Un juif du Kenya refoulé à son entrée en Israël
Rechercher

Un juif du Kenya refoulé à son entrée en Israël

Un leader juif du Kenya arrivé en Israël dans la nuit de lundi s’est vu refuser l’entrée dans le pays par le ministère de l’Intérieur et refoulé en Ethiopie

Yehuda Kimani et 4 membres de sa famille devant la synagogue de Kasuku, Kenya (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israel)
Yehuda Kimani et 4 membres de sa famille devant la synagogue de Kasuku, Kenya (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israel)

Le refoulement de Yehudah Kimani par les autorités israéliennes – il était venu dans l’Etat juif pour suivre un programme d’études de trois semaines – a été considéré par des militants comme étant l’attitude habituelle de discrimination d’Israël à l’encontre des Juifs de communautés émergentes à travers le monde.

Kimani, 31 ans, est le chef des 50 membres de Kehilat Kasuku, un petit groupe de familles dans une région montagneuse et rurale du Kenya, qui ont décidé de vivre un “judaïsme messianique” au début des années 2000.

Quelques années plus tard, ils ont été convertis par le mouvement libéral Massorti (Conservative Jewish) en Ouganda avec la communauté Abayudaya. Ils respectent le Shabbat et les fêtes juives dans une petite synagogue avec des bancs en bois brut et recouverte d’une bâche en plastique.

Durant ces dernières années, depuis la première visite du Times of Israel au début 2015, Kimani s’est servi de Facebook pour créer des relations avec d’autres juifs à travers le monde. Ce réseautage l’a emmené dans un périple de plusieurs mois aux Etats-Unis durant l’été 2016 grâce au mouvement Koulanou, et lui a permis également d’étudier à la Brandeis Collegiate Institute.

Justin Philips, un juge à la retraite qui siégeait au conseil d’administration du mouvement libéral Fuchsberg Center, a invité gracieusement Kimani à étudier à la Conservative Yeshiva de Jérusalem pour un court programme. Après le refus de sa première demande de visa, il a pu obtenir un visa lors de sa deuxième demande, pour lui permettre de suivre le programme de vacances d’hiver de la yéshiva.

Mais quand Kimani est arrivé à l’aéroport Ben Gurion lundi dernier dans la nuit, les agents au contrôle des passeports lui ont signifié que son visa n’était pas valide. Kimani a été placé dans une salle d’attente et refoulé sur le vol suivant pour l’Ethiopie.

« Ils m’ont juste dit de repartir, j’avais l’impression de ne plus être un humain, » a déclaré Kimani depuis l’aéroport d’Addis Abeba.

L’Autorité de la population, de l’immigration et des frontières a déclaré que Kimani a été refoulé en raison de son visa « obtenu frauduleusement » dans la mesure où il n’avait pas informé l’ambassade que sa précédente demande avait été refusée.

« Il n’y avait aucune question sur le formulaire, et s’ils voulaient ce genre d’information ils n’avaient qu’à le demander » a déclaré Philips.

« C’est du pur racisme, » a-t-il ajouté. « Ils n’aiment pas les juifs qui ne sont pas ‘orthodoxes’ et ils n’aiment pas les juifs noirs. Nous avons beaucoup de problèmes pour obtenir des visas pour des juifs libéraux ». Philips indique que le mouvement Conservative peine à obtenir des visas pour les juifs Abayudaya d’Ouganda, dont beaucoup viennent en Israël pour des études ou pour des programmes de jeunesse.

Kimani garde espoir de pouvoir se rendre prochainement en Israël. Il cherche aussi d’abord à retrouver sa valise perdue, et se dit très déçu de ne pas avoir pu rencontrer les douzaines de personnes avec qui il avait sympathisé sur Internet. Beaucoup parmi ces amis ont fait des dons pour aider la communauté au Kenya à construire une synagogue, et pour financer les frais de scolarité au travers d’une campagne de collecte de fonds en ligne.

Kimani, qui a fait des études de tourisme et espère créer une entreprise de safari casher au Kenya dans le futur, surveille les dernières étapes de la construction de la bibliothèque.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...