Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

Un organe de surveillance demande à Meta de maintenir l’interdiction du terme « chahid »

Le directeur de Combat Antisemitism Movement dénonce la recommandation de Meta permettre le terme comme un « feu vert à la glorification du meurtre »

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le logo Meta sur un panneau au siège de la compagnie à Menlo Park, en Californie, le 9 novembre 2022. (Crédit : Godofredo A. Vásquez/AP)
Le logo Meta sur un panneau au siège de la compagnie à Menlo Park, en Californie, le 9 novembre 2022. (Crédit : Godofredo A. Vásquez/AP)

Un important organisme de surveillance de l’antisémitisme a dénoncé jeudi la recommandation du conseil de surveillance de Meta Platforms d’autoriser l’utilisation du terme arabe chahid, ou martyr, sur Facebook, Instagram et d’autres plates-formes.

« Le mot chahid est un terme honorifique pour les meurtriers. La recommandation du Conseil de surveillance de Meta pourrait être considérée comme un feu vert à la glorification du meurtre », a indiqué Sacha Roytman Dratwa, directeur général du Combat Antisemitism Movement, dans un communiqué.

Cette déclaration fait suite à la recommandation formulée il y a deux jours par le conseil d’administration de Meta Platforms, la société qui possède et exploite Facebook et Instagram, entre autres services, de lever l’interdiction de ce terme à l’issue d’un examen qui a duré un an.

À l’heure actuelle, Meta supprime toute publication qui utilise le terme « chahid » pour désigner des personnes figurant sur sa liste des « organisations et individus dangereux », sur laquelle figurent des membres d’organisations terroristes islamistes.

« Nous demandons à Meta de ne pas appliquer cette recommandation profondément problématique et de continuer à supprimer le mot ‘chahid’, qui est majoritairement utilisé pour glorifier le terrorisme et les effusions de sang », a précisé Roytman Dratwa.

« Meta fonctionne sur l’hypothèse que la censure pouvait améliorer la sécurité, mais la réalité montre que la censure peut marginaliser des groupes entiers sans pour autant améliorer la sécurité », a indiqué la coprésidente du Conseil de surveillance, Helle Thorning-Schmidt, dans un communiqué.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.