Un activiste du mont du Temple a posté une image retouchée d’un porc sur le lieu saint de Jérusalem. Il a été arrêté mercredi pour insulte à la religion et la police lui a ordonné de retirer sa publication de sa page Facebook.

Haim Brosh, âgé de 30 ans, réside dans l’implantation de Tekoa. Il a été relâché après quelques heures d’interrogatoires. Il a reçu l’ordre de retirer la photo, sous peine d’être arrêté à nouveau. Il a aussi reçu une injonction d’éloignement du mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem pour une durée de 15 jours.

Dans la photo, on y voit un porc lapant une flaque d’eau sur le mont du Temple, et le Dôme du Rocher se reflète à la surface de l’eau.

Bien que Brosh ait retiré la photo de son fil d’actualité sur Facebook, il ne l’a pas effacée, et elle a été partagé par de nombreux autres utilisateurs ce jeudi matin, en signe de protestation contre son arrestation.

Brosh a posté cette photo accompagnée d’un message : « Le gouvernement israélien autorise des porcs vivants à régner sur le lieu le plus saint pour le peuple juif, et tout le monde pleure d’une tête de porc placée sur la tombe d’un juste en Europe antisémite ? »

Capture d'écran d'une vidéo montrant la tête de cochon qui a été déposée sur le tombeau de Rabbi Nahman de Breslev, à Ouman en Ukraine, le 21 dédcembre 2016. (Crédit : capture d'écran Youtube/YWN)

Capture d’écran d’une vidéo montrant la tête de cochon qui a été déposée sur le tombeau de Rabbi Nahman de Breslev, à Ouman en Ukraine, le 21 dédcembre 2016. (Crédit : capture d’écran Youtube/YWN)

Il fait référence à un événement qui s’est produit mercredi matin dans la ville ukrainienne d’Ouman. Plusieurs attaquants ont jeté une tête de cochon sur le tombeau de Rabbin Nachman, fondateur du mouvement hassidique Breslev. Ils ont également versé du faux sang sur les murs et le sol de la synagogue qui se trouve au même endroit. Certains fidèles juifs qui se trouvaient sur les lieux ont été attaqués avec du gaz poivré.

Brosh, qui compte faire appel au sujet de son interdiction de se rendre au mont du Temple, a déclaré à Ynet qu’il avait expliqué aux enquêteurs qu’il faisait valoir sa liberté d’expression.

Il a affirmé que son intention était de protester contre « le gouvernement israélien qui autorise un organisme étranger – le Waqf – à contrôler et à agir agressivement et à enfreindre les droits démocratiques fondamentaux des juifs qui souhaitent simplement s’y rendre et prier sans aucune provocation. »

Des hommes juifs ultra-orthodoxes se joingnant à un groupe de juifs religieux sous la protection de la police israélienne lors d'une visite au mont du Temple dans la vieille ville de Jérusalem, le 27 octobre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / AHMAD GHARABLI)

Des hommes juifs ultra-orthodoxes se joingnant à un groupe de juifs religieux sous la protection de la police israélienne lors d’une visite au mont du Temple dans la vieille ville de Jérusalem, le 27 octobre 2015 (Crédit : AFP PHOTO / AHMAD GHARABLI)

« Lorsque je me rends sur le mont du Temple, ils m’agressent et me maudissent, et me traitent de porc », a raconté Brosh. « Dans chaque mosquée, ils traitent les juifs de singes et de porcs, et eux, on ne les arrête pas pour insulte à la religion.’

« J’ai eu l’impression d’être entre les mains de la police morale », a-t-il continué, en ajoutant que la police l’a accusé de tenter d’enflammer tout le Moyen-Orient avec ses provocations.

La police a réagi en disant que toutes les publications au sujet du mont du Temple sont potentiellement provocantes et qu’elle mène régulièrement des enquêtes sur de telles insultes, y compris lorsque des résidents arabes de Jérusalem Est publient au sujet du mont du Temple.

La police a ajouté que Brosh est un activiste du mont du Temple bien connu, et qu’il est donc bien conscient de la provocation que représente sa photo.

Les activistes juifs défendent le droit à se rendre et à prier sur le mont du Temple pour établir une présence juive sur le troisième lieu saint de l’Islam – la mosquée d’Al Aqsa. Le mont lui-même et la zone située sous le Dôme du Rocher sont les lieux les plus saints du judaïsme et le site sur lequel se tenaient les anciens temples juifs.

La loi israélienne a autorisé les juifs à se rendre sur le mont du Temple mais il n’ont pas le droit d’y prier, dans le cadre d’un « statu quo » mis en place par Israël après avoir annexé cette zone de la Jordanie en 1967. Le mont du Temple est administré par le Waqf de Jérusalem, contrôlé par la Jordanie.