Rechercher

Un officier de Tsahal arrêté pour avoir filmé des soldates à leur insu

Le lieutenant-colonel Dan Sharoni aurait enfermé sa subordonnée en quarantaine, caché des caméras dans la salle de bain ; "il m'a filmée 24 heures sur 24", dit-elle

Dan Sharoni, un officier de Tsahal accusé de délits sexuels, apparaît au tribunal dans des images d'actualité diffusées le 24 novembre 2021. (Capture d'écran)
Dan Sharoni, un officier de Tsahal accusé de délits sexuels, apparaît au tribunal dans des images d'actualité diffusées le 24 novembre 2021. (Capture d'écran)

Un officier de l’armée israélienne a été arrêté il y a deux semaines pour des délits sexuels présumés, notamment pour avoir filmé secrètement des soldates. Un embargo interdisant la publication de l’affaire a été levé mercredi.

Dan Sharoni, lieutenant-colonel dans une école de conduite militaire sur la base de Bahad 6, est soupçonné de délits, notamment d’atteinte à la vie privée.

Pendant plusieurs années, sur différentes bases où il a servi, Sharoni aurait filmé des soldates à l’aide de caméras cachées. Certains de ces appareils étaient déguisés en chargeurs de téléphone portable.

Sharoni aurait commis des délits similaires à l’encontre de femmes civiles, selon la Douzième chaîne.

Il est également soupçonné d’avoir transféré illégalement des photos intimes de soldates sous son commandement sur son propre téléphone portable.

Mercredi, il a été traduit devant un tribunal militaire spécial dans le complexe militaire de la Kirya à Tel Aviv.

Au moins 15 femmes sont plaignantes dans cette affaire, mais il est probable que beaucoup plus soient impliquées, a rapporté la chaîne publique israélienne Kan.

« Sharoni a choisi de filmer plus de 30 filles en secret pendant cinq ans. Je suis l’une d’entre elles, » a écrit l’une des victimes présumées dans un message largement diffusé sur les réseaux sociaux.

Elle a dit qu’elle avait considéré Sharoni comme une figure paternelle, un ami et un commandant efficace, mais que « tout n’était que mensonge. »

« Il y a un mois, il m’a mise en quarantaine sur la base dans sa chambre », a-t-elle écrit. « Lorsque je suis entrée dans la chambre de Dan, je suis tombée sur plusieurs chargeurs connectés à des prises. J’ai reçu un message de sa part m’ordonnant de ne retirer aucun des chargeurs. »

« Il s’est avéré que tout était relié à des caméras – une caméra en face du lit, une caméra dans la douche, une caméra dans la salle de bain et dans tous les autres endroits auxquels seul un pervers peut penser. »

« Les caméras me filmaient 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, en train de m’habiller, sous la douche, en train de me sécher avec une serviette, en train de dormir », a-t-elle déclaré, ajoutant que d’autres femmes avaient des éléments pour appuyer le fait que Sharoni avait piraté leurs téléphones et les avait filmées dans leurs locaux d’habitation.

L’affaire fait suite à deux autres incidents très médiatisés de délits sexuels présumés contre des soldates.

Le commandant de la prison de Gilboa, Freddy Ben Shitrit, arrive pour son témoignage devant le comité d’inspection du gouvernement pour enquêter sur l’évasion des prisonniers de sécurité de la prison de Gilboa, à Modiin, le 24 novembre 2021. (Crédit : Flash90)

Mercredi, le commandant de la prison de Gilboa, Freddy Ben Shitrit, a semblé confirmer des informations de 2018 selon lesquelles des soldates qui effectuaient leur service militaire dans l’établissement pénitencier en tant que gardiennes étaient « prostituées » par leurs supérieurs pour assouvir les besoins obscènes de terroristes palestiniens détenus.

La semaine dernière, un officier d’une unité d’élite de la marine a été inculpé de trois chefs d’accusation de viol à l’encontre d’une soldate.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...