Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Un Israélien crée Soldiers Save Lives et collecte des millions pour l’effort de guerre

Au lendemain de l'assassinat de son ami lors du massacre de Supernova perpétré par le Hamas à proximité du kibboutz Reïm, Gidon Hazony s'est senti tenu de faire quelque chose

L'équipe de Soldiers Save Lives, de gauche à droite : Baruch Apisdorf, Gidon Hazony, David Gani, Kaïla Zimnavoda, Ariel Cohen et Moshe Shear. (Crédit : Soldiers Save Lives)
L'équipe de Soldiers Save Lives, de gauche à droite : Baruch Apisdorf, Gidon Hazony, David Gani, Kaïla Zimnavoda, Ariel Cohen et Moshe Shear. (Crédit : Soldiers Save Lives)

Gidon Hazony s’est réveillé dans son appartement de Jérusalem le matin du 7 octobre au son d’une sirène de missile, mais ce n’est que lorsqu’une deuxième alarme s’est déclenchée peu après et que des vidéos du sud du pays ont commencé à affluer sur les réseaux sociaux qu’il s’est rendu compte que quelque chose n’allait pas du tout.

Peu après, Hazony et certains de ses amis ont reçu un message de leur ami d’enfance David Newman disant « Priez pour moi », suivi d’un autre disant « Quelque chose de terrible s’est produit ».

Newman faisait partie des 364 personnes assassinées ce jour-là au Festival de musique Supernova, dans le cadre du plus grand massacre de l’histoire d’Israël, qui a vu des milliers de terroristes dirigés par le Hamas franchir la frontière avec le sud d’Israël, massacrer près de 1 200 personnes de tous âges dans des actes d’une brutalité effroyable et en enlever 253 autres pour les emmener de force dans la bande de Gaza.

Si le pays a d’abord été choqué par l’assaut barbare du 7 octobre, il s’est rapidement transformé en une machine de volontariat civil, les organisations et les particuliers s’étant ralliés à l’armée israélienne, qui avait entrepris de sauver les otages et d’écarter la menace du groupe terroriste palestinien du Hamas de la frontière sud du pays.

L’une de ces organisations, Soldiers Save Lives, a été fondée par Hazony, 25 ans, immédiatement après le 7 octobre, pour aider à approvisionner Tsahal pendant les premiers jours de la guerre, qui ont été difficiles sur le plan logistique. Le groupe, dont le rôle a évolué depuis, a été créé pour honorer la mémoire de Newman.

Hazony a indiqué avoir rencontré Newman lorsqu’ils avaient 14 ans et qu’ils avaient commencé à jouer au football ensemble.

David Newman, assassiné par des terroristes du Hamas lors du Festival de musique Supernova à proximité du kibboutz Reïmle 7 octobre 2023. (Crédit : Soldiers Save Lives)

« C’était un festivalier chaleureux et aimant », a raconté Hazony. « Il aimait répandre cette énergie, il aimait organiser des fêtes, il aimait inviter ses amis à des fêtes. Il était très accueillant avec tout le monde, il était très sympathique et empathique et se souciait de tous ceux qui l’entouraient. »

Hazony a ajouté que Newman était celui vers qui ses amis se tournaient lorsqu’ils traversaient des moments difficiles.

« Il offrait une zone de confort à tout le monde parce qu’il ne jugeait pas, il n’était pas très compétitif. Il était toujours très aimant », a déclaré Hazony.

Tentative de sauvetage

Gidon Hazony, fondateur de Soldiers Save Lives. (Crédit : Soldiers Save Lives)

Hazony, qui est sur le point de terminer sa licence en mathématiques à l’Université hébraïque de Jérusalem, est volontaire pour le service de secours du Magen David Adom (MDA) et a été secouriste dans l’armée. C’est cette expérience qui l’a incité à partir à la recherche de Newman le 7 octobre, lorsqu’il s’est rendu compte que son ami était en difficulté.

À l’époque, le colocataire de Hazony était le cousin de Newman, qui est également secouriste. Lorsqu’ils ont réalisé que Newman avait besoin d’aide, ils sont montés dans une voiture et ont roulé vers le sud, ne s’arrêtant que pour se procurer une arme et des gilets pare-balles auprès d’un ami.

« Nous n’avions pas vraiment compris qu’une guerre était en train d’éclater », a déclaré Hazony au Times of Israel. « Nous pensions qu’il s’agissait simplement d’une attaque terroriste lors d’une fête. »

Lorsque les deux hommes se sont approchés de la ville de Sderot, dans le sud du pays, ils ont dû faire face à un barrage routier, mais la police les a laissés passer lorsqu’ils ont expliqué qu’ils étaient des secouristes qui tentaient d’aider un ami.

Des soldats de l’armée israélienne posant avec l’équipement fourni par Soldiers Save Lives. (Crédit : Soldiers Save Lives)

« Presque immédiatement, nous avons vu des personnes allongées près d’une voiture qui semblaient avoir besoin d’aide », a raconté Hazony. « Nous sommes sortis pour les aider, mais ils étaient morts, et ce depuis des heures. C’était choquant pour moi, un jeune homme de 25 ans qui avait été secouriste dans l’armée et à MDA, mais qui n’avait jamais rien vu de grave. »

Finalement, Hazony, avec d’autres secouristes de la région, a ouvert un hôpital de campagne près de Sderot et a passé la journée à soigner les blessés qui venaient du Festival Supernova. Ils ne sont jamais arrivés sur les lieux de la rave-party et n’ont pas pu aider Newman, dont on leur a dit plus tard qu’il avait été tué avant 7 heures du matin.

« Vers minuit le samedi, j’ai fait du stop pour rentrer chez moi et mes amis et ma famille m’attendaient », a raconté Hazony. « J’ai alors réalisé que j’avais fait quelque chose de fou, que mon meilleur ami avait été tué, que nous étions en guerre et que je n’avais pas réalisé tout ce qui se passait pendant que je soignais les gens à la frontière. »

Passer à l’action

Cette nuit-là, Hazony et ses amis ont décidé qu’ils devaient faire quelque chose pour contribuer à l’effort de guerre.

« Cela a commencé le dimanche matin par des missions de base, comme acheter des sacs de couchage et des packs d’hydratation et les livrer aux soldats qui en demandaient, puis livrer un drone à mon frère qui partait au combat et qui s’est rendu compte qu’il n’avait pas de gilet pare-balles et que je devais lui donner celui que je portais », a expliqué Hazony.

À partir de là, le projet du groupe a pris de l’ampleur. En contactant les personnes que le groupe avait à New York et en Israël, ils ont organisé le décollage d’un avion de l’aéroport JFK lundi après-midi, transportant neuf tonnes de matériel tactique et d’aide humanitaire à destination d’Israël, qui avaient été données par les communautés juives de New York.

« Nous n’avions aucune idée de ce que nous faisions », a déclaré Hazony. « Nous avons eu des problèmes avec les douanes et le ministère de la Défense, tout en organisant de nouveaux vols sans savoir ce que nous faisions. »

Les membres de l’équipe de Soldiers Save Lives donnant du matériel tactique aux soldats de l’armée israélienne dans le besoin. (Crédit : Soldiers Save Lives)

En l’espace d’une semaine, l’organisation a organisé trois vols supplémentaires transportant de l’aide et a récolté près d’un demi-million de dollars.

Soldiers Save Lives dispose désormais d’un bureau à Tel Aviv et d’un entrepôt à Petah Tikva. Ils ont acheminé 25 millions de dollars d’aide pour les militaires et les civils et a collecté plus de 3 millions de dollars. Outre l’obtention d’une aide générale, le groupe a également réussi à répondre à des demandes spécifiques d’équipement de la part de l’unité de recherche et de sauvetage du Commandement du Front intérieur et de l’armée de l’air, et a acheté trois ambulances blindées pour la police israélienne.

Évolution de la mission

Au fil des mois, l’organisation s’est rendue compte que les besoins évoluaient. Alors qu’au cours des deux premiers mois, elle s’était attachée à répondre aux besoins de Tsahal et des équipes civiles d’intervention d’urgence, elle s’est aperçue que les civils avaient davantage besoin de son aide. Bien qu’elle continue à aider les militaires en cas de besoin, son objectif principal s’est tourné vers d’autres secteurs.

Une membre de l’équipe de Soldiers Save Lives triant des bottes de combat en attente de distribution, dans l’entrepôt de Petah Tikva. (Crédit : Soldiers Save Lives)

« Nous avons récemment organisé un événement pour 200 familles déplacées, au cours duquel nous avons collecté un grand nombre de vêtements de toutes tailles, qu’ils ont pu utiliser pendant que les enfants jouaient », a indiqué Hazony.

« Nous avons également beaucoup utilisé les réseaux sociaux », a-t-il souligné. « Nous avons fait beaucoup de vidéos du type ‘faisons quelque chose’ pour encourager les gens à s’opposer à la tragédie et à l’antisémitisme. »

Grâce à son travail au cours des derniers mois, Soldiers Save Lives a acquis une certaine notoriété au sein des communautés juives des États-Unis, ce qui, selon Hazony, permet à l’organisation de renforcer son influence sociale, notamment en organisant des conférences avec des groupes du programme populaire Taglit-Birthright en visite en Israël.

« Nous avons réalisé que nous avions une responsabilité [d’user de notre influence] et c’est devenu l’un de nos programmes », a-t-il déclaré. « Nous ne sommes pas nécessairement en train de dire au monde que les Juifs sont bons. Ce n’est pas ce que nous faisons. Il s’agit davantage d’inciter les Juifs à agir que d’inspirer les non-Juifs concernant les Juifs. »

Bien que l’organisation soit née des besoins de la guerre, Hazony a noté qu’il était important pour lui que son travail se poursuive une fois les combats terminés.

« Nous sommes en train de devenir une organisation d’influence sociale, d’action et de lutte contre l’antisémitisme d’un certain niveau », a-t-il affirmé.

Une fois la guerre terminée, Hazony espère que l’organisation continuera à apporter son aide aux amputés et aux personnes souffrant de stress post-traumatique (TSPT), tout en continuant à fournir de l’aide en Israël partout où cela sera nécessaire.

« Il y a aussi tout notre programme éducatif [sur l’influence sociale] qui est en cours et qui, je l’espère, se poursuivra à jamais parce que je pense que c’est très important », a-t-il déclaré. « Je ne sais pas exactement où nous allons aller, mais au fur et à mesure que les combats s’atténueront, l’influence sociale augmentera. »

Des gilets pare-balles attendant d’être distribués, dans l’entrepôt de Soldiers Save Lives, à Petah Tikva. (Crédit : Soldiers Save Lives)

En attendant, Soldiers Save Lives organise un événement pour les survivants du Festival Supernova qui ont créé des œuvres d’art exprimant leurs sentiments concernant l’épreuve vécue. À New York, les survivants témoigneront de leur expérience et vendront leurs œuvres apportées pour l’occasion.

En ce qui concerne l’avenir de Hazony, il a déclaré que son expérience du 7 octobre avait légèrement atténué son « intense motivation de secouriste ».

« En tant que secouriste, j’ai toujours eu l’instinct de courir pour aider quiconque en a besoin, mais j’ai récemment réalisé que si je vois quelqu’un qui a besoin d’aide et qu’il y a déjà un secouriste, je me dis : ‘D’accord, ils sont bons. Je n’ai pas besoin de les déranger.' »

Une fois son diplôme en poche, Hazony espère continuer à faire du bénévolat pour MDA après avoir suivi une formation d’ambulancier. Cependant, à terme, il espère devenir enseignant. Mais quoi qu’il fasse, il a l’intention de poursuivre son travail avec Soldiers Save Lives.

« Nous avons la responsabilité de continuer à travailler », a-t-il insisté.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.