Un programme d’innovation de l’UE a financé 423 projets israéliens en 2018
Rechercher

Un programme d’innovation de l’UE a financé 423 projets israéliens en 2018

Depuis le lancement du programme Horizon 2020 en 2014, 1 062 bénéficiaires israéliens ont obtenu des bourses à hauteur de 742 millions d'euros

L'ambassadeur européen en Israël Emanuele Giaufret, la directrice générale de l'ISERD Nili Shalev, et le PDG de l'Autorité israélienne de l'Innovation Aharon Aharon, à la cérémonie de remise des prix du programme Horizon 2020 à Jaffa le 4 juin 2019 (Crédit ; Yossi Zamir/GPO)
L'ambassadeur européen en Israël Emanuele Giaufret, la directrice générale de l'ISERD Nili Shalev, et le PDG de l'Autorité israélienne de l'Innovation Aharon Aharon, à la cérémonie de remise des prix du programme Horizon 2020 à Jaffa le 4 juin 2019 (Crédit ; Yossi Zamir/GPO)

Des chercheurs et des sociétés israéliennes ont reçu 423 bourses de la part du plus grand programme de recherche et d’innovation d’Europe en 2018, a indiqué l’Autorité israélienne de l’Innovation.

Cela porte le montant total des subventions accordées par le programme européen Horizon 2020 à 742 millions d’euros, allouées à 1 062 projets et entreprises israéliens depuis la création du fonds en 2014. Le programme Horizon 2020 a généré près de 80 milliards d’euros de fonds disponibles sur sept ans, jusqu’en 2020, aux programmes de recherche des pays participants.

La délégation de l’UE en Israël, avec l’Israel-Europe Research and Innovation Directorate (ISERD) et l’Autorité israélienne de l’Innovation ont célébré la coopération scientifique dans le cadre du programme l’Horizon 2020 lors d’une cérémonie de récompense le 4 juin au Peres Center for Research and Innovation de Jaffa.

Horizon 2020 fait partie des efforts mis en oeuvre par l’UE pour renforcer la coopération internationale en matière de recherche et d’innovation, une priorité stratégique de l’Union européenne. Il permet de relever plus efficacement les défis de société mondiaux, crée des opportunités d’affaires et fait de la diplomatie scientifique une partie intégrante de la politique étrangère de l’Europe, indique le communiqué.

Israël est partenaire des programmes-cadres de recherche et d’innovation de l’UE depuis 1996 et a été le premier pays non européen à y adhérer. Au fil des ans, le partenariat UE-Israël a renforcé l’excellence universitaire et industrielle israélienne, conduit à des investissements dans les infrastructures de recherche et a permis une recherche innovante à long-terme, a indiqué le communiqué.

Le programme a permis aux entreprises, aux chercheurs et aux innovateurs israéliens d’avoir accès à des partenaires européens, de s’intégrer dans une vaste infrastructure de recherche européenne et de participer à des projets phares, notamment dans les domaines des technologies quantiques, du graphène et de la recherche sur le cerveau.

L’année dernière, parmi les bénéficiaires de fonds israéliens figuraient les sociétés suivantes : la société Vectorious qui développe actuellement un implant cardiaque miniature sans fil et qui surveille la fonction cardiaque et envoie les données directement aux prestataires de soins de santé ; Optima Design Automation, basé à Nazareth, a reçu près de 2,5 millions d’euros pour poursuivre le développement de sa plate-forme logicielle destinée aux fabricants de puces, afin de garantir la sécurité fonctionnelle des puces utilisées dans les voitures autonomes ; Triox Nano, basée à Jérusalem, a remporté une subvention de 2 millions d’euros pour le développement d’une nouvelle plateforme d’administration de médicaments permettant l’injection du principe actif utilisé en chimiothérapie directement et uniquement dans la zone tumorale et enfin, le projet PlaMOS, dirigé par Mellanox Technologies Ltd. et le laboratoire d’IBM à Haifa développe une plate-forme intégrante permettant de multiplier par huit la vitesse des émetteurs et récepteurs optiques utilisés dans les centres de données.

« L’obtention d’une subvention dans le cadre du programme est un gage de qualité et d’excellence pour les chercheurs et les entreprises », a déclaré Ami Appelbaum, scientifique en chef au ministère israélien de l’Économie et de l’Industrie et président de l’Autorité israélienne de l’Innovation, dans le communiqué.

L’accord sur la participation d’Israël au programme de partenariat de recherche Horizon 2020 avait été initialement suspendu suite aux directives de l’UE sur le financement des programmes et des entreprises dans les implantations israéliennes en Cisjordanie.

Les parties ont finalement convenu qu’une clause serait ajoutée au pacte, déclarant qu’Israël n’accepte pas la définition du territoire donnée par l’Union européenne au-delà des lignes de 1967.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...