Rechercher

Un homme armé arrêté alors qu’il tentait d’entrer chez une dissidente iranienne à NY

L’homme a été filmé en train de regarder par les fenêtres et d'essayer d'ouvrir la porte du domicile de Masih Alinejad, qui a depuis été emmenée en lieu sûr

Sur cette photo d'archives prise, la journaliste Masih Alinejad prend la parole sur scène lors du 7e sommet annuel de Women In The World au Lincoln Center à New York, le 7 avril 2016. (Crédit : Jemal Countess/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP)
Sur cette photo d'archives prise, la journaliste Masih Alinejad prend la parole sur scène lors du 7e sommet annuel de Women In The World au Lincoln Center à New York, le 7 avril 2016. (Crédit : Jemal Countess/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP)

Un homme armé d’un fusil AK-47 a été arrêté jeudi devant le domicile new-yorkais d’une journaliste américano-iranienne qui avait été la cible de tentatives d’enlèvement l’an dernier.

Khalid Mehdiyev a été repéré pour son comportement suspect devant le domicile de la dissidente iranienne Masih Alinejad pendant deux jours la semaine dernière. Selon une plainte pénale déposée auprès du tribunal fédéral de Manhattan, il aurait garé son Subaru Forester devant le domicile de la dissidente, regardé par les fenêtres de la maison et tenté d’ouvrir la porte d’entrée.

Mehdiyev avait été arrêté par la police de New York pour avoir grillé un stop et conduit sans permis valide. La police a alors découvert une valise contenant le fusil chargé et 1 100 dollars en billets de 100 dollars en sa possession, selon la plainte.

Il a depuis été inculpé de possession d’une arme à feu dont le numéro de série a été rayé, et a été placé en détention sans caution. L’avocate de Mehdiyev, Stephanie Marie Carvlin, n’a pas fait de commentaire aux médias américains sur cette affaire.

« Je suis venu ici en Amérique pour être en sécurité », a déclaré Alinejad au New York Times dans une interview téléphonique dimanche.

« D’abord, ils ont essayé de me kidnapper. Et maintenant, je vois un homme avec un fusil chargé qui essaie d’entrer dans ma maison. C’est choquant », a-t-elle déclaré. Bien qu’Alinejad n’ait pas été mentionnée comme cible dans le document judiciaire, elle a été informée par la police de la présence de l’homme à l’extérieur de sa résidence ; elle possédait également des images de sécurité sur lesquelles il était visible.

Alinejad et sa famille sont allés se réfugier dans un lieu sûr, a indiqué la dissidente.

L’année dernière, quatre agents ont été inculpés par contumace pour avoir tenté d’enlever Alinejad et un certain nombre d’autres cibles critiques du régime iranien.

Téhéran a nié ces allégations.

Alinejad a déclaré avoir été déplacée dans une série de maisons sûres pendant les investigations du FBI, dans lesquelles était également impliqué un Iranien basé en Californie qui avait aidé à trouver des détectives privés pour la filer, selon l’acte d’accusation.

La journaliste de 45 ans a quitté l’Iran en 2009, a étudié en Grande-Bretagne et a travaillé pour le service en persan de Voice of America, soutenu par le gouvernement américain.

Depuis 2014, Alinejad gère également une campagne sur Facebook, « My Stealthy Freedom » [Ma liberté furtive], pour soutenir les Iraniennes qui ne veulent pas porter le hijab, qui est obligatoire pour toutes les femmes dans le pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...