Israël en guerre - Jour 251

Rechercher

France : Un proche de l’ultra-droite condamné en appel à 7 ans de prison

Il avait affirmé à son beau-père vouloir "faire exploser une synagogue" et, sur les réseaux sociaux, disait vouloir "plonger la République juive de France dans les flammes de l'enfer"

Le Palais de justice de Paris abritant la Cour d'appel sur l'île de la Cité. (Crédit : Benh Lieu Song/CC BY-SA 3.0)
Le Palais de justice de Paris abritant la Cour d'appel sur l'île de la Cité. (Crédit : Benh Lieu Song/CC BY-SA 3.0)

La Cour d’appel de Paris a condamné mardi à sept ans de prison ferme un partisan de l’ultra-droite, déclaré coupable « d’entreprise terroriste individuelle » pour avoir projeté une action violente.

Cette peine a été assortie d’une période de sûreté des deux tiers. La Cour d’appel a aussi ordonné cinq ans de suivi socio-judiciaire à l’encontre d’Alexandre E. et son inscription au Fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions terroristes (Fijait).

En première instance, le 4 novembre dernier, ce jeune Mosellan aujourd’hui âgé de 21 ans avait été condamné à cinq ans de prison ferme et deux ans de suivi socio-judiciaire.

Surveillé par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour ses échanges sur Telegram, Alexandre E. avait été arrêté à proximité de Metz en septembre 2022 et placé en détention provisoire, peu après le signalement d’un ami militaire.

Celui-ci, qui semblait partager les mêmes idées politiques, s’était inquiété après la disparition dans son régiment d’un fusil d’assaut HK416, alors qu’il connaissait la fascination d’Alexandre E. pour les armes.

Selon ce militaire, le prévenu faisait régulièrement état de sa volonté de commettre une action violente, évoquant par moments une attaque contre une marche des fiertés LGBT+, à d’autres une mosquée.

L’enquête n’a pas permis d’établir un projet précis qu’aurait fomenté Alexandre E. mais aussi bien le tribunal correctionnel que la Cour d’appel ont estimé que sa volonté de passer à l’acte était caractérisée.

Outre sa fréquentation de chaînes Telegram néo-nazies, il se renseignait sur la fabrication d’explosifs, ayant même acquis du matériel et fait des essais, tout en tenant des propos extrêmement violents.

Dans un accès de colère, il avait affirmé à son beau-père vouloir « faire exploser une synagogue » et, sur les réseaux sociaux, disait vouloir « plonger la République juive de France dans les flammes de l’enfer » ou « bâtir un nouveau Reich ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.