Un Palestinien plaide coupable du meurtre et du viol d’Ori Ansbacher
Rechercher

Un Palestinien plaide coupable du meurtre et du viol d’Ori Ansbacher

Arafat Irfaiya sera condamné par un tribunal de Jérusalem à une date ultérieure pour le viol et du meurtre de la jeune israélienne lors d'une attaque de février 2019

Ori Ansbacher. (Crédit : Autorisation)
Ori Ansbacher. (Crédit : Autorisation)

Dimanche, un homme palestinien a plaidé coupable du viol et du meurtre de la jeune israélienne Ori Ansbacher lors d’une attaque datant de  février 2019.

Arafat Irfaiya sera condamné par un tribunal de Jérusalem à une date ultérieure.

Il a plaidé coupable au Tribunal de Jérusalem pour des charges d’homicide volontaire, de viol et d’assassinat illégal avec un motif terroriste pour l’attaque sur Ansbacher, âgée de 19 ans et originaire de l’implantation de Tekoa, dans une forêt de Jérusalem.

En mai dernier, un psychiatre de Jérusalem a établi qu’il était responsable de ses actes et apte à être jugé après avoir mené une évaluation psychiatrique.

Arafat Irfayia, accusé du meurtre d’Ori Ansbacher, à la Cour des magistrats de Jérusalem, le 11 février 219. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Dimanche, le tribunal de Jérusalem a approuvé une demande des avocats d’Irfaiya pour qu’un autre avis psychiatrique soit présenté au tribunal.

L’acte d’accusation d’Irfaiya notait qu’il était entré illégalement en Israël depuis la Cisjordanie. Il était armé d’un couteau.

Selon un reportage de la Douzième chaîne de l’année dernière, Irfaiya avait déclaré aux enquêteurs qu’il était entré en Israël et qu’il cherchait une victime juive parce qu’il voulait devenir un « martyr ».

Toujours selon le reportage, Irfaiya avait déclaré aux policiers qu’il n’avait pas prévu l’attaque à l’avance, même s’il avait acheté une kippa afin de pouvoir entrer inaperçu en Israël.

Le jour du meurtre, Ansbacher, qui était volontaire dans la capitale, est allée se promener dans la forêt d’Ein Yael en périphérie sud de Jérusalem. Elle est tombée sur Irfaiya par hasard.

« Il est tombé sur Ansbacher et a décidé de la tuer parce qu’elle était juive, notait l’acte d’accusation. Il a attaqué Ori avec une cruauté violente, elle a tenté de le repousser, mais il était plus fort qu’elle. Il l’a poignardée à plusieurs reprises, causant sa mort ».

Des Israéliens allument des bougies en mémoire d’Ori Ansbacher, 19 ans, sur la place Sion de Jérusalem, le 9 février 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Lors d’une audience du tribunal l’année dernière, des procureurs ont présenté au tribunal des preuves contre Irfaiya, notamment son ADN qui a été retrouvé sur l’arme du meurtre et sur la scène de crime. Les procureurs ont également indiqué que lors de son interrogatoire, Irfaiya avait dévoilé des détails sur
Ansbacher qui l’impliquaient dans le meurtre.

Le 19 avril, les forces de sécurité israélienne ont démoli sa maison dans la ville de Hébron.

L’affaire avait choqué et indigné le pays et conduit le gouvernement à approuver l’application d’une loi selon laquelle Israël déduirait des taxes qu’il collecte au nom de Palestiniens le montant que l’Autorité palestinienne paie chaque mois aux terroristes palestiniens et à leurs familles – en guise d’indemnités sociales.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...