Un rabbin dit qu’il n’y a rien de plus offensif que l’assimilation du sionisme au nazisme de Livingstone
Rechercher

Un rabbin dit qu’il n’y a rien de plus offensif que l’assimilation du sionisme au nazisme de Livingstone

Alors que le parti Travailliste britannique se déchire sur l'antisémitisme dans ses rangs, les dirigeants juifs et les rabbins dénoncent la sortie de l'ex maire de Londres

Cette photo d'archives prise le 26 septembre 2011 montre l'ancien maire de Londres, Ken Livingston, alors qu'il participe au deuxième jour de la conférence annuele du parti Travailliste, à Liverpool. (Crédit photo : AFP/Ben Stansall)
Cette photo d'archives prise le 26 septembre 2011 montre l'ancien maire de Londres, Ken Livingston, alors qu'il participe au deuxième jour de la conférence annuele du parti Travailliste, à Liverpool. (Crédit photo : AFP/Ben Stansall)

Des politiciens britanniques, des groupes juifs et l’ambassadeur d’Israël sont intervenus jeudi sur le scandale montant portant sur les commentaires antisémites des membres du parti Travailliste britannique, et notamment l’ancien maire de Londres, Ken Livingstone, qui a été suspendu plus tôt dans la journée pour des remarques incendiaires, dans lesquelles il affirmait par exemple que Hitler avait initialement été un partisan du sionisme.

« Si quelqu’un est devenu fou, c’est Ken Livingstone », a déclaré le rabbin Danny Rich, directeur général du Judaïsme libéral en Grande-Bretagne.

« Revendiquer que Hitler était un sioniste est non seulement une énorme perversion historique, mais cela se traduit directement par une assimilation du nazisme au sionisme. Cela suggère que les deux idéologies partagent des objectifs et des valeurs ; c’est de la culpabilité par association. Il est difficile de penser à une connexion plus offensive », a déclaré Rich jeudi dans un communiqué sur le site du Judaïsme libéral.

Défendant une députée travailliste, Naz Shah, qui a été suspendue mercredi du parti pour un post Facebook déclarant qu’Israël devrait être « relocalisé » en Amérique, et pour d’autres posts antisémites, Livingstone a dit à la BBC dans une interview mardi matin :

« Rappelons-nous quand Hitler a gagné son élection en 1932, sa politique était alors que les Juifs devraient être déplacés en Israël. Il soutenait le sionisme – cela avant qu’il ne devienne fou et finisse par tuer six millions de Juifs ». Il a également affirmé que « le lobby israélien » au Royaume-Uni essaie de salir tous les critiques d’Israël en les qualifiant d’antisémites.

Un peu plus tard, le parti Travailliste a suspendu Livingstone pour avoir jeté le discrédit sur le parti.

Le rabbin Danny Rich (Crédit photo : Courtesy)
Le rabbin Danny Rich (Crédit photo : Courtesy)

Le Premier ministre britannique David Cameron s’est également exprimé en déclarant que l’antisémitisme était « inacceptable dans un parti politique moderne ».

L’ambassadeur d’Israël au Royaume-Uni, Mark Regev, a dénoncé les commentaires de Livingstone dans un message Twitter. « Je ne sais pas ce qui est pire, déformer délibérément les objectifs d’Hitler ou accuser ses victimes juives d’être ses partenaires », a écrit Regev.

Livingstone a été suspendu du parti Travailliste quelques heures après avoir fait certains de ces commentaires au cours d’une interview à la BBC.

Le Conseil des députés des Juifs britanniques a déclaré que Livingstone devrait purement et simplement être expulsé du parti. Le président du Conseil des Députés, Jonathan Arkush, a dit : « Les commentaires de Ken Livingston étaient odieux et dépassent la honte. Ses derniers commentaires combinent révisionnisme avec déni de l’antisémitisme, alors que les preuves sont visibles aux yeux de tous. Il n’a aucun sens de la décence. Il doit maintenant être expulsé du parti Travailliste ».

Le chef de l’organisation pro-israélienne BICOM a déclaré que les commentaires montrent « une incompréhension fondamentale de ce qu’est le sionisme », et a fustigé le « langage violent » utilisé par Livingstone.

« Les antisionistes nient au peuple juif le droit à l’autodétermination nationale, cherchent à dépeindre l’existence même d’Israël comme un crime et encouragent des fantasmes dangereux au sujet de la disparition du pays », a déclaré le PDG de BICOM, James Sorene.

« La critique du gouvernement israélien est bien sûr tout à fait légitime, tout comme elle l’est contre tout gouvernement. Mais quand cette critique est exprimée dans un langage violent, dirigé contre son peuple en termes racistes ou qu’elle utilise des références à Hitler et au nazisme, elle devient antisémite et profondément offensante. Si le seul pays au monde que vous voulez voir disparaître est l’Etat juif, alors vous êtes en très mauvaise compagnie, du mauvais côté de l’histoire », a-t-il ajouté.

Le président de la Fédération sioniste de Grande-Bretagne et d’Irlande, Paul Charney, a publié une déclaration appelant Livingstone un politicien raté ayant nié fréquemment des problèmes d’antisémitisme au sein du parti Travailliste, accusant le « lobby israélien ».

« Pendant des années, il y a eu un stéréotype préconçu comme quoi les partisans d’Israël utiliseraient l’antisémitisme comme une diffamation. Toute personne ayant soulevé des inquiétudes au sujet de la haine contre les Juifs – surtout à gauche – a été confrontée à l’accusation selon laquelle elle le faisait de mauvaise foi. Ce mouvement rhétorique est si commun, qu’il a même reçu un nom – la Formulation Livingstone », dit Charney.

« Lorsque vous vous êtes convaincu que tous les antisémitismes ne sont qu’un écran de fumée, alors plus rien n’est antisémite. Si vous vous êtes convaincu que le sionisme est le mal, il est évident que vous ne voyez aucun problème à ce que l’on qualifie Hitler de sioniste », a ajouté Charney.

Livingstone a également déclaré jeudi qu’il y avait une tentative organisée pour faire taire les critiques d’Israël et qu’il a été victime de cette campagne depuis plus de trois décennies.

Il y a eu une « campagne bien orchestrée par le lobby israélien pour qualifier toute personne critiquant la politique d’Israël d’antisémite. J’ai dû supporter cela pendant 35 ans », a-t-il déclaré à la BBC de Londres.

Ken Livingstone (Crédit photo : BBC)
Ken Livingstone (Crédit photo : BBC)

« Franchement, » a également ajouté Livingstone, selon le Guardian, « il y a eu une tentative de salir Jeremy Corbyn et ses associés, le qualifiant d’antisémite, à partir du moment où il en est devenu le leader. Nous avons tout simplement le droit de critiquer ce qui est l’un des régimes les plus brutaux du fait de la façon dont les Palestiniens sont traités ».

Les commentaires ont été fermement condamnés par plusieurs membres du parti Travailliste, le plus sévèrement par le travailliste John Mann qui avait affronté Livingstone dans une confrontation extraordinaire par vidéo dans laquelle il le qualifiait d’ « apologiste nazi », de « putain de honte » et de « raciste dégoûtant » qui réécrit l’histoire.

Mann, qui préside le Groupe parlementaire multipartite contre l’antisémitisme, a déclaré à Livingstone qu’il « devrait lire ‘Mein Kampf’ et que cela lui permettrait d’apprendre qu’Hitler était opposé à un Etat juif, car il pensait que ce serait créer une base de pouvoir juif. »

« Je pense que vous n’avez plus toute votre tête, M. Livingstone », a attaqué Mann. « Qui êtes-vous en ce moment ? »

« Je suis consterné par les commentaires méprisables de Ken Livingstone. Il n’y a pas de place dans notre parti pour le racisme, le sectarisme ou l’intolérance d’aucune sorte », a tweeté le député travailliste David Lammy.

Le député travailliste Chris Bryant s’est joint au Conseil des députés en appelant à l’éviction pure et simple de Livingstone.

« Il est juste que Ken Livingstone soit suspendu. Comme je l’ai dit ce matin [sic] il trouve des excuses à l’antisémitisme depuis beaucoup trop longtemps. J’espère qu’il sera expulsé « , a tweeté Bryant.

Sadiq Khan, le candidat au parti Travailliste dans la course actuelle à la mairie de Londres, a appelé les remarques de Livingstone « épouvantables et inexcusables », ajoutant qu’il n’y avait pas de place pour ces points de vue au sein du parti.

La suspension de Livingstone est intervenue un jour après que la députée Shah a été suspendue pour avoir appelé au démantèlement de l’Etat d’Israël dans un post Facebook de 2014 publié avant qu’elle ne devienne membre du parlement. Shah a depuis présenté ses excuses.

Pour certains Twittos, la série de commentaires offensifs et antisémites des membres du parti Travailliste est sans surprise tandis que d’autres se moquaient du nombre de suspensions.

De l’autre côté de l’Atlantique, l’éminent journaliste Jeffery Goldberg du journal The Atlantic a ironisé sur Twitter : « Il serait peut-être plus facile à ce stade de faire une liste des dirigeants du parti Travailliste qui ne détestent pas les Juifs ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...