Un journal juif belge porte plainte contre une interview d’un négationniste
Rechercher

Un journal juif belge porte plainte contre une interview d’un négationniste

De Morgen a publié une interview d'un militant d'extrême droite qui a affirmé que les chambres à gaz ne servaient pas à tuer

Vue sur Anvers (Crédit  : CC BY-SA 3.0, by Bbd, Wikimedia Commons)
Vue sur Anvers (Crédit : CC BY-SA 3.0, by Bbd, Wikimedia Commons)

Un journal juif de Belgique s’est plaint auprès de l’institut de surveillance du journalisme du pays au sujet d’un quotidien qui a publié les propos d’un négationniste de l’Holocauste qui affirmait que personne n’est mort dans les chambres à gaz nazies.

Le mensuel Joods Actueel d’Anvers a déposé la plainte contre le quotidien De Morgen la semaine dernière, a annoncé le rédacteur en chef du mensuel, Michael Freilich, au JTA lundi.

Dans sa plainte contre De Morgen, Joods Actueel a cité la législation de 1995 qui interdit d’affirmer l’Holocauste n’a pas eu lieu – une loi qui a été violée selon les affirmations de Freilich la fois par De Morgen et par la personne interrogée par le journal, Siegfried Verbeke.

Dans un entretien publié plus tôt ce mois-ci, Verbeke, un sympathisant d’extrême-droite avec de multiples condamnations pour incitation à la haine raciale contre les Juifs et négation du génocide, a déclaré : « les chambres à gaz ont existé, bien sûr, des centaines d’entre elles. Pour désinfecter les vêtements des gens qui passaient par [ses chambres]. Mais les chambres à gaz conçues pour tuer des gens n’ont jamais existé, jamais ».

L’autorité de l’Etat belge pour la lutte contre la discrimination, ICGK, a déclaré qu’elle examinait une éventuelle action en justice contre Verbeke pour cette déclaration et le maire d’Anvers, Bart De Wever, a exprimé son soutien pour des poursuites judiciaires.

Mais « De Morgen est à toutes fins utiles, un complice de cette infraction, et doit répondre de ses actes », a déclaré Freilich.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...