deux comme sionistes, mais les dirigeants pro-israéliens, dont l’ancien directeur de l’AIPAC, se sont mobilisés contre Levin pour avoir critiqué Israël et pour avoir rédigé un projet de loi qui pousserait à des concessions pro-palestiniennes comme condition préalable à une solution à deux États. Stevens, quant à elle, a uniquement défendu le droit d’Israël à se défendre.

Selon les documents relatifs au financement de la campagne, le Super PAC (Political Action Group) de l’AIPAC, United Democracy Project, a dépensé près de 3,9 millions de dollars pour soutenir Stevens et 341 000 dollars pour s’opposer à Levin, tandis que d’autres PAC pro-israéliens ont fait des dépenses plus modestes dans la course. Le Super PAC de l’AIPAC a dépensé plus d’argent pour soutenir Stevens qu’il n’en a dépensé pour n’importe quel autre candidat au cours de ces primaires ; 4,2 millions de dollars ont été alloués pour s’opposer avec succès à la candidature de l’ancienne représentante Donna Edwards au Congrès du Maryland.

Un PAC affilié à J Street, un groupe libéral pro-israélien qui agit comme une alternative à l’AIPAC, a dépensé environ 230 000 dollars pour soutenir Levin.

Leur course aux primaires est devenue l’une des plus suivies du pays. C’est le premier cycle électoral au cours duquel l’AIPAC a adopté une approche directe de collecte de fonds auprès de ses candidats favoris. Dans une déclaration faite lundi, la campagne de Levin a évoqué « l’attention portée par les médias locaux et nationaux aux dépenses extérieures effectuées contre nous par des groupes financés par les républicains et disposant d’argent noir », sans nommer directement l’AIPAC, qui reçoit une grande partie de son financement de donateurs républicains.

Le représentant démocrate Andy Levin du Michigan prenant la parole alors que la Chambre des représentants des États-Unis débat des articles de mise en accusation contre le président de l’époque, Donald Trump, au Capitole à Washington, le 18 décembre 2019. (Crédit : Télévision de la Chambre via AP)

Le comté de Washtenaw comprend Ann Arbor, où se trouve l’université du Michigan, et Ypsilanti, où se trouve l’université Eastern Michigan ; on estime que 8 000 Juifs vivent dans le comté qui ne fait pas partie du 11e district.

Acker, qui n’a pas répondu à une demande de commentaire de la JTA, a qualifié la publication des démocrates du comté de Washtenaw « d’antisémitisme flagrant et dégoûtant ». Une première réponse de Savage sur Twitter a été supprimée après les critiques d’autres démocrates juifs du Michigan, dont celles de Noah Arbit, le fondateur du Caucus des démocrates juifs du Michigan qui est actuellement en course pour le poste de sénateur de l’Etat.

Peu après, Savage a signé de longues excuses dans lesquelles il a qualifié la publication TikTok de « non approuvée » et de « complètement inappropriée ».

« Au nom du parti démocratique du comté de Washtenaw, je présente mes plus plates excuses à la communauté juive et à toute autre personne qui a été légitimement offensée par la publication », a écrit Savage. « Elle ne représente pas ce que nous sommes en tant que démocrates ou membres réfléchis, attentifs et compatissants de la société. Nous valons tellement mieux que cela ».

Ni Savage ni aucun représentant de Stevens n’ont répondu aux demandes de commentaires de la JTA. Une demande de commentaire à la Jewish Federation of Greater Ann Arbor est également restée sans réponse.

Dimanche, Acker a dit qu’il avait appris par Savage que le membre du personnel qui était à l’origine de la publication était un étudiant. Acker a déclaré que l’étudiant « mérite, comme toute personne de cet âge, un peu de grâce et la possibilité d’en tirer des leçons. Il ne devrait pas être renvoyé », mais, a-t-il ajouté, « ce qu’il devrait faire, c’est essayer de comprendre le point de vue des membres de la communauté juive. »

Haley Stevens, une démocrate représentant le 11e district du Michigan, au Capitole à Washington, le 6 mars 2019. (Crédit : AP/J. Scott Applewhite)

Acker a ajouté sur Twitter qu’il ne pensait pas que Savage était antisémite, mais « je pense que nous sommes d’accord pour dire que le message était in fine antisémite, indépendamment de l’intention de départ ».

L’incident fait écho à une autre controverse récente sur les réseaux sociaux d’un parti politique local : en juillet, la page Facebook du parti républicain d’un comté du Kentucky affirmait que le nouveau régulateur juif des armes à feu nommé par le président Joe Biden faisait partie d’une « junte juive ». La présidente du Parti Républicain a déclaré par la suite que la page avait été « piratée », mais n’a pas présenté d’excuses officielles pour ce message.

Levin, qui talonne Stevens dans les sondages, a tenu un rassemblement vendredi avec le sénateur juif Bernie Sanders, qui critique fréquemment Israël, et sa collègue de la région de Détroit, la députée Rashida Tlaib, l’une des plus ardentes critiques d’Israël à la Chambre des représentants.

Levin a également participé plus tôt dans la journée de mardi à une conversation en visioconférence avec le rédacteur en chef du Jewish Currents, Peter Beinart, l’un des principaux critiques progressistes d’Israël qui est de confession juive. Au cours de cet entretien, Levin a critiqué l’AIPAC pour avoir dépensé autant d’argent pour son adversaire, tout en révélant que son père Sander et son oncle Carl, tous deux politiciens de longue date du Michigan, sont allés au lycée avec le père de l’ancien président de l’AIPAC, David Victor, un résident de Detroit qui a mené l’assaut contre la campagne de Levin.

Levin a également déclaré que le fait que les États-Unis n’aient pas plus sérieusement enquêté sur la mort par balle de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh était une « shonda » -un terme en yiddish signifiant la honte – et a déclaré : « Je crois que je représente un nouveau centre de gravité dans la communauté juive. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...