Un incendie dans le nord d’Israël oblige les habitants à évacuer leurs maisons
Rechercher

Un incendie dans le nord d’Israël oblige les habitants à évacuer leurs maisons

Les pompiers disent qu'environ 2 500 hectares ont déjà été brûlés près de Jérusalem, alors que le feu continue dans certaines zones

Un premier intervenant surveille les arbres brûlés à la suite d'un incendie majeur qui s'est déclaré dans les collines de Jérusalem, le 17 août 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)
Un premier intervenant surveille les arbres brûlés à la suite d'un incendie majeur qui s'est déclaré dans les collines de Jérusalem, le 17 août 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Un incendie qui s’est déclaré près de la ville de Nof Hagalil, dans le nord d’Israël, a forcé l’évacuation de certains résidents, alors que les pompiers tentaient de maîtriser les flammes.

Les résidents vivant à la périphérie de Nof Hagalil, anciennement connu sous le nom de Nazareth Illit, ont été priés de quitter leurs maisons.

Plusieurs avions de lutte contre les incendies travaillent aux côtés des forces au sol pour contrer le brasier.

Les forces israéliennes de lutte contre les incendies sont particulièrement sollicitées alors qu’elles combattent également les flammes qui font rage dans les localités à proximité de Jérusalem pour la troisième journée consécutive.

Israël a accepté l’aide des pompiers de l’Autorité palestinienne (AP) qui ont rejoint les efforts plus tôt dans la journée de mardi.

« Je reviens maintenant d’une patrouille des zones de lutte contre les flammes. […] J’ai vu comment le poumon vert de la région de Jérusalem noircit sous les flammes, » a indiqué mardi le commandant du district des services de secours et d’incendie de Jérusalem, Nissim Touito.

« Il n’est pas nécessaire d’être un expert en botanique pour comprendre qu’il faudra des décennies pour réhabiliter ce qui a été perdu », a-t-il déploré, notant les grands dégâts écologiques entraînés par l’incendie.

« L’intensité de l’incendie a consumé les arbres sur toute leur longueur. Par conséquent, la réhabilitation et la récupération après un tel incendie prendront de nombreuses années et laisseront la zone brûlée pendant longtemps. »

Les pompiers disent qu’environ 2 500 hectares ont déjà été brûlés, alors que le feu continue dans certaines zones.

Ces données indiquent donc que l’ampleur du feu de forêt criminel du mont Carmel en décembre 2010 a été dépassée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...