Un ministre algérien effectue une rare visite en Syrie
Rechercher

Un ministre algérien effectue une rare visite en Syrie

L'Algérie s'est systématiquement abstenue de voter des résolutions de la Ligue arabe condamnant le régime d'Assad

Le président syrien Bashar el-Assad, dans son bureau à Damas, le 12 février 2016.(Crédit : Joseph Eid/AFP)
Le président syrien Bashar el-Assad, dans son bureau à Damas, le 12 février 2016.(Crédit : Joseph Eid/AFP)

Le président Bashar el-Assad a rencontré lundi à Damas le numéro deux du ministère des Affaires étrangères d’Algérie, un des rares pays arabe à avoir maintenu le contact avec le régime syrien, selon l’agence officielle Sana.

Le chef de l’Etat a indiqué à Abdelkader Messahel, ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, que son pays appréciait la position adoptée par l’Algérie durant les cinq années de conflit en Syrie.

Les deux hommes ont discuté « des dangers du terrorisme et de l’importance pour tous les pays d’unir leurs efforts pour le combattre ».

Pour le régime syrien, tous les groupes ayant pris des armes pour le combattre sont des « terroristes », sans faire de différences entre jihadistes et rebelles.

La visite de Messahel intervient après celle fin mars à Alger du chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem.

La Syrie a été suspendue de la Ligue arabe en 2011 à la suite de la répression brutale des manifestations contre le régime en mars de la même année. Depuis, le conflit a pris une tournure beaucoup plus sanglante et a causé la mort de 270 000 personnes.

L’Algérie s’est systématiquement abstenue de voter des résolutions de l’organisation pan-arabe visant à condamner le régime.

Le président Assad a comparé à plusieurs reprises sa guerre actuelle contre les rebelles au conflit qui a dévasté l’Algérie durant une décennie. Cette guerre civile dans les années 1990 a causé la mort de 200 000 personnes, selon les chiffres officiels.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...