Un ouvrier meurt en tombant d’un toit à Tzur Yigal
Rechercher

Un ouvrier meurt en tombant d’un toit à Tzur Yigal

14 personnes ont trouvé la mort sur leur lieu de travail en 2019 dont six sur des chantiers de construction, selon une organisation

Photo d'illustration : La scène d'un accident sur un chantier à Petah Tikvah, où trois ouvriers ont été grièvement blessés dans une chute, le 14 juin 2018 (Crédit : Roy Alima/Flash90)
Photo d'illustration : La scène d'un accident sur un chantier à Petah Tikvah, où trois ouvriers ont été grièvement blessés dans une chute, le 14 juin 2018 (Crédit : Roy Alima/Flash90)

Un ouvrier palestinien travaillant dans le secteur de la construction est mort dimanche lors d’un accident survenu sur un chantier à Kochav Yair/Tzur Yigal, dans le centre du pays, a indiqué la police.

Majed Abdullah Salim, 58 ans, originaire du village de Jayus situé près de Qalqilya en Cisjordanie, est tombé d’un toit dans le parc industriel de Tzur Yigal, dans le centre d’Israël. Il est la 14e personne à mourir dans un accident du travail en 2019, selon les activistes qui ont ouvert la page Facebook en hébreu « lutte contre les morts liées aux accidents du travail ».

Salim est mort sur le coup, a fait savoir le groupe. Sur les 14 décès enregistrés en 2019, six sont survenus sur des chantiers de construction, a-t-il ajouté.

L’année dernière, une grève générale avait été évitée au dernier moment après la conclusion d’un accord entre le syndicat de la Histadrout et le gouvernement prônant l’amélioration des conditions de sécurité pour les ouvriers dans le secteur de la construction.

La grève annoncée voulait dénoncer le manque de règles de sécurité sur les sites de construction suite à la mort de plusieurs douzaines d’ouvriers.

Soixante-dix personnes sont mortes sur leur lieu de travail en 2018 dont la moitié travaillait sur des chantiers, contre 52 en 2017, notent les activistes.

Parmi les nouvelles mesures adoptées l’année dernière, l’obligation de respecter les normes européennes concernant les échafaudages, la régulation des grues et le renforcement d’autres standards de sécurité.

La grève à durée indéterminée qui avait été évitée devait toucher les employés des bureaux gouvernementaux, les autorités locales, les salariés du secteur bancaire, des services d’urgence et des aéroports. Un grand nombre d’employés du secteur privé s’étaient également décidés à prendre part au mouvement social.

Selon Haaretz, le taux d’accidents mortels enregistrés l’année dernière en Israël, dans l’industrie de la construction, était plus du double du taux moyen connu au sein de l’Union européenne. La vaste majorité des travailleurs ayant trouvé la mort étaient des Palestiniens ou des Arabes israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...