Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Un haut conseiller de Biden a rencontré le prince héritier saoudien

Les échanges entre Jake Sullivan et MBS portaient sur des initiatives visant à promouvoir "un Moyen-Orient plus pacifique, sûr, prospère et stable, connecté avec le reste du monde"

Le conseiller à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, s'exprimant lors de la séance d'information quotidienne à la Maison Blanche, à Washington, le 12 décembre 2022. (Crédit : Susan Walsh/AP)
Le conseiller à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, s'exprimant lors de la séance d'information quotidienne à la Maison Blanche, à Washington, le 12 décembre 2022. (Crédit : Susan Walsh/AP)

Le conseiller à la sécurité nationale de Joe Biden s’est rendu jeudi en Arabie Saoudite, a indiqué la Maison Blanche, ce qui souligne la volonté des Américains de soigner leur relation parfois houleuse avec ce partenaire stratégique.

Jake Sullivan, qui s’était déjà rendu dans le pays il y a quelques mois, a rencontré le prince héritier Mohammed ben Salmane pour « discuter de sujets bilatéraux et régionaux », selon un communiqué de l’exécutif américain.

Il a été question, selon la même source, d’initiatives visant à promouvoir « un Moyen-Orient plus pacifique, sûr, prospère et stable, connecté avec le reste du monde ».

Les délégations des deux pays, qui se sont rencontrées à Jeddah, le port saoudien où la famille royale saoudienne prend ses quartiers d’été, ont promis de maintenir des « consultations régulières ».

Les Américains poussent pour une normalisation diplomatique entre la monarchie pétrolière et Israël.

En juin, le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, s’était lui aussi rendu dans la monarchie du Golfe pour pousser cette idée, tout en reconnaissant n’avoir « aucune illusion sur le fait que cela puisse se faire rapidement ou facilement ».

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman, à droite, accueillant le président américain Joe Biden au palais Al-Salam à Jeddah, en Arabie saoudite, le 15 juillet 2022. (Crédit : Bandar Aljaloud/Palais royal saoudien via AP)

Et l’été dernier, Joe Biden lui-même avait fait le déplacement pour une visite controversée.

Cette succession de contacts à haut niveau démontre la volonté américaine de réchauffer une relation souvent houleuse avec l’Arabie Saoudite.

L’an dernier, Washington avait reproché à Ryad de ne rien faire face à une flambée des cours du brut.

L’administration Biden accuse aussi le régime saoudien de violations des droits humains, dont l’assassinat en 2018 du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

Mais les Etats-Unis n’entendent en aucun cas rompre avec un allié très stratégique dans la région, qui achète en abondance de l’équipement militaire américain, et que courtise également la Chine.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.