Rechercher

Un individu soupçonné d’avoir tué son colocataire avant d’emmurer le corps – police

Les autorités confirment qu'il s'agit d'un meurtre présumé, mais pensent que le principal suspect est mort la semaine dernière

La police sur les lieux où un corps a été trouvé dans un appartement à Haïfa, le 9 août 2023. (Crédit : Flash90)
La police sur les lieux où un corps a été trouvé dans un appartement à Haïfa, le 9 août 2023. (Crédit : Flash90)

La police pense que le principal suspect du meurtre de l’homme dont le corps en état de décomposition avancée a été retrouvé mercredi dissimulé dans le mur d’un appartement de Haïfa est également décédé.

Le corps, enveloppé dans un sac en plastique, a été découvert par un ouvrier du bâtiment qui avait été appelé pour remettre en état un appartement rue Halutz, dans la ville portuaire.

Les enquêteurs étudient la possibilité qu’un locataire de l’appartement, âgé de 54 ans et décédé la semaine dernière, apparemment d’une overdose, ait assassiné son colocataire il y a environ 18 mois et ait ensuite caché le corps dans le mur.

Le corps a été identifié comme étant celui d’un homme de 61 ans. La police n’a pas confirmé son identité mais pense qu’il s’agit d’une personne qui n’a pas été en contact avec sa famille et qui n’a pas été vue depuis la période de l’homicide présumé.

« Cette personne a disparu il y a plus d’un an et demi, et depuis, nous ne savons pas ce qui lui est arrivé », a déclaré un autre locataire de l’immeuble à la Douzième chaîne.

« C’est tout simplement fou que cela se soit passé ici. Nous commençons soudainement à comprendre d’où vient l’odeur nauséabonde qui règne dans certaines parties de l’immeuble. »

Des habitants ont déclaré aux médias que de nombreux appartements de la rue connaissent une forte rotation – les occupants n’ayant pas un mode de vie stable.

La police a ouvert une enquête mercredi après avoir été appelée sur les lieux dans le quartier Hadar de Haïfa.

La dépouille a été envoyée à l’Institut médico-légal d’Abu Kabir pour y être examinée.

Après la mort, la semaine dernière, du suspect, le propriétaire est venu inspecter l’appartement. Il y a trouvé une surépaisseur de béton à l’endroit où se trouvait le lit du locataire – ce qui a éveillé ses soupçons – raison pour laquelle il avait fait appel à un ouvrier du bâtiment.

« J’ignorais qu’il y avait un corps à cet endroit. Je me suis demandé qui mettrait du béton comme ça sur le sol d’une maison », a déclaré aux journalistes Ahmad Dhawafta, l’ouvrier venu travailler. « Lorsque j’ai trouvé le sac en plastique, j’ai eu très peur et mes poils se sont hérissés. »

« Je n’ai pas vu les os parce que tout était recouvert de béton, seule la tête était visible. Je l’ai touchée, j’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’une poupée. Je ne savais pas si c’était la tête d’une personne ou d’une poupée, d’un homme ou d’une femme. Je suis rapidement allé voir le propriétaire et je lui ai dit qu’il fallait appeler la police », a ajouté Dhawafta.

La scène où un corps brûlé a été trouvé dans la vallée du Jourdain, le 12 juillet 2023. (Crédit : Police israélienne)

Une accusation de meurtre a également été déposée jeudi contre un résident de Tel Aviv âgé de 26 ans, soupçonné d’avoir tué un homme et d’avoir ensuite jeté son corps dans la vallée du Jourdain.

Les restes brûlés de Yaïr Haddad, 51 ans, de Rehovot, ont été trouvés le mois dernier dans une palmeraie.

Selon l’acte d’accusation, déposé au tribunal de Jérusalem, le suspect a fait la connaissance de Haddad le mois dernier, lorsqu’ils se sont rencontrés à Tibériade. Le lendemain, ils ont voyagé ensemble vers le sud dans la voiture de la victime. Les procureurs affirment qu’à un moment donné, le suspect a poignardé Haddad à mort. Il a ensuite mis le feu au corps dans le but de détruire les preuves, selon les procureurs.

Bien que de nombreux détails aient été passés sous silence, le tribunal de première instance de Jérusalem a publiquement précisé le mois dernier que le suspect et la victime présumée étaient tous deux juifs et que la police estimait qu’il ne s’agissait pas d’un cas terroriste, comme on l’avait d’abord présumé.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.