Un homme de Jérusalem Est inculpé pour des appels au meurtre d’Israéliens
Rechercher

Un homme de Jérusalem Est inculpé pour des appels au meurtre d’Israéliens

Muhammad Abu Kaf, 21 ans, a mis en ligne une vidéo disant aux Israéliens, "Nous sommes les émissaires de l'enfer envoyés pour vous"

Muhammad Abu Kaf, 21 ans, de Jérusalem-Est dans une vidéo en ligne dans lequel il appelle les Palestiniens à tuer des Israéliens (Capture d'écran: YouTube)
Muhammad Abu Kaf, 21 ans, de Jérusalem-Est dans une vidéo en ligne dans lequel il appelle les Palestiniens à tuer des Israéliens (Capture d'écran: YouTube)

Le parquet a déposé dimanche une plainte contre un homme de Jérusalem Est soupçonné d’avoir mis en ligne une vidéo exhortant les Palestiniens à « poignarder les sionistes. »

Muhammad Abu Kaf, 21 ans, du quartier de Sur Baher, a été inculpé de huit chefs d’accusation d’incitation à la violence et de terrorisme.

Selon l’acte d’accusation, tel que rapporté par le site d’information Ynet, Abou Kaf a posté plusieurs fois sur Facebook en octobre des appels à tuer des Juifs, et a mis en ligne une vidéo sur le site YouTube de partage de vidéos appelant les Palestiniens à « poignader les sionistes en soutien à la troisième Intifada. »

La vidéo montre un homme masqué poignarder un soldat de Tsahal, et brûler un drapeau israélien.

Dans un texte sur l’écran, il avertit en hébreu les Israéliens à « quitter notre pays… Demain, nous allons vous détruire, nous sommes ici l’histoire, et nous sommes les émissaires de l’enfer envoyés pour vous, fils de Sion. »

Abou Kaf aurait utilisé Facebook pour vanter les attaques au couteau contre des Israéliens, en louant le « martyr » qui avait assassiné début octobre Aharon Bennet et Nehemia Lavi à Jérusalem, et en écrivant à l’occasion de son enterrement : « Chacun d’entre nous va mourir ; béni soit celui celui qui meurt en martyr ».

Dans l’acte d’accusation, les procureurs du district de Jérusalem demandent une détention provisoire jusqu’à la fin du procès, invoquant « le sérieux, la nature, le caractère et la répétition systématique » de l’incitation à la violence d’Abou Kaf.

Selon les procureurs, « le timing dans une période si sensible et explosive, et sa persistance, crée en fait une base raisonnable de croire qu’il est un danger pour le public. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...