Rechercher

Un ministre libanais critique l’envoi de drones du Hezbollah en Méditerranée

Toute action en dehors du cadre "diplomatique dans lequel se déroulent les négociations est inacceptable et l'expose à des risques inutiles", a déclaré le chef de la diplomatie

Le ministre libanais des Affaires étrangères Abdallah Bouhabib, à gauche, rencontre l'envoyé américain pour les affaires énergétiques Amos Hochstein à Beyrouth, au Liban, le 14 juin 2022. (Crédit : Bilal Hussein/AP)
Le ministre libanais des Affaires étrangères Abdallah Bouhabib, à gauche, rencontre l'envoyé américain pour les affaires énergétiques Amos Hochstein à Beyrouth, au Liban, le 14 juin 2022. (Crédit : Bilal Hussein/AP)

Un ministre libanais a jugé lundi « inacceptable » toute interférence dans les négociations sous l’égide des Etats-Unis pour délimiter les frontières maritimes entre le Liban et Israël, deux jours après le lancement par le groupe terroriste chiite Hezbollah de drones en Méditerranée.

« Toute action en dehors du cadre de la responsabilité de l’Etat et du contexte diplomatique dans lequel se déroulent les négociations est inacceptable et l’expose à des risques inutiles », a déclaré le ministre libanais des Affaires étrangères Abdallah Bou Habib à la télévision après sa rencontre avec le Premier ministre Najib Mikati.

Même s’il ne l’a pas cité, le ministre fait référence au Hezbollah qui a dit avoir lancé samedi « trois drones non armés en direction du champ (gazier) contesté de Karish pour des missions de reconnaissance ».

Le puissant groupe terroriste armé chiite a parlé d’une mission « accomplie », alors que l’armée israélienne a affirmé avoir abattu les trois drones qui s’approchaient « des eaux économiques d’Israël ».

Illustration : Energean en opération dans le champ pétrolier de Karish, au large d’Israël, en 2020. (Crédit : Capture d’écran sur YouTube)

Le ministre libanais a souligné lundi que les négociations en cours, avec les efforts du médiateur américain Amos Hochstein, avaient atteint un stade « avancé », appelant toutes les parties à « faire preuve de responsabilité au nom de l’intérêt suprême de l’Etat ».

Le Liban et Israël, deux pays voisins officiellement toujours en guerre, avaient entamé en octobre 2020 des négociations inédites sous l’égide de Washington pour délimiter leur frontière maritime, afin de lever les obstacles à la prospection d’hydrocarbures.

Les pourparlers ont été suspendus en mai 2021 en raison de différends concernant la surface de la zone contestée, notamment le champ gazier de Karish.

Les tensions avaient ressurgi début juin avec l’arrivée à proximité de Karish d’un navire affrété pour le compte de l’Etat hébreu, le Liban accusant Israël d’opérer dans une zone contestée.

Dimanche, le Premier ministre israélien Yaïr Lapid a estimé que le Hezbollah était un obstacle à un accord entre le Liban et Israël sur la délimitation de leur frontière maritime.

Le Hezbollah a exhorté son pays à empêcher Israël d’extraire du gaz du champ offshore controversé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...