Un oleh de France rejoint la liste de HaYamin HaHadash
Rechercher

Un oleh de France rejoint la liste de HaYamin HaHadash

L'avocat "Yomtob Kalfon a l'âme d'un véritable sioniste et il sera la voix des francophones à la Knesset", a déclaré Naftali Bennett

Les leaders du parti HaYamin HaHadash, Naftali Bennett et Ayelet Shaked, ont annoncé mardi que le Franco-israélien Yomtob Kalfon, 32 ans, avait rejoint leur liste de candidats pour les élections du mois d’avril, à la 11e position.

A sept semaines des prochaines élections des sondages (datant du 12 février dernier) donnent pour l’instant autour de huit sièges à la liste HaYamin Hahadash, ne plaçant pas Kalfon, pour le moment, dans une position éligible.

« Yomtob Kalfon a l’âme d’un véritable sioniste et il sera la voix des francophones à la Knesset », a déclaré Bennett dans un communiqué transmis à la presse.

Jusqu’à son entrée dans HaYamin HaHadash, ce natif de Sarcelles co-dirigeait Aleinou, une initiative visant à faire grossir la représentation politique française dans le paysage politique israélien.

Selon ses créateurs, Aleinou se bat sur trois fronts : placer des candidats francophones sur des listes politiques d’autres partis qui cherchent à capter une partie de l’électorat francophone; se présenter en tant que parti dans les villes assez francophones pour qu’il soit pertinent d’y présenter une liste, comme à Raanana qui compterait selon Kalfon entre 7 % et 10 % de francophones. Ou encore, parrainer un parti « ami » constitué d’olim.

« Le temps est venu de franchir une étape et de donner une voix à la communauté des olim francophones à la Knesset, affirme Yomtob Kalfon. J’ai eu la chance d’avoir réussi mon parcours d’intégration en Israël, et je veux aujourd’hui tendre la main à mes frères, auxquels les gouvernements israéliens n’ont pas encore su donner une approche adaptée, afin qu’eux aussi réussissent leur intégration en Israël ».

Yomtob Kalfon est titulaire d’une licence de droit de l’Université Bar-Ilan et termine actuellement une maîtrise en Sciences politiques et communication politique à l’Université hébraïque de Jérusalem. Il a été en outre représentant de la Fédération sépharade au Congrès Sioniste Mondial de 2010.

A l’occasion de l’introduction de Kalfon, Bennett a présenté un plan qu’il avait déjà annoncé au mois de décembre. Il a expliqué que son parti lançait un programme visant à faire venir 50 000 Juifs de France et de Belgique.

En 2015, 6 770 personnes quittaient la France pour s’installer au sein de l’Etat juif, un chiffre qui a chuté à 2 660 en 2018.

La France connaît une nouvelle vague d’incidents antisémites ces dernières semaines. Près d’une centaine de tombes ont été vandalisées, dans la nuit de lundi, dans un cimetière juif du nord de la France.

Une photo prise le 20 février 2019 à Quatzenheim montre des svastikas peintes sur des tombes d’un cimetière juif, le jour d’une marche nationale contre la recrudescence des actes antisémites. – Environ 96 tombes ont été vandalisées dans le village de Quatzenheim, en Alsace, près de la frontière allemande. (Crédit : Frederick FLORIN / AFP)

Des croix gammées ont été taguées sur 96 tombes d’un cimetière juif du village de Quatzenheim, en Alsace, près de la frontière avec l’Allemagne.

Le week-end dernier, des propos haineux et violents ont pris pour cible le philosophe juif français Alain Finkielkraut pendant un défilé des gilets jaunes.

Bennett a qualifié l’incapacité du gouvernement à renforcer l’immigration depuis la France « d’échec historique. C’est notre devoir moral de relever le défi et de leur venir en aide – et nous le ferons ».

Après Israël et les Etats-Unis, la communauté juive de France est la troisième la plus importante dans le monde, s’élevant à près d’un demi-million de personnes.

Les partis politiques israéliens ont quarante-huit heures pour soumettre leur liste de candidats pour les élections du 9 avril.

Au mois de décembre, Bennett, actuel ministre de l’Education, et sa collègue, la ministre de la Justice Ayelet Shaked, ont quitté la formation HaBayit HaYehudi et créé HaYamin HeHadash , une formation qui, selon ses deux dirigeants, se base sur un « plein partenariat » entre les Israéliens orthodoxes et laïcs.

Parmi les candidats présents sur la liste de la formation, on retrouve la journaliste Caroline Glick, la militante pour les droits des personnes en situation de handicap Shirley Pinto, le propriétaire de l’équipe de football de Beer Sheva Hapoel Alona Barkat, la transfuge de HaBayit HaYehudi Shuli Moalem-Refaeli, l’ancien pilote de chasse Matan Kahana, colonel de réserve, l’éducateur Amichai Chikli, le journaliste Elyashiv Reichner, le rabbin Uri Schechter et Ron Bar-Yoshafat, le directeur-adjoint du Forum Kohelet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...