Un obus syrien a atterri mardi soir sur le Golan
Rechercher

Un obus syrien a atterri mardi soir sur le Golan

Le “tir perdu” n’a fait aucun blessé après avoir touché le territoire israélien pendant des combats dans la partie syrienne de la zone démilitarisée

La fumée monte du village syrien de Jubata al-Khashab, après des frappes de l'armée israélienne sur des positions de l'armée syrienne en représailles après un tir de mortier syrien sur le plateau du Golan, le 10 septembre 2016. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
La fumée monte du village syrien de Jubata al-Khashab, après des frappes de l'armée israélienne sur des positions de l'armée syrienne en représailles après un tir de mortier syrien sur le plateau du Golan, le 10 septembre 2016. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Un obus tiré depuis la Syrie a atterri mardi soir sur le plateau du Golan israélien.

L’armée a précisé que l’obus avait atterri dans un terrain vague, ne faisant aucun blessé.

Des informations non confirmées provenant de Syrie affirmaient sur les réseaux sociaux que l’armée syrienne avait tiré sur les forces rebelles dans le village de Hamidiya, dans la zone démilitarisée, au moment de l’incident.

La semaine dernière, l’armée israélienne avait tiré sur une position gouvernementale syrienne du plateau du Golan après qu’un obus de char avait atterri en territoire israélien.

L’obus n’avait fait ni blessé, ni dégât. Il était tombé pendant un affrontement entre les forces du gouvernement syrien et les rebelles dans les villages de Ufaniya et de Hamidiya, dans la zone démilitarisée.

Les forces du gouvernement syrien avaient aussi bombardé le village de Hamidiya avec de l’artillerie.

L’armée israélienne a déclaré qu’elle avait répondu en visant une position de l’armée syrienne, et a identifié un tir direct. Elle n’a pas précisé comment elle avait attaqué la position syrienne, mais des médias syriens pro-Assad ont annoncé que des hélicoptères israéliens avaient attaqué la position, en faisant des dégâts mais pas de blessé.

Israël a affirmé à plusieurs reprises qu’il tenait le gouvernement syrien pour responsable de tous les tirs, quelles que soient leurs origines, qui atterrissaient du côté israélien de la zone démilitarisée. Dans le passé, l’armée a cependant souligné qu’elle « n’hésitera pas à agir contre toute force d’opposition en Syrie. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...