Un journaliste israélien révèle les failles sécuritaires du mur Occidental
Rechercher

Un journaliste israélien révèle les failles sécuritaires du mur Occidental

Un journaliste se faisant passer pour un ultra-orthodoxe a réussi à rentrer sur le site religieux avec une arme pendant Shabbat

Un journaliste de la Deuxième chaîne s'apprêtant à rentrer dans le mur Occidental en portant des armes lors d'un shabbat (Crédit : Capture d'écran Deuxième chaîne)
Un journaliste de la Deuxième chaîne s'apprêtant à rentrer dans le mur Occidental en portant des armes lors d'un shabbat (Crédit : Capture d'écran Deuxième chaîne)

Un reportage télévisé, diffusé lundi, a révélé de sérieuses failles dans la sécurité du mur Occidental Jérusalem.

Un journaliste, se faisant passer pour un Ultra-orthodoxe, a réussi à entrer dans l’enceinte du site religieux avec des couteaux et une fausse ceinture d’explosifs.

Le reportage diffusé sur la Deuxième chaîne (en hébreu) suggère que n’importe quelle personne pourrait exploiter la sécurité laxiste dont bénéficie les Juifs religieux le samedi afin de mener une attaque terroriste, avec un danger potentiel encore plus accru par la sensibilité du site et sa proximité du quartier musulman dans la Vieille Ville, qui a été le site d’un certain nombre d’attaques terroristes au fil des années.

A toutes les quatre entrées du mur Occidental, les visiteurs sont obligés de passer sous un détecteur de métaux et de placer leurs sacs dans une machine à rayons X pour s’assurer qu’ils n’ont aucune arme.

Cependant, les Juifs religieux sont exemptés de cette procédure les samedis, puisque l’utilisation des dispositifs électroniques est interdite pendant le Shabbat et utiliser un détecteur de métaux serait une violation de la loi juive. Au lieu de cela, les juifs religieux peuvent demander une fouille manuelle de leur corps.

En dépit de cette politique, le journaliste a réussi à passer trois des quatre entrées du mur Occidental sans être fouillé, avec des agents de sécurité du site ne semblait pas lui accorder de l’attention, malgré des recherches approfondies sur le reste des visiteurs.

Le journaliste n’a pas tenté d’accéder au site par la quatrième entrée, située à l’extrémité sud du quartier juif dans la Vieille Ville.

Des milliers de personnes se sont rassemblées au mur Occidental pour la bénédiction sacerdotale de Souccot, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 19 octobre 2016. (Crédit : police israélienne)
Des milliers de personnes se sont rassemblées au mur Occidental pour la bénédiction sacerdotale de Souccot, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 19 octobre 2016. (Crédit : police israélienne)

Après être entré sur le site, le journaliste a été en mesure de se déplacer librement autour du mur Occidental et d’approcher les fidèles et les touristes sans éveiller aucun soupçon.

Le reportage souligne que le samedi est la journée où le mur Occidental est le plus fréquenté, pendant que la foule des Juifs religieux viennent prier sur le site pendant le Shabbat, ce qui augmente le risque d’une attaque en masse, surtout si un terroriste potentiel devait porter une ceinture d’explosifs, ce qui est possible comme le montre le reportage.

La sécurité au mur Occidental est gérée par la compagnie de sécurité privée Amishav, qui se décrit sur son site Web comme « l’une des principales sociétés spécialisée dans la sécurité et la protection en Israël » et se vante que certains de ses gardiens sont issus des « certains des unités de combats d’élites de l’armée israélienne ».

En réponse au reportage, Amishav a déclaré à la Deuxième chaîne qu’ « une commission d’enquête sera établi qui tirera les conclusions nécessaires et procédera aux changements et aux ajustements avec le client (le Rabbin du mur Occidental) ».

La police israélienne a déclaré à la Deuxième chaîne qu’Amishav devrait « protéger la sûreté et la sécurité de la population » dans le cadre de son contrat de gestion de la sécurité au mur Occidental, tout en ajoutant que si les procédures de sécurité sur le site « ne sont pas mises en œuvre, la police agirait en conséquence ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...