Un journaliste juif US arrêté au Myanmar alors qu’il tentait de quitter le pays
Rechercher

Un journaliste juif US arrêté au Myanmar alors qu’il tentait de quitter le pays

Danny Fenster est l’un des nombreux journalistes qui ont été détenus, emprisonnés ou expulsés depuis que l'armée a pris le contrôle du pays lors du coup d'État de février

Danny Fenster, à droite, avec son frère Bryan lors du mariage d'un ami à Cracovie, en Pologne, en septembre 2019. (Crédit : Bryan Fenster via JTA)
Danny Fenster, à droite, avec son frère Bryan lors du mariage d'un ami à Cracovie, en Pologne, en septembre 2019. (Crédit : Bryan Fenster via JTA)

Detroit Jewish News via JTA — En rentrant chez lui pour une visite surprise à sa famille et ses amis, le journaliste juif Danny Fenster a été arrêté lundi au Myanmar, où il travaille pour un site d’information dans la plus grande ville du pays, Yangon.

Fenster fait partie des nombreux journalistes qui ont été détenus, emprisonnés ou expulsés du pays depuis qu’une junte militaire a pris le contrôle du gouvernement en février.

L’homme de 37 ans, originaire de Détroit, a été détenu à l’aéroport international de Yangon peu de temps avant de prendre un vol pour Kuala Lumpur, et est actuellement détenu à la prison d’Insein, qui a une réputation notoirement connue et bien documentée pour son traitement déplorables des prisonniers politiques.

Le frère de Fenster, Bryan, 39 ans, a déclaré qu’il s’était inquiété après avoir vu tôt lundi matin plusieurs messages téléphoniques en provenance du Myanmar, envoyés par la femme du journaliste, Julianna.

Bryan Fenster suppose que son frère est détenu parce qu’il est un journaliste qui a couvert le coup d’État au Myanmar. Selon les médias, le gouvernement militaire du Myanmar a arrêté environ 80 journalistes depuis l’évènement, et Fenster serait le quatrième journaliste étranger à être détenu.

Bryan Fenster a vu son frère pour la dernière fois lors du mariage d’un ami à Cracovie, en Pologne, en septembre 2019. Il a déclaré que son jeune frère, diplômé du Columbia College of Chicago et de la Wayne State University, travaillait comme journaliste en Asie depuis environ trois ans. Il a occupé différents postes en Thaïlande, et avait travaillé pour un autre média au Myanmar avant que la junte militaire ne l’interdise. Il a ensuite rejoint le staff de Frontier, un site d’information indépendant.

« Nous ne connaissons pas la raison exacte pour laquelle il est détenu, ou sa condition physique », a déclaré Bryan Fenster dans une interview accordée au Detroit Jewish News. « La bonne nouvelle est que nous avons pu rentrer en contact avec les bonnes personnes. Les représentants locaux [du Congrès], le gouverneur Whitmer et le département d’État américain sont conscients de la situation, et ils y travaillent. »

Mardi, le représentant américain Andy Levin, un démocrate juif de l’état du Michigan, ainsi que les 16 membres de la délégation du Congrès du Michigan, ont envoyé une lettre au secrétaire d’État Antony Blinken exhortant le département d’État à obtenir la libération immédiate et inconditionnelle de Fenster.

Levin a déclaré qu’il avait longuement parlé mardi avec Bryan Fenster, ainsi qu’avec le département d’État et l’ambassadeur américain au Myanmar, Thomas Vajda. Levin a déclaré que Vajda « ne ménage aucun effort » dans sa tentative de libérer le journaliste.

« J’ai été très rassuré après avoir parlé à l’ambassadeur Vajda et appris tout ce qu’il fait pour obtenir la libération de Danny », a déclaré Levin, qui siège au Comité des Affaires Étrangères du Congrès et est vice-président du sous-comité sur l’Asie, le Pacifique, l’Asie centrale et Non-prolifération.

En mars, Levin a soutenu une résolution du Congrès condamnant le coup d’État militaire au Myanmar. Elle a été adoptée par un vote de 398 contre 14.

Andy Levin, Démocrate du Michigan, arrive pour participer à des briefings réservés aux élus à Capitol Hill à Washington, le 15 novembre 2018. (AP Photo/Carolyn Kaster)

« Vajda a une expérience approfondie, mesurée et solide dans la protection des Américains dans tous les pays où il a servi en tant qu’ambassadeur », a déclaré Levin. « Washington se démène de tous les côtés pour le libérer. »

En février, l’armée a arrêté la dirigeante civile du Myanmar, Aung San Suu Kyi, qui a remporté le prix Nobel de la paix en 1991 pour sa lutte pour la démocratie. L’armée a déclaré l’état d’urgence, affirmant qu’il y avait eu fraude électorale lors des élections remportées par le parti de Suu Kyi, selon les observateurs.

Les États-Unis et d’autres pays ont sévèrement critiqué les chefs militaires du Myanmar pour ce coup d’État.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...