Rechercher

Un Israélien, un Palestinien et un Jordanien rendent hommage à la mer Morte

Le film "Dead Sea Guardians" évoque les efforts d'un activiste, Oded Rahav, visant à rassembler un groupe pour traverser à la nage la mer Morte, une merveille aujourd'hui en péril

Oded Rahav, Yusuf Matari et Munqeth Meyhar se tiennent la main dans la mer Morte, une image du film  Dead Sea Guardians. (Crédit : Ram Gil)
Oded Rahav, Yusuf Matari et Munqeth Meyhar se tiennent la main dans la mer Morte, une image du film Dead Sea Guardians. (Crédit : Ram Gil)

Un film tout en poésie, consacré aux efforts livrés par un homme pour attirer l’attention sur la mer Morte en péril est actuellement à découvrir dans les cinémas locaux et dans le cadre de festivals internationaux du film.

« Dead Sea Guardians » présente la tentative – finalement réussie – de l’entrepreneur Oded Rahav, activiste dans la défense de l’environnement, de rassembler un groupe qui traverserait à la nage cette masse d’eau, la plus salée au monde, en un temps enregistré pour la toute première fois.

Raviv est parvenu à recruter pour son projet de 2016 avec deux compagnons d’aventure : Un Palestinien, Yusuf Matari, et un Jordanien, Munqeth Meyhar.

Une grande partie du film suit ses tentatives de trouver d’autres nageurs volontaires en Jordanie et en Cisjordanie ainsi qu’en Israël – trois territoires qui côtoient la mer Morte.

Des informations sur les projections de « Dead Sea Guardians » sont mises à disposition sur la page Facebook du film.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...