Un négationniste agit encore sur YouTube et Twitter
Rechercher

Un négationniste agit encore sur YouTube et Twitter

Patrick Little, qui a préconisé la torture de masse des Juifs et salué le tireur de la synagogue de Pittsburgh, a été interdit de Gab

Patrick Little s'est plaint que les médias "alt-right" tels que The Daily Stormer n'ont pas soutenu sa campagne. (Twitter via JTA)
Patrick Little s'est plaint que les médias "alt-right" tels que The Daily Stormer n'ont pas soutenu sa campagne. (Twitter via JTA)

JTA — La semaine dernière, le réseau social Gab a interdit Patrick Little — un suprémaciste blanc, négationniste de la Shoah et ancien candidat au Congrès — de son site. Les comptes de Little sur YouTube et Twitter sont quant à eux toujours actifs.

Gab, un site populaire auprès de nombreux militants d’extrême droite, dont le tireur de la synagogue de Pittsburgh, a déclaré la semaine dernière qu’il avait suspendu de manière permanente Little parce qu’il avait encouragé le harcèlement à l’égard de citoyens privés. Les responsables du site insistaient que même si son compte contenait aussi des propos haineux, le site ne l’avait pas bloqué pour cela.

Sur Gab, Little avait préconisé la torture de masse des Juifs et avait salué Robert Bowers, un autre utilisateur de Gab qui a tué 11 fidèles à la synagogue Tree of Life de Pittsburgh le mois dernier, selon le HuffPost, qui avait écrit un premier article sur le statut de ses compte YouTube et Twitter mardi.

Little, âgé de 33 ans, s’était porté candidat au Sénat de Californie plus tôt cette année en tant que Républicain pour s’opposer à la Démocrate juive Dianne Feinstein. Il a seulement reçu 1,3 % des votes à la primaire de l’état et n’a pas pu se diriger vers les élections générales.

Il a déclaré au HuffPost qu’il était surpris que YouTube et Twitter n’avaient pas fermé ses comptes.

Le compte YouTube de Little avait près de 6 000 abonnés et il postait souvent des vidéos contenant des messages antisémites. Il avait moins de 300 abonnés sur Twitter.

YouTube, qui est possédé par Google, n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires de la JTA. La responsable de la politique de communication de Twitter Katie Rosborough a déclaré que le site ne « commente pas les comptes individuels pour des raisons de vie privée et de sécurité ».

Des réseaux sociaux, y compris Facebook, ont été sous le feu des critiques pour ne pas avoir fait assez pour lutter contre le racisme, l’antisémitisme et d’autres formes de discours haineux sur ces sites.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...