Un navire exploité par une firme israélienne attaqué à Oman
Rechercher

Un navire exploité par une firme israélienne attaqué à Oman

Cette agression jeudi soir survient dans un contexte de tensions avec l'Iran ; Zodiac Maritime d'Eyal Ofer précise seulement gérer le pétrolier qui ne lui appartient pas

Illustration : Une vedette des Gardiens de la révolution iranienne se déplace dans le golfe Persique tandis qu'un pétrolier est vu en arrière-plan, le 2 juillet 2012. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi, File)
Illustration : Une vedette des Gardiens de la révolution iranienne se déplace dans le golfe Persique tandis qu'un pétrolier est vu en arrière-plan, le 2 juillet 2012. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi, File)

Un pétrolier exploité par une firme israélienne a été attaqué au large de la côte d’Oman, en mer d’Arabie, ont indiqué vendredi les militaires britanniques. La compagnie a confirmé ces informations dans la foulée.

Le navire est exploité par Zodiac Maritime, une entreprise basée à Londres qui appartient au magnat israélien Eyal Ofer.

La firme a indiqué qu’alors que la gestion du pétrolier MERCER STREET, qui bat pavillon libérien, lui a été confiée, le propriétaire du bateau est un Japonais.

Les responsables israéliens n’ont pas immédiatement confirmé l’incident qui survient néanmoins dans un contexte de tensions accrues entre l’État juif et l’Iran, alors que les négociations portant sur l’accord nucléaire signé par la République islamique et les grandes puissances mondiales sont actuellement dans l’impasse.

D’autres navires israéliens ont été pris pour cible, ces derniers mois, alors que les deux pays semblent disputer une guerre dans l’ombre. Les responsables israéliens ont attribué la responsabilité des attaques à Téhéran.

Au début du mois, un navire en partance pour les Émirats arabes unis et qui avait appartenu à Zodiac Maritime d’Ofer a été attaqué dans le nord de l’océan Indien.

Le bateau MERCER STREET a été attaqué près d’Oman, le 29 juillet 2021. (Capture d’écran : MarineTraffic.com)

Une brève déclaration initiale du département chargé des opérations commerciales maritimes du Royaume-Uni, qui dépend de l’armée britannique, a fait savoir qu’une enquête sur cet incident – qui serait survenu jeudi, tard dans la soirée, au nord-est de l’île omanaise de Masirah – était en cours. L’attaque a eu lieu à plus de 300 kilomètres au sud-est de Mascate, la capitale d’Oman.

La déclaration est restée évasive, affirmant seulement que l’armée ne pensait pas à un acte de piraterie. Jeudi dans la journée, le département avait fait savoir qu’il avait enquêté sur d’autres incidents inexpliqués dans le même secteur, sans pour autant donner de détail.

Oman, de son côté, n’a pas confirmé l’attaque et s’est refusé à tout commentaire. La 5e Flotte de la marine américaine, qui patrouille dans le Moyen-Orient, n’a pas réagi pour le moment à l’incident.

Ces derniers mois, Israël et l’Iran se sont mutuellement accusés d’attaques à l’explosif qui ont ciblé un certain nombre de navire marchands. Dans chaque cas, les vaisseaux n’ont été que légèrement endommagés et il n’y a pas eu de blessés.

Le 26 février, une explosion avait ainsi touché le navire israélien MV Helios Ray, un cargo battant pavillon bahaméen, dans le Golfe d’Oman. Le Premier ministre de l’époque, Benjamin Netanyahu, avait accusé l’Iran de cette agression. Une accusation rapidement démentie par Téhéran même si les experts ont affirmé que l’agression portait les mêmes signes distinctifs des attaques qui ont par le passé été attribuées à la République islamique.

Un autre bateau israélien avait subi un tir de missile dans le Golfe d’Oman, à la fin du mois de mars – avec l’implication possible des forces iraniennes.

Le Wall Street Journal avait fait savoir, au mois de mars, que l’État juif avait pris pour cible au moins 12 navires en partance pour la Syrie, la majorité d’entre eux transportant du pétrole iranien, des mines et d’autres armes.

Les médias iraniens n’ont pas confirmé l’attaque.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...