Rechercher

Un néo-nazi français de retour d’Ukraine mis en examen pour des propos racistes

Le site Conspiracy Watch, qui s'intéresse à cette mouvance, estime que les contenus qu'il publie "se caractérisent par leur racisme et leur antisémitisme outranciers"

Emblème de l'Office central de lutte contre les crimes contre l'humanité, les génocides et les crimes de guerre. (Crédit : Gendarmerie Nationale Française / Vector graphic : Futurhit12 / Domaine public)
Emblème de l'Office central de lutte contre les crimes contre l'humanité, les génocides et les crimes de guerre. (Crédit : Gendarmerie Nationale Française / Vector graphic : Futurhit12 / Domaine public)

Mathieu B., un militant néonazi français de retour d’Ukraine, a été mis en examen dimanche à Paris pour des « injures » et des « provocations » à caractère raciste, a appris l’AFP jeudi de source judiciaire, confirmant une information du Monde.

Le quotidien a raconté le retour de cet homme en France depuis l’Ukraine, en passant par la Hongrie, qui aurait été provoqué par le déclenchement de la guerre meurtrière et dévastatrice lancée par la Russie.

Selon Le Monde, il avait fait l’objet d’une plainte déposée en octobre 2021 par l’Observatoire juif de France, et était depuis surveillé dans le cadre d’une enquête confiée par le parquet de Paris à l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et les crimes de guerre.

Les gendarmes de l’OCLCH disposent d’une unité dédiée à la haine en ligne.

D’après le quotidien vespéral, Mathieu B., qui se surnommait également « le grand monarque » ou « Saint-Claude 88 », ces deux derniers chiffres étant une référence néo-nazie, a été interpellé à Marseille le 18 mars.

Dans le cadre d’une information judiciaire ouverte le 20 mars, il a été « mis en examen le même jour des chefs d’injures à caractère racial et provocations à la haine et à la discrimination à caractère raciste par voie électronique », puis placé sous contrôle judiciaire, a indiqué une source judiciaire.

Le site Conspiracy Watch, qui s’intéresse à cette mouvance, estime que les contenus qu’il publie « se caractérisent par leur racisme et leur antisémitisme outranciers ».

« Prônant ‘la supériorité de la race aryenne’, il promeut également des thèses complotistes, négationnistes et pseudo-scientifiques (platisme, complot reptilien, énergie libre, etc) », écrit le site.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...