Rechercher

« Un regard noir »: L’une des victimes de Beer Sheva témoigne depuis son lit d’hôpital

Les maris de Laura Yitzhak et Doris Yahbas, qui ont été tués dans l'attaque, ont également témoigné ; la police renforce ses forces et procède à des arrestations avant le Ramadan

Hila Avisror, l'une des deux blessées dans l'attaque terroriste mortelle qui s'est produite à Beer Sheva le 22 mars 2022. (Crédit : Porte-parole du Soroka Medical Center)
Hila Avisror, l'une des deux blessées dans l'attaque terroriste mortelle qui s'est produite à Beer Sheva le 22 mars 2022. (Crédit : Porte-parole du Soroka Medical Center)

Hila Avisror, l’une des deux personnes blessées dans l’attaque terroriste mortelle qui s’est produite à Beer Sheva plus tôt cette semaine, a raconté l’horrible événement jeudi depuis son lit d’hôpital.

« Je ne pensais pas que ça se terminerait comme ça », a déclaré la mère de trois enfants aux médias israéliens. « Nous sommes allés faire du shopping en ville et je suis entrée dans un magasin, puis il est venu par derrière et m’a poignardée deux fois. »

« Je suis tombée alors qu’il se dirigeait ailleurs, et dès qu’il m’a poignardée, j’ai compris qu’il s’agissait d’une attaque terroriste. Il m’a regardée dans les yeux et n’a pas parlé, il avait un air de colère, un regard noir », a-t-elle déclaré.

Avisror, qui était dans la région pour son anniversaire, a déclaré qu’elle avait été tellement surprise par l’attaque qu’elle n’avait même pas pu réagir. Allongée sur le sol, elle a tenté de se lever et de courir jusqu’à sa voiture, où l’attendait son mari.

« Quand je suis arrivée à la voiture, j’ai vu le terroriste sortir du magasin. J’ai dit à mon mari de démarrer parce que j’avais peur qu’il s’en prenne à nous, tandis que je ne cessais de saigner », a-t-elle déclaré.

« Je suis désolée pour ceux pour qui un miracle ne s’est pas produit, mais un miracle m’est arrivé et je suis en vie. Je partage le chagrin des familles [endeuillées] et j’espère que de telles choses ne se reproduiront plus », a-t-elle déclaré.

Quatre personnes ont été tuées et plusieurs autres ont été blessées mardi dans une attaque à la voiture bélier et à l’arme blanche dans un centre commercial à Beer Sheva – l’attaque terroriste la plus meurtrière en Israël depuis juin 2016. Le terroriste – Mohammad Ghaleb Abu al-Qi’an, 34 ans, de la ville bédouine de Hura dans le Néguev – a finalement été abattu par deux civils armés.

Les quatre victimes d’un attentat terroriste à Beer Sheva le 22 mars 2022 : Laura Yitzhak, en haut à gauche ; le rabbin Moshe Kravitzky, en haut à droite ; Doris Yahbas, en bas à gauche ; Menahem Yehezkel, en bas à droite. (Crédit : Réseaux sociaux, autorisation)

Les quatre personnes tuées ont été identifiées : elles s’appelaient Doris Yahbas, 49 ans, mère de trois enfants ; Laura Yitzhak, une femme de 43 ans elle aussi mère de trois enfants ; Moshe Kravitzky, un rabbin et père de quatre enfants ; et Menahem Yehezkel, 67 ans, qui avait quatre frères.

Le mari d’Yitzhak, Tal, a décrit à la Treizième chaîne comment il avait appris qu’elle avait été blessée lors de l’attaque.

« J’ai reçu un appel téléphonique d’un ami. Il m’a dit : ‘Tal, ils ont poignardé Laura’ », a-t-il dit. « Je lui ai dit : ‘Ce n’est pas possible.’ Il a dit : ‘Tal, je ne plaisante pas, viens ici immédiatement !’ »

Tal l’a décrite comme une mère et une personne aimante et attentionnée, disant qu’ils étaient toujours ensemble.

« Tout se passait toujours dans le rire et la bonne humeur, elle était le pilier de notre maison », a-t-il déclaré. « Le plus difficile a été de le dire aux filles. Elles sont brisées. »

Le mari de Yahbas, Yossi, a également décrit les premiers instants après l’attaque.

« J’ai reçu un coup de fil de mon fils : ‘Papa, ils ont poignardé maman !’ »

Yossi, qui un mois et demi plus tôt a perdu sa mère, a déclaré que la famille de cinq personnes avait prévu de partir en vacances.

« Je ne me suis toujours pas remis [de la mort de ma mère], nous voulions tous partir en vacances, être ensemble, rassembler nos forces. Mais elle [Doris] est partie toute seule et nous a laissés seuls ici », a-t-il déclaré.

Parlant de l’agresseur, Yossi l’a décrit comme une « personne extrême, un individu qui sème la haine parmi nous tous ».

« [Doris] a toujours été une femme de paix, d’amour. Elle n’a jamais détesté personne », a-t-il déclaré. « C’est ainsi que nous avons été élevés et que nous avons élevé nos enfants. »

Par ailleurs, la Douzième chaîne a rapporté qu’à la suite de l’attaque et à l’approche des fêtes du Ramadan, la police israélienne renforçait ses forces, non seulement dans la région de Jérusalem, mais aussi dans le Néguev, à Wadi Ara et dans des villes mixtes telles que Haïfa, Ramle et Jaffa.

Un agent de la police des frontières monte la garde près de la porte de Damas à Jérusalem-Est, dans la nuit du 27 janvier 2022. (Crédit : Police israélienne)

La police a déclaré plus tôt cette semaine que, bien que l’attaque avait été menée à Beer Sheva, les renseignements indiquaient que Jérusalem restait le principal point de friction et que c’est là que de futures attaques terroristes étaient le plus susceptibles d’avoir lieu.

Les affrontements sur le mont du Temple pendant le Ramadan en 2021 ont contribué à davantage de violences qui ont finalement dégénéré en un conflit meurtrier de 11 jours entre Israël et la bande de Gaza et qui ont également donné lieu à de nombreux affrontements meurtriers entre Juifs et Arabes en Israël.

Craignant une récidive des violences de mai dernier entre Israéliens et Palestiniens, l’administration Biden a exhorté Israël à prendre des mesures préventives afin d’empêcher une éruption similaire en avril prochain, qui verra une confluence de la fête juive de Pessah, du mois musulman du Ramadan et de la fête chrétienne de Pâques.

La Douzième chaîne a rapporté que la police avait déjà arrêté 20 suspects, et que d’autres arrestations suivraient à l’approche du Ramadan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...