Un projet de statue « antisémite » en Hongrie déclenche des protestations
Rechercher

Un projet de statue « antisémite » en Hongrie déclenche des protestations

« Un politicien ouvertement antisémite, fasciste, ne devrait jamais avoir une statue, où que ce soit dans ce pays, » a déclaré Andras Heisler

Balint Homan, ministre hongrois de la Religion et de l'Education  pendant la seconde guerre mondiale (Capture d’écran YouTube)
Balint Homan, ministre hongrois de la Religion et de l'Education pendant la seconde guerre mondiale (Capture d’écran YouTube)

Plusieurs centaines de personnes, y compris un représentant des Etats-Unis, se sont joints à la manifestation organisée dimanche par une organisation juive en Hongrie contre le projet d’une statue d’un politicien de la Seconde Guerre mondiale qui avait des points de vue antisémites.

Environ 300 manifestants se sont rassemblés près de site de construction du monument, une statue à bronze à taille réelle de Balint Homan, dans la ville de Szekesfehervar.

Homan était un académicien, historien important et responsable municipal largement vu comme l’architecte des lois anti-juives des années 1930. Il a aussi appelé à la déportation des juifs de Hongrie en 1944, quand il faisait partie d’un gouvernement hongrois fasciste mis en place par l’Allemagne nazie.

Environ 600 000 juifs hongrois ont péris pendant l’Holocauste, presque tous dans le camp de la mort nazi d’Auschwitz en 1944.

« Un politicien ouvertement antisémite, fasciste, ne devrait jamais avoir une statue, où que ce soit dans ce pays », a déclaré à la foule pendant la manifestation Andras Heisler, dirigeant de la plus grande organisation juive de Hongrie, la fédération des communautés juives hongroises (Mazsihisz).

Etaient également présents des diplomates israéliens et canadiens et l’envoyé spécial sur l’antisémitisme des Etats-Unis, Ira Forman.

« Il n’y a pas d’excuse à cette statue, nous ne renoncerons pas là-dessus », a déclaré Forman à l’AFP.

Le groupe privé responsable de la statue, la fondation Balint Homan, dont certains des membres sont liés au parti d’extrême-droite Jobbik, a reçu des financements de la mairie et de l’état pour la statue de Szekesfehervar, à environ 60 km au sud-ouest de Budapest.

Le président de la fédération des communautés juives de Hongrie, Andras Heisler, lors de la conférence sur la vie juive et l'antisémitisme à l'institut Tom Lantos, en octobre 2013 (Crédit : capture d'écran Youtube/Tom Lantos Institute)
Le président de la fédération des communautés juives de Hongrie, Andras Heisler, lors de la conférence sur la vie juive et l’antisémitisme à l’institut Tom Lantos, en octobre 2013 (Crédit : capture d’écran Youtube/Tom Lantos Institute)

Il est prévu qu’elle soit révélée le 29 décembre, pour le 130e anniversaire de la naissance de Homan.

Des lettres de protestation contre la statue ont également été envoyées au Premier ministre hongrois Viktor Orban par le Congrès juif mondial et par un groupe de travail sur l’antisémitisme du Congrès des Etats-Unis.

Après la guerre, Homan a été condamné à une peine de réclusion à perpétuité pour avoir approuvé que la Hongrie rejoigne l’Allemagne nazie pour envahir l’Union soviétique ; il est mort en prison en 1951.

Cependant, un tribunal de Budapest a établi en mars que les preuves manquaient pour sa condamnation, après quoi la mairie de Szekesfehervar a approuvé le projet de statue.

Vendredi, le maire de la ville, un membre du parti de droite d’Orban Fidesz, a appelé la fondation à « repenser » son projet, et déclaré que si elle érigeait la statue, elle devrait rembourser les financements publics perçus.

Le gouvernement d’Orban a parfois été accusé de se rapprocher du parti Jobbik et de dissimuler le rôle de la Hongrie dans la déportation des juifs, malgré avoir déclaré une « tolérance zéro » pour l’antisémitisme.

Trois ministres du gouvernement ont critiqué le projet de monument, sans aller aussi loin que de réclamer son abandon.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...