Un parti travailliste dans la tourmente annonce des primaires pour le 3 juillet
Rechercher

Un parti travailliste dans la tourmente annonce des primaires pour le 3 juillet

Le scrutin décidera du nom du prochain dirigeant de la formation politique. 7 candidats se sont d'ores et déjà fait connaître dans un parti déjà traversé par des querelles internes

Isaac Herzog, chef de l'Union sioniste et de l'opposition, pendant une réunion sur le renforcement de la périphérie à la Knesset, le 13 novembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Isaac Herzog, chef de l'Union sioniste et de l'opposition, pendant une réunion sur le renforcement de la périphérie à la Knesset, le 13 novembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le parti travailliste a annoncé que ses primaires qui étaient très attendues et qui permettront de désigner son nouveau chef auront lieu le 3 juillet, avec probablement un second tour si aucun candidat n’atteint le seuil des 40 %, le 13 juillet.

Cette initiative projette une nouvelle fois le principal parti de l’opposition israélien déjà dans la tourmente, qui n’a pas remporté une élection en 28 ans, dans un état de concurrence féroce, avec déjà sept candidats en lice.

Il s’agit de l’actuel dirigeant de la formation, Isaac Herzog, de l’ancien entrepreneur dans le secteur des hautes technologies Erel Margalit, de l’ancien leader de parti et actuel parlementaire Amir Peretz, du législateur Omer Bar-Lev, de l’ancien ministre de l’environnement Avi Gabbay, du parlementaire de la Knesset Eitan Cabel et du journaliste et militant Eldad Yaniv.

Le parlementaire Amir Peretz, candidat à la tête du parti travailliste, a salué l’annonce de la date des primaires de la formation politique.

« J’ai foi en la sagesse des masses et je suis convaincu que je gagnerai et que j’amènerai le parti travailliste à la victoire lors des élections pour remplacer [le Premier ministre Benjamin] Netanyahu », a indiqué le législateur, qui a été leader du parti de 2005 à 2007.

Amir Peretz, le 10 novembre 2014. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Amir Peretz, le 10 novembre 2014. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Erel Margalit, parlementaire en lice pour prendre la direction du parti travailliste, a salué l’annonce faite par le parti dans la matinée de la date du scrutin de ses primaires pour les candidats à la présidence du parti.

« Le moment est venu de donner un nouveau départ au parti travailliste, et d’un retour au leadership national », a-t-il indiqué dans un communiqué.

Cette annonce soudaine pourrait avoir pour objectif de tenter d’amenuiser les chances de Gabbay, dans la mesure où elle vient clore la liste des électeurs de la primaire éligibles le 28 février.

Gabbay n’a rejoint la formation qu’à la fin du mois de décembre et il travaille encore d’arrache-pied pour faire entrer ses partisans au sein de la formation. Tous ceux qui n’étaient pas inscrits comme membres du parti le 28 février ne seront pas autorisés à voter dans la course aux primaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...