Un outil israélien pour sécuriser les rassemblements même en cas de pandémie
Rechercher

Un outil israélien pour sécuriser les rassemblements même en cas de pandémie

La startup RD Pack utilise une technologie développée par des chercheurs de l'université Bar-Ilan pour pulvériser du désinfectant à l'entrée des stades et des salles de spectacle

Des fans du Maccabi Tel Aviv se réjouissent lors du match de football retour du tour préliminaire de la Ligue des champions de l'UEFA entre le FC Basel 1893 et le Maccabi Tel Aviv au stade Bloomfield de Tel Aviv, le 25 août 2015. (Yonatan Sindel/Flash90)
Des fans du Maccabi Tel Aviv se réjouissent lors du match de football retour du tour préliminaire de la Ligue des champions de l'UEFA entre le FC Basel 1893 et le Maccabi Tel Aviv au stade Bloomfield de Tel Aviv, le 25 août 2015. (Yonatan Sindel/Flash90)

Une nouvelle méthode de désinfection à base d’eau pourrait permettre de réduire les risques liés aux rassemblements dans les synagogues et les écoles, les rencontres sportives et les concerts, même en cas de pandémie.

Une entreprise d’automatisation industrielle basée à Karmiel, en Israël, RD Pack, a pris la technologie de désinfection développée par des chercheurs de l’université Bar-Ilan et a créé un tunnel d’assainissement et de désinfection qui asperge les visiteurs lors d’événements de masse avec ce liquide.

Le tunnel, composé d’un cadre en aluminium et en polycarbonate, est actuellement en phase pilote au stade Bloomfield de Tel-Aviv, où les équipes de football vont recommencer à jouer, mais sans supporters dans les tribunes.

« Lorsque les gens marchent dans le tunnel, tout leur corps est aspergé de désinfectant, qui agit rapidement et efficacement et assure la stérilisation complète d’une personne », a déclaré Eran Druker, responsable du développement commercial chez RD Pack, alors que la firme présentait son dispositif à l’une des entrées de l’imposant stade blanc mardi.

Eran Avraham, à droite, et Izaak Cohen, chercheurs à l’université Bar-Ilan, à l’entrée du tunnel de désinfection développé par RD Pack à partir de leur technologie, stade Bloomfield, à Tel Aviv, le 2 juin 2020 (Crédit : Yoni Reif)

La pandémie de coronavirus a tué plus de 377 000 personnes dans le monde et infecté plus de 6,3 millions de personnes. En Israël, le nombre de décès dus au virus a atteint 289, avec plus de 17 000 personnes contaminées. Les pays ont mis en place des mesures de confinement pour renforcer la distanciation sociale afin de mettre un terme à la propagation mortelle du virus.

En mars, l’UEFA a reporté d’un an les matchs de football de l’Euro 2020 en raison de la pandémie, et Tokyo a fait de même pour les Jeux olympiques d’été. Les concerts ont été annulés, les artistes se produisant en ligne : voir le concert de Pâques d’Andrea Boccelli sur YouTube depuis un Dôme vide à Milan ou le « One World » : Together At Home », qui a permis de récolter des millions de dollars pour lutter contre la pandémie.

Tout cela soulève la question : retrouverons-nous un jour des concerts bondés, des événements sportifs bruyants et des salles de cinéma pleines à craquer ? La réponse pourrait être affirmative si RD Pack et le projet pilote des chercheurs de Bar-Ilan fonctionnent.

La star argentine du football Lionel Messi lors du march amical entre l’Argentine et l’Uruguay au stade Bloomfield à Tel Aviv, le 18 novembre 2019. (Crédit : Flash90)

En avril, les chercheurs universitaires ont déclaré avoir mis au point un moyen de fabriquer des désinfectants puissants et écologiques pour tuer les bactéries et les virus en utilisant l’eau du robinet, qui est électrifiée pour produire de l’acide hypochloreux à des niveaux d’acidité définis.

La méthode a été développée et brevetée par les docteurs Eran Avraham, Izaak Cohen et le professeur Doron Aurbach, chef du groupe d’électrochimie du département de chimie et de l’Institut de nanotechnologie et de matériaux avancés de l’université Bar-Ilan.

Selon le chercheur Eran Avraham, l’avantage de ce désinfectant par rapport aux autres est que l’acide hypochloreux, contrairement aux autres désinfectants commerciaux comme l’eau de Javel, n’est pas nocif pour la peau humaine ou la nourriture.

Le tunnel est la première application de cette technologie, a indiqué Eran Avraham lors de la démonstration de mardi. « Il contribuera à réduire les risques d’infection », a-t-il affirmé.

Le Dr Izaak Cohen, chercheur à l’université Bar-Ilan, traverse le tunnel d’assainissement et de désinfection développé par RD Pack, stade Bloomfield, Tel Aviv, 2 juin 2020 (Crédit : Yoni Reif)

Le coronavirus est très infectieux et se propage principalement par des gouttelettes expulsées par le nez ou la bouche. Toutefois, il peut également survivre sur les mains, les vêtements et d’autres surfaces pendant un certain temps. Ainsi, si une personne était en contact avec une autre personne malade et qu’elle avait encore des gouttelettes de celle-ci sur ses vêtements, le tunnel détruirait ces gouttelettes, ce qui stopperait leur propagation, a expliqué M. Avraham.

« Si vous traversez le tunnel, les germes sur votre corps sont éliminés. Cela réduit la propagation du virus et de nombreux autres agents pathogènes », a-t-il ajouté.

Une entrée du stade Bloomfield de Tel-Aviv équipée du tunnel d’assainissement et de désinfection développé par RD Pack sur la base des recherches de l’université Bar-Ilan ; le 2 juin 2020. (Crédit : Shoshanna Solomon/Times d’Israël)

De plus, si une personne malade mais asymptomatique traverse le tunnel, a expliqué Eran Druker de RD Pack, le désinfectant détruira les gouttelettes virales sur son corps et ses vêtements avant qu’elle n’entre dans le lieu. Ainsi, si une fois à l’intérieur, la personne respecte les règles d’hygiène de base, y compris le port d’un masque et le lavage des mains, alors les risques d’infecter d’autres personnes diminuent considérablement, a-t-il affirmé.

L’idée est de placer le tunnel à l’entrée de « partout », à la fois dans les espaces publics et privés, y compris les stades, les aéroports, les écoles, les bureaux, les centres commerciaux, les trains et les bus, a ajouté M. Druker.

Eran Drucker, responsable du développement commercial chez RD Pack, Tel Aviv, le 2 juin 2020 (Crédit : Shoshanna Solomon/Times of Israel)

L’entreprise est également en contact avec des organisations sportives et scolaires aux États-Unis, au Brésil et en Europe pour y déployer la technologie. « Nous attendons d’abord de terminer le pilote », a-t-il précisé, après quoi les régulateurs israéliens décideront s’il est aussi efficace que prévu pour stopper les contaminations.

M. Druker a ajouté que l’entreprise cherche également à développer des purificateurs d’air, utilisant la même technologie, qui peuvent être placés dans de grands espaces publics. « Le développement de ce dispositif est à un stade très avancé ».

L’essai pilote du tunnel durera un mois et aspergera quelque 200 personnes, principalement des parents proches et des journalistes qui seront autorisés à assister aux matchs, bien que les supporters soient toujours interdits. Après des mois de confinement, le football professionnel masculin en Israël a repris samedi soir avec trois matchs de première division, qui se sont déroulés dans des stades en grande partie vides et selon des règles d’hygiène strictes. (Mais mardi soir, une foule de supporteurs se sont rassemblés malgré les directives sanitaires)

La pandémie de coronavirus « constitue une crise considérable », a commenté Maor Binyamini, le directeur général de Sports Palaces of Tel Aviv Yafo Ltd, une entreprise municipale qui gère des installations sportives et culturelles pour Tel Aviv, dont le stade Bloomfield. « Nous avons été les premiers à fermer et nous serons parmi les derniers à rouvrir, en raison de la grande quantité de personnes que nos infrastructures peuvent accueillir », a-t-il déclaré.

Le Bloomfield Stadium peut accueillir jusqu’à 29 000 personnes, tandis que la Menora Mivtachim Arena et la Shlomo Group Arena, également gérées par Sports Palaces, peuvent accueillir respectivement 10 300 et 3 500 personnes.

Le tunnel pourra, espérons-le, donner au public le réconfort médical et psychologique dont il a besoin pour se remettre de ces événements de grande ampleur, a-t-il expliqué.

« Nous sommes heureux d’essayer tout ce qui nous permet de revenir à la normale », a-t-il souligné, ajoutant que les infrastructures de Sports Palaces disposeront également d’un lecteur de température automatique à l’entrée du tunnel. « Nous voulons utiliser les meilleurs cerveaux et les meilleures technologies pour réoccuper la scène ».

Pour l’instant, il n’y aura qu’un seul tunnel à Bloomfield, a-t-il précisé, mais d’autres pourraient être déployés dans d’autres lieux également. « Ce que nous savons de ce virus, c’est que nous ne savons rien du tout », a-t-il reconnu. « Devenir un site bêta pour la technologie nous donnera un moyen de trouver des solutions pour revenir à la normale ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...