Un policier belge prêt à tuer tous les Juifs
Rechercher

Un policier belge prêt à tuer tous les Juifs

Les propos antisémites tenus sur Facebook par un officier de police de Molenbeek provoquent l’indignation

Le Musée juif de Bruxelles, où une fusillade meurtrière a eu lieu le 25 mai 2014.  (Crédit : AFP / Georges Gobet)
Le Musée juif de Bruxelles, où une fusillade meurtrière a eu lieu le 25 mai 2014. (Crédit : AFP / Georges Gobet)

Un policier subalterne en Belgique fait l’objet d’une procédure de licenciement après avoir déclaré que s’il était en Israël, il abattrait « chacune et chacun d’entre eux (les Juifs, ndlr) » lors d’un débat sur Facebook, vendredi dernier.

« Le mot Juif lui-même est sale. Si j’étais en Israël, franchement, je ferais aux Juifs ce qu’ils font avec les Palestiniens – abattre chacune et chacun d’entre eux », a écrit l’officier, qui a seulement été identifié sous le nom de Mohamed N. dans les médias belges.

Le ton du débat est monté très vite, tandis que l’officier de police a ignoré les demandes des autres participants à la discussion d’édulcorer ses déclarations, selon un article publié dans journal belge Le Soir.

L’officier avait pris le pseudonyme de Bebeto Gladiateur.

Menaces antisémites d'un policier belge Mohamed N. sur Facebook, sous le pseudonyme de Bebeto Gladiateur. Il est photographié avec la maire de Molenbeek Françoise Schepmans dans la capture d'écran. (Crédit : Capture d'écran Facebook via Le Soir)
Menaces antisémites d’un policier belge, Mohamed N., tenues sur Facebook, sous le pseudonyme de Bebeto Gladiateur. Il est aux côtés de la maire de Molenbeek, Françoise Schepmans, dans cette capture d’écran. (Crédit : Capture d’écran Facebook via Le Soir)

« Si cela est vrai, ce monsieur va prendre la porte. Il n’y a aucune question à ce sujet-là », a déclaré la maire de Molenbeek, Françoise Schepmans, selon le journal Le Soir.

« Les gardiens de la paix assument un rôle de médiation dans la communauté. Ils sont à l’image de l’autorité communale. Ses paroles m’ont choquée… Je ne peux pas tolérer une telle attitude d’un agent communal. »

Les articles des journaux belges ont indiqué que l’officier allait être renvoyé de la police et que la procédure de licenciement avait déjà commencé.

« Cela sera fait conformément à la procédure », a déclaré Schepmans.

« Il y a deux choses particulièrement discutables dans cette affaire », a déclaré Joël Rubinfeld, le président de la Ligue belge contre l’antisémitisme (LBCA).

« Tout d’abord, [il est] le fait qu’un ‘gardien de la paix’ puisse parler publiquement de quelque chose qui est contraire aux valeurs qu’il est censé incarner, promouvoir et défendre. Deuxièmement, il y a le discours antisémite qui m’inquiète et qui se manifeste de plus en plus aisément dans certains milieux. »

Rubinfeld a averti dans le passé que la hausse de l’antisémitisme stimulait l’exode de Belgique. L’année dernière, un vétéran de la guerre civile syrienne a ouvert le feu au musée juif de Bruxelles, tuant quatre personnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...